Ton droit au chômage en Belgique : quelles sont les conditions pour en bénéficier ?

Rappel : pour des allocations d’insertion (allocations de chômage sur base des études), tu peux lire la fiche « le stage d’insertion professionnelle ».
Cet article concerne le chômage complet sur base d’un travail salarié à temps plein en Belgique. Pour des informations sur le chômage sur base d’un travail à temps partiel, tu peux te rendre sur la fiche qui parle du travail à temps partiel ou sur le site de l’ONEM.

Principe de base de l’admission au chômage

Pour être admis aux allocations de chômage, tu dois prouver :

  • un certain nombre de jours de travail salarié (stage);
  • au cours d’une certaine période (période de référence) précédant immédiatement la demande d’allocations de chômage.

Nombre de jours de travail salarié requis (stage)

Age Nombre minimum de jours de travail salarié à prouver (stage) et période de référence
Moins de 36 ans – soit 312 jours au cours des 21 mois précédant ta demande ;
– soit 468 jours au cours des 33 mois précédant ta demande;
– soit 624 jours de travail au cours des 42 mois précédant ta demande.
De 36 à 49 ans – soit 468 jours au cours des 33 mois précédant ta demande ;
– soit 624 jours au cours des 42 mois précédant ta demande;
– soit 234 jours dans les 33 mois + 1.560 jours dans les 10 ans qui précèdent ces 33 mois;
– soit 312 jours dans les 33 mois + pour chaque jour qui manque pour arriver à 468 jours, 8 jours dans les 10 ans qui précèdent ces 33 mois.
A partir de 50 ans – soit 624 jours au cours des 42 mois qui précèdent ta demande;
– soit 312 jours dans les 42 mois qui précèdent ta demande et 1.560 jours dans les 10 ans qui précèdent ces 42 mois;
– soit 416 jours dans les 42 mois + pour chaque jour qui manque pour arriver à 624 jours, 8 jours dans les 10 ans qui précèdent ces 42 mois.

Si tu ne remplis pas la condition prévue pour ta catégorie d’âge, tu peux toutefois être admis si tu satisfais à celle de la catégorie d’âge plus élevée.
La période de référence de 21, 33 ou 42 mois peut être prolongée par certains événements : naissance ou adoption, interruption de carrière, emprisonnement, reprise d’études ou de formation comme chômeur non indemnisé, exercice d’une profession non-assujettie à la sécurité sociale (secteur chômage), etc.

Quels sont les jours pris en considération ?

Les journées de travail prises en considération pour le calcul de ta période de stage sont celles :

  • qui ont donné lieu au paiement de cotisations de sécurité sociale (y compris pour le secteur chômage) ;
    ET
  • qui ont été effectuées dans une profession salariée (les prestations de travail accomplies par un travailleur indépendant ne comptent pas);
    ET
  • qui ont bénéficié d’une rémunération que la législation considère comme suffisante.

Certaines journées d’inactivités sont assimilées à des journées de travail :

  • les jours de vacances légales, les jours de vacances européennes, les jours de vacances jeunes ;
  • les jours de vacances-chômage couverts par un pécule de vacances;
  • les journées d’absence non rémunérées (congé sans solde) à raison de 10 jours maximum par année civile;
  • les journées de formations professionnelles (organisées ou subventionnées par le service régional de l’emploi et de la formation professionnelle), les journées de PFI et FPIE et les journées de Stage First à concurrence de 96 jours maximum;
  • les congés de circonstance, les journées indemnisées par l’assurance maladie-invalidité (dans certains cas), les journées non prestées pour cause d’accident de travail ou de maladies professionnelles, les journées de grève, les absences pour raisons familiales impérieuses, certains jours de chômage temporaire, etc.

Comment calculer tes jours ?

Pour le calcul des journées de travail, l’ONEM considère que le travail a été effectué à raison de 6 jours par semaine. Lorsque le travailleur a presté le travail en régime 5 jours par semaine, l’ONEM examine s’il s’agit du régime habituel dans ce secteur et assimile alors le régime 5 jours de travail par semaine au régime 6 jours par semaine (sans appliquer de calcul de rapport).
Pour les périodes d’occupation ininterrompues à temps plein (horaire de 35 heures minimum en moyenne par semaine), 26 jours de travail sont pris en considération par mois civil.

Dans les autres cas, on peut calculer le nombre de jours de travail pris en considération suivant ce calcul :

nombre de jours de travail effectués  X 6
nombre de jours de travail par semaine

  • Exemple: Lucas effectue des prestations à temps plein du 4 juillet 2022 au 12 août 2022. Dans l’entreprise de Lucas, la semaine de travail se compose de 5 jours, soit un total de 30 jours de travail. Pour cette période de travail, l’ONEM prendra en considération (30 x 6):5 = 36 jours.

Pour les périodes de travail à temps partiel (et en vue d’une admission au chômage à temps plein), le calcul est le suivant :

nombre d’heures de travail effectuées X 6
nombre hebdomadaire d’heures de travail à temps plein pour la même fonction

  • Exemple: Asmaa travaille du 4 juillet 2022 au 26 août 2022, à raison de 19 heures par semaine, soit un total de 8 x 19 = 152 heures de travail. Dans l’entreprise d’Asmaa, l’horaire à temps plein correspond à 38 heures. Pour cette période de travail, l’ONEM prendra en considération (152 x 6):38 = 24 jours.

Est-ce que tu gardes ton droit au chômage si tu l’as interrompu ?

Si tu interromps ton chômage (par exemple, pour voyager quelques mois), tu peux récupérer le bénéfice des allocations si tu introduis une nouvelle demande et que tu te réinscris comme demandeur d’emploi au plus tard 3 ans après ton dernier jour indemnisé.
Tu dois avoir bénéficié d’un jour au moins d’allocation avant cette interruption.
Cette période de 3 ans peut dans certains cas (par exemple, reprise d’études ou travail indépendant) être prolongée.
Suite à cette nouvelle demande, tu bénéficieras des allocations sans devoir à nouveau apporter la preuve d’une période de travail. Le montant de tes allocations risque cependant d’être inférieur au dernier montant perçu avant l’interruption. La diminution progressive des allocations continue généralement à courir, même pendant la période d’interruption où tu ne reçois rien. Tu trouveras plus d’information sur cette diminution progressive dans la fiche quels sont les montants des allocations de chômage?

Sources : fiche T31 ONEm

Poser une question

N’hésite pas à nous poser une question, un professionnel faisant partie du réseau Bruxelles-J te répondra. Nous préservons ton anonymat et ton adresse de messagerie ne sera pas publiée.

En cliquant sur "envoyer votre question", vous acceptez notre politique de confidentialité.

*
*
*

103 questions déjà posées

  1. A F
    20 février 2024

    Bonjour ,

    Ma fille est au chômage depuis le covid , ( suite à son employeur qui a abuser de ses filles ) actuellement elle a un bébé de 5 mois et touche me chômage cohabitant.  On lui a dit au forem soit elle travaille ou elle est radié… Mais elle n’ abonnement personne pour s’occuper du bébé  . Est ce légale ?

    Je vous remercie d’avance pour votre réponse.

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      21 février 2024
      Bonjour A F,
      Tout d’abord, si il y a un abus lié au travail de la part de son ex-employeur, elle peut dénoncer les faits. Si il s’agit d’une infraction pénale, elle peut porter plainte.
      Concernant le droit au chômage, si elle touche le chomage (et non des allocations d’insertion), elle a droit aux allocations chômage à durée indéterminée mais de façon dégressive. Cela veut dire qu’elle a droit au chômage à vie mais que les montants diminuent.
      Cependant, dans certaines situations, l’ONEM peut sanctionner le bénéficiaire d’allocation chômage et donc ne pas lui donner d’allocation chômage pendant un certain temps. Comme indiqué sur cette fiche, on peut être sanctionner si on est pas en recherche active d’emploi. Avoir la charge d’un enfant n’est pas, pour l’ONEM, un motif légitime pour justifier une absence de recherche d’emploi.
      J’espère avoir répondu à ta question. N’hésite pas à revenir vers nous.

       

      Répondre
  2. Gilbert
    20 février 2024

    Bonjour,

    Ma fille touche des allocations d’insertions et parfois travaille en  CDD à temps partiel.  Après un certain nombre de jours de travail, l’onem a proposé l’application de l’article 33.

    En quoi cela consiste cet article 33 car je ne l’ai pas trouvé son contenu sur internet. Et as t’on intérêt à accepter cette proposition de l’onem sachant qu’il lui reste encore une durée d’un an potentiel  au cours duquel elle pourrait toucher des allocations d’insertion hormis les jours quand elle travaille à temps partiel.

    Je vous remercie pour votre réponse.

    Bien à vous.   Gilbert

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      21 février 2024

      Bonjour Gilbert,

      L’article 33 fait référence au chômage sur base de travail à temps partiel “volontaire”, il est donc possible que cela soit plus avantageux qu’une allocation d’insertion, mais tout dépend de la situation précise de votre fille. Cela peut varier au cas par cas.

      Les allocations d’insertions sont limitées dans le temps, 36 mois sauf si votre fille est isolée ou cohabitante avec charge, où elle pourra y avoir droit jusqu’à 33 ans.

      Les allocations de chômage sur base d’un travail à temps partiel sont illimitées dans le temps.
      Le montant des allocations d’insertion est un forfait en fonction de l’âge et de la situation familiale , vous pourrez trouver les montants sur le site de l’ONEM.
      Le montant de la demi-allocation de chômage peut être déterminé à la suite d’un calcul assez technique en fonction de sa rémunération brute, de son régime horaire et de sa situation familiale.
      Pour une question aussi complexe, je conseillerais à votre fille de nous appeler ou de passer à l’une de nos permanences.

      En espérant avoir pu vous aider, n’hésitez pas si vous avez d’autres questions !

      Répondre
  3. Alex
    19 février 2024

    Bonjour,

    J’ai 43 ans, j’ai travaillé d’août 2022 à novembre 2023 licencié par mon employeur, fin du préavis 27/12/2023

    J’ai été en mutuelle invalidité tout 2022 ai-je droit au chômage, car certain dis-en que oui et d’autre que non car je n’ai as assez de jour 412 assimilé donc je me retrouve sans aucun revenu ?

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      20 février 2024

      Bonjour Alex,

      Les jours sous la mutuelle comptent dans le cumul des jours.
      Si tous les jours de 2022 sont couverts soit par des indemnités de mutuelle soit par un salaire et que tous les jours de 2023 (jusqu’au 27/12) sont couverts par votre salaire, vous devriez atteindre sans problème les 468 jours requis dans les 33 derniers mois. Vous devriez donc bien avoir droit au chômage.

      Avez-vous introduit officiellement une demande d’allocations de chômage ? Il est conseillé de le faire pour que votre situation soit analysée par l’ONEM.
      Si vous ne rentrez pas dans les conditions, ils vous diront pour quelle raison. Dans ce cas, une aide du CPAS sera peut-être possible.

      En espérant avoir pu vous aider, n’hésitez pas si vous avez d’autres questions !

      Répondre
  4. Moumou
    19 février 2024

    Bonjour, Je suis ne le 03 septembre 1986. J ai commence a travailler (a temps plein) dans une societe le 14 novembre 2022. Je suis sous certificat medical depuis le 15 mai 2023 (jusqu a la fin fevrier 2024). J ai ete licencie en date du 17 janvier 2024. Ai je assez de jours de travail salarie pour avoir droit au chomage ? Avant le 14 novembre 2022, j ai travaille (a temps plein) de fevrier 2018 a decembre 2021. Merci beaucoup pour votre aide, Moumou

    Répondre
    1. Moumou
      19 février 2024

      J ai oublie de preciser que j ai recu une indemnite de conge pour la periode du 18 janvier 2024 au 14 mars 2024. Merci

      Répondre
  5. isabel****
    19 février 2024

    Bonjour,

    Je voudrais savoir si pour le droit à attribution de chomage le décompte des jours est ininterrompu ? j’ai un intervalle de 2 jours entre 2 contacts et j’aimerais savoir si cela peut être une question de droit au chômage.

    Merci

    Isabel

     

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      19 février 2024

      Bonjour Isabel,

      Ces 2 jours entre tes deux contrats de travail ne seront pas comptés pour ton droit au chômage.

      N’hésite pas à revenir vers nous si tu as d’autres questions !

      Répondre
  6. MisterVi
    18 février 2024

    Faut_il forcément avoir un diplôme secondaire pour toucher le chômage, même si on a un diplôme universitaire ?

    Répondre
  7. Shah
    15 février 2024

    Bonjour,  mon fils a travaillé 1 an dans une companie de IT et il a été licencié depuis novembre 2023. Il a fait demande de chomage auprès d’un syndicat. Il n’avait pas mentioné le salaire familiale, on lui a demandé de le faire pour faire la demande. Est ce obligatoire, ne peut il pas avoir son chòmage par rapport à son travail ?

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      16 février 2024

      Bonjour Shah,

      Comme tu peux le lire sur cette fiche, le montant des allocations de chômage dépend notamment de la situation personnelle et familiale du demandeur d’emploi.  Voilà pourquoi l’organisme de paiement a besoin d’information sur les ressources du ménage.

      Bien à toi

      Répondre
  8. Gabrielle
    12 février 2024

    Bonjour,

    Ma fille travaille comme indépendant depuis le mois de juillet 2023 mais elle va probablement devoir cesser cette activité (son unique client va vraisemblablement mettre fin à son contrat de consultance). Elle travaillait antérieurement comme salarié (depuis septembre 2021).

    A-t-elle droit à des allocations de chômage en attendant de trouver un nouvel emploi ? Quelles démarches doit-elle entreprendre à cet fin ?

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      12 février 2024
      Bonjour Gabrielle,
      Votre question n’est pas très précise. Votre fille avait-elle ouvert le droit au chômage avant de débuter son activité d’indépendante? OU, totalisera-t-elle le nombre de jours de travail salarié recquis (en fonction de son âge), à l’arrêt de son activité d’indépendante?
      En effet, il est tout à fait possible de prendre en compte une occupation salariée pour prétendre au chômage après une activité indépendante, pour autant que celle-ci ait été exercée pendant minimum 6 mois et maximum 15 ans. Mais pour ce faire, votre fille doit avoir été chômeuse indemnisée avant de débuter son travail indépendant; 1 seul jour d’indemnisation suffira. Vous trouverez plus d’informations sur la fiche T87 de l’Onem.
      L’autre possibilité pour qu’elle ouvre le droit au chômage, serait qu’elle prouve suffisamment de jours de travail salarié au cours de la période de référence, en focntion de son âge. Par exemple, les personnes de moins de 36 ans doivent totaliser 312 jours de travail salarié au cours des 21 mois précédant leur demande. Vous trouverez plus d’informations à ce propos sur le fiche ci-dessus.
      Si elle remplit l’une de ces 2 conditions, elle devra alors introduire une demande d’allocations de chômage auprès d’un organisme de paiement (CAPAC ou syndicat) et s’inscrire comme demandeuse d’emploi auprès du Service Régional de l’emploi (Actiris, Forem ou VDAB). Vous trouverez toutes les démarches à effectuer sur une autre de nos fiches.
      Pour d’autres questions, n’hésitez pas à nous recontacter.
      Répondre
      1. Gabrielle
        13 février 2024

        Bonjour et merci votre réponse.

        Ma fille a travaillé comme salariée entre le 01/09/2021 et le 28/07/2023.

        Elle a ensuite immédiatement commencé son activité d’indépendante, sans avoir ouvert ses droits au chômage. Si elle arrête son activité d’indépendante p. ex. le 30/04/2024, j’en conclus qu’elle doit totaliser 312 jours de travail comme salariée dans les 21 mois précédant sa demande, càd dans la période entre le 01/08/2022 et le 01/05/2024. Est-ce bien exact ?

        Admettons cependant que pour une raison ou une autre, elle n’atteigne pas ce quota de 321 jours, quelle sera alors sa situation et quand aura-t-elle droit à des allocations de chômage ? Quelles formalités devra-t-elle accomplir à cet effet afin de préserver ses droits dans l’attente d’un nouveau travail ?

        Répondre
        1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
          13 février 2024

          Bonjour Gabrielle,

          Il n’y a pas que la règle des 21 mois, il y a aussi la possibilité de se trouver dans la situations des 33 (468 jours) ou  42 (624 jours) mois, qui lui permettraient d’ouvrir à un droit de chômage. D’après mes calculs, si elle a travaillé en temps plein, elle aura un peu moins de 600 jours en 23-24 mois, soit plus de 468 jours en 28-29 mois, elle rentre donc à priori dans les conditions des 33 mois. Si ce n’est pas le cas, il est aussi possible d’avoir un chômage sur le travail indépendant, si elle répond aux conditions.

          Qui plus est, la période de référence de 21, 33 ou 42 mois peut être prolongée par certains évènements. Et notamment par celui-ci : exercice d’une profession non assujettie à la sécurité sociale, secteur chômage (minimum 6 mois, maximum 15 ans).
          Ce qui signifie qu’elle aura bien droit au chômage après l’abandon de son activité indépendante de plus de 6 mois.

          En espérant avoir pu vous aider, n’hésitez pas si vous avez d’autres questions !

          Répondre
          1. Gabrielle
            14 février 2024

            Bonjour et merci beaucoup pour votre réponse et votre aide !

            Je ne suis pas sûre de bien comprendrez : si je lis bien, les 312 jours de travail comme salarié doivent avoir été effectués dans la période de 21 mois précédant la demande d’allocations de chômage.

            Admettons que ma fille introduise sa demande s’allocations le 01/05/2024, la période de référence à prendre en considération commence donc 21 mois plus tôt, soit le 01/08/2022. Il faut donc compter le nombre de jours où elle a travaillé comme salariée au cours de la période allant du 01/08/2022 jusqu’au 01/05/2024, soit +/- 12 mois (équivalant à +/- 312 jours de travail) puisqu’elle a cessé son activité de salariée le 28 juillet 2023. Est-ce que quelque chose m’échappe ?

            Par ailleurs, vous me dites que la période de référence peut être allongée dans certains cas, parmi lesquels l'”exercice d’une profession non assujettie à la sécurité sociale, section chômage” pendant plus de 6 mois. Qu’entend-on par cela ? Une activité d’indépendante est, à mon sens, une activité assujettie à la sécurité sociale (des travailleurs indépendants), est-ce que je me trompe ?

            Merci encore pour vos informations car la matière est vraiment complexe pour des non-initiés !

          2. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
            14 février 2024
            Bonjour,
            Non, une activité d’indépendante n’est pas une activité assujettie à la sécurité sociale, secteur chômage. Et cette activité permet donc bien de prolonger la période de référence.
            Comme indiqué sur cette fiche et ci-dessus, si votre fille a moins de 36 ans, elle doit prouver soit  :
            • soit 312 jours de travail salarié au cours des 21 mois précédant sa demande;
            • soit 468 jours de travail salarié au cours des 33 mois précédant sa demande
            • soit 624 jours de travail salarié au cours des 42 mois précédant sa demande.
            Ainsi, si elle introduit sa demande d’allocations le 01/05/2024, la période de référence à prendre en considération commence soit :
            •  21 mois plus tôt, soit le 01/08/2022. Elle doit donc prouver 312 jours de travail salarié  avant cette date.
            • 33 mois plus tôt, soit le 01/08/2021. Elle doit donc prouver 468 jours de travail salarié avant cette date.
            • 42 mois plus tôt, soit le 01/12/2020.  Elle doit donc prouver 624 jours de travail salarié avant cette date.
            Cependant, dans la situation de votre fille, c’est-à-dire avoir exercer une profession indépendante avec un travail salarié, la période de référence peut être prolongée par la période d’exercice d’une profession indépendante pendant minimum 6 mois et maximum 15 ans. Ainsi, si elle a exercer une activité d’indépendant du 29/07/2023 au 01/05/2024, c’est-à-dire 277 jours ou 9 mois et 3 jours, alors les périodes de 21 mois, 33 mois, 42 mois sont prolongée de 9 mois et 3 jours. Par exemple, elle doit prouver 312 jours de travail salarié avant le 28/11/2021 (21 mois+9 mois et 3 jours = 30 mois et 3 jours).
            J’espère avoir répondu à ta question. N’hésite pas à revenir vers nous.
          3. Gabrielle
            15 février 2024

            Bonjour et merci pour toutes ces informations, j’y vois plus clair à présent.

            Une dernière question : si ma fille décide de s’inscrire comme demandeur d’emploi et si elle touche des allocations de chômage, cela l’oblige-t-elle à mettre fin immédiatement à son statut d’indépendante et à liquider la société qu’elle a constituée pour exercer cette activité ? Ou bien peut-elle garder son statut d’indépendante et garder sa société en vie (même sans activité) le temps pour elle de trouver un nouveau job, comme salariée ou comme indépendante ?

        2. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
          16 février 2024
          Bonjour Gabrielle,
          Non, il ne sera pas possible dans son cas de cumuler le statut d’indépendante avec le bénéfice des allocations de chômage. Pour avoir droit au chômage, elle doit donc impérativement mettre fin à son activité indépendante.
          Vous pouvez trouver toutes les explications sur l’incidence d’une activité indépendante sur le chômage sur la feuille info T87 de l’ONEM.
          En espérant avoir pu vous aider, n’hésitez pas si vous avez d’autres questions !
          Répondre
          1. Gabrielle
            16 février 2024

            Ok. Merci beaucoup pour toutes ces informations qui m’ont été bien utiles !

  9. Kka
    10 février 2024

    Bonjour,

    J’aimerais savoir si je dimicionne pour aller travailler en France est ce que j’ai droit de chomage belge au cas ou je perdre mon travail en France dans la premier 4 moin. J’ai travaile en Belgique depuis 3 ans em contrat cdi, temp-plain et je compte terminer mon contrat en respectant tout les condition. J’ai un offre d’emploi à Paris valable justqu’a 13 fevrier. Merci pour information

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      12 février 2024

      Bonjour Kka,

      Tu pourras en effet demander un transfert de droit de chômage en France, tu devras demander le document U1 auprès de l’ONEM pour ensuite le remettre à France Travail (anciennement pole emploi).

      Notes toutefois, qu’en cas d’arrêt de travail volontaire, donc démission/commun accord, il se pourrait que tu sois sanctionnée par l’ONEM, en Belgique. Donc si tu restes domiciliée en Belgique et ne te fais pas embaucher, tu pourrais en effet ne pas toucher le chômage. Si tu pars t’installer en France, cela dépendra du droit français. Il faudra donc que tu prennes contact avec France Travail pour savoir si tu pourras demander le chômage.

      Si tu perds ton emploi à Paris après au moins 13 semaines de travail, et que tu reviens vivre en Belgique, tu pourras obtenir des indemnités de chômage en Belgique. Si le travail à Paris dure moins de 13 semaines, il y a une appréciation de la situation par l’Onem. Il y a donc un risque de sanction (mais pas certain).

      En espérant avoir pu t’aider, n’hésites pas si tu as d’autres questions !

      Répondre
  10. Appollonia
    8 février 2024

    Bonjour je voudrais savoir si j’ai le droit à une aide en ayant travaillé de Avril 2023 à octobre 2023 à temps plein

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      8 février 2024

      Bonjour Appolonia,

      Dans l’hypothèse où tu as moins de 36 ans, tu dois travailler 312 jours au cours des 21 mois précédant la demande pour ouvrir un droit au chômage.  Si tu n’as travaillé que 7 mois, tu ne pourras pas ouvrir de droit au chômage sur base du travail.

      Bien à toi

      Répondre
  11. Fabizen
    4 février 2024

    J’ai travaillé 9 ans en France ai je droit au chômage en Belgique

    j’ai quitté la Belgique avec un accord amiable de mon employeur pour suivre mon compagnon déplacé en France en 2014

    jy ai travaillé 9 ans

    je suis en Belgique et difficulté de transfert de mes droits que faire pour être indemnisé

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      7 février 2024

      Bonjour,

      Il est possible de récupérer un droit au chômage en Belgique après une période d’occupation à l’étranger, dans un pays membre de l’Union Européenne.

      Trois scénarios sont possibles :

       

      1)      Travailler en Belgique au moins trois mois comme salarié après la période de travail à l’étranger et avant d’introduire le dossier chômage.

      Sur cette fiche, tu auras toutes les informations.

      Attention, sache que le calcul des allocations de chômage se fait sur la base du salaire perçu sur les dernières quatre semaines de travail. Dans ton cas, cela veut dire que le montant de l’allocation dépendra du salaire perçu pendant la période de travail de trois mois en Belgique.

      2)      Ouvrir un droit directement (sans travaillé 3 mois) sur base de tes prestations en Belgique avant ton départ en France. La période de référence (de 21, 33 ou 42 mois) peut en effet être prolongée par une période de travail à l’étranger.

      3)      Si tu as ouvert un droit au chômage en France, d’exporter ce chômage français en Belgique pendant 3 mois pour y chercher du travail. Il faut se renseigner auprès de Pôle Emploi pour les démarches.

      J’espère avoir répondu à tes questions,

      À très bientôt 🙂

      Répondre
  12. Ginii
    1 février 2024

    Bonjour,

    Je travaille depuis 3ans et 4mois en CDI temps plein dans un lieu privé mais j’aimerai arrêté car les conditions de travail ne sont pas ok, je ne veux plus faire ça…

    mon employeur était ok pour inscrire sur mon c4 que je ne correspondait plus tout simplement sauf que maintenant, il me demande une lettre écrite donc démission mais je ne peux pas être sanctionné auprès du chômage mais nous sommes d’accord que je perdrais tout les droits d’allocations de chômage ?

    Auriez-vous une solution?

    merci d’avance!

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      2 février 2024

      Bonjour Ginii,

      Même si l’employeur inscrit sur ton C4 que tu as démissionné, cela ne veut pas dire que tu n’as pas droit aux allocations de chômage. Cela veut dire que tu risques dans un premier temps d’être sanctionné par l’Onem.  La sanction que peut prendre l’ONEm va d’un avertissement à une exclusion du droit aux allocations de chômage pour une durée de 4 à 52 semaines. Pour déterminer sa sanction, l’ONEm va en principe te convoquer pour une audition. 

      Une fois la sanction terminée, il faut se ré inscrire comme demandeur d’emploi et refaire une demande d’allocations auprès de l’organisme de paiement (un syndicat ou la CAPAC). Ensuite, tu recevras tes allocations de chômage. 

      N’hésite pas à revenir vers nous si tu as d’autres questions !

      Répondre
  13. Bastien
    31 janvier 2024

    Bonsoir,

    Comment l’Onem calcule les jours de travail si on a travaillé sur une période ininterrompue de 44 semaines à temps plein ( 15/05/23 au 17/03/24) ?

    Merci!

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      1 février 2024

      Bonjour Bastien,

      La méthode de calcul est expliquée dans l’article au-dessus des commentaires, sous le titre “comment calculer tes jours ?”

      Bien à toi

      Répondre
  14. Celo
    28 janvier 2024

    Bonjour,

     

    Faut il absolument comptabiliser un total de 12 mois de travail sur les 21 mois pour ouvrir le droit au chômage pour les moins 36 ans ? Que se passe si j’ai presté 312 jours en moins 10 mois réparti sur 21 mois ? Est ce que cela ouvre le droit au chômage ?

     

    Merci d’avance !

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      30 janvier 2024

      Bonjour Celo,

      Je ne suis pas certaine de bien comprendre ta question. Si tu as bien comptabilisé un total de 312 jours de travail au cours des 21 derniers mois, alors tu remplis bien l’une des conditions pour avoir accès au chômage. Bien entendu tu peux avoir comptabilisé ces jours dans un délai plus court que 21 mois, il s’agit d’un délai maximal.

      Si tu as encore des doutes, n’hésite pas à revenir vers nous

      Répondre
  15. Camica
    28 janvier 2024

    Bonjour,

    Pour connaître et calculer les jours de travail en tant que salarié dans le secteur privé, est ce que l’ONEM se base sur les jours “mycareer.be” plateforme digital de ONSS.be ? Je suis un peu confus car ce site “mycareer.be” compte un nombre de jours largement supérieur à ce que j’ai travaillé. Exemple : j’ai travaillé 7 mois équivalent à 154 jours (régime 5 jours semaine) et le site mentionne un total de 206 jours  (je sais que ce n’est pas suffisant pour le chômage mais je cherche juste à comprendre).

    Deuxième question concerne le calcul des jours pour les fonctionnaires de l’enseignement, est-il diffèrent ?

    Je vous remercie d’avance

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      30 janvier 2024
      Bonjour Camica,
      Cette fiche précise comment l’ONEM calcul les jours de travail.
      Il y est indiqué :
      “Quels sont les jours qui comptent? Les jours de travail qui ont été effectués dans une profession salariée (les prestations de travail accomplies par un travailleur indépendant ne comptent pas); Avec une rémunération que la législation considère comme suffisante; Pour lesquels il y a eu des retenues de sécurité sociale, y compris pour le secteur chômage.
      Certaines journées sont assimilées à des journées de travail: par exemple, les journées de maladie indemnisées par la mutuelle et les journées couvertes par le pécule de vacances.”
      “Comment calculer ces jours? Si vous travaillez à temps plein de façon ininterrompue, l’ONEM compte en moyenne 78 jours de travail par trimestre.
      Dans les autres cas, le nombre de jours de travail pris en considération est égal au nombre de jours de travail effectués pendant l’occupation, multiplié par 6, et divisé par le nombre hebdomadaire moyen de jours de travail.”
      Cependant, si tu as travaillé dans l’enseignement, une période additionnelle s’ajoute.
      “Si vous avez travaillé dans l’enseignement, en ayant perçu une rémunération différée, alors une période additionnelle de travail est calculée. Celle-ci s’élève à 1/5ème (arrondi à l’unité supérieure) des jours prestés pendant l’année scolaire comme enseignant.

      Cette période additionnelle couvre en partie la période de juillet/août (ou la totalité si vous avez travaillé à temps plein toute l’année). Cette période est prise également en compte pour l’admission.”
      J’espère avoir répondu à ta question. N’hésite pas à revenir vers nous.
      Répondre
  16. Thierry
    26 janvier 2024

    Bonjour j ai travaillé 37 ans en Belgique et je conte rentrer en France définitivement quel  formulaire dois-je envoyer merci

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      26 janvier 2024
      Bonjour Thierry,
      Afin de pouvoir bénéficier d’allocations chômage, il faut résider en Belgique comme indiqué ici.
      Pour savoir si vous pouvez bénéficier d’allocations chômage en France, je te conseille de te renseigner auprès de France Travail.
      J’espère avoir répondu à ta question. N’hésite pas à revenir vers nous.
      Répondre
  17. Amandine
    25 janvier 2024

    Bonjour, j’ai une question par rapport à mes allocations d’insertion et un changement de situation.

    Je perçois en ce moment des allocations d’insertion et j’habite avec mon père qui vient d’être indépendant et ma soeur de 23 ans qui ne perçoit aucun revenu ni aide. Je suis enceinte et j’accouche le mois prochain. Quels seront les changements dans mes allocations d’insetion? Sachante que je perçoit un montant de cohabitant, soit 23€ et quelques par jours. Mon père lui a une dette et doit payer un importante somme par mois au SPF finances et son salaire n’est pas suffisant pour payer tout à la maison, donc je dois forcément l’aider dans les dépenses (factures, loyer, dettes, etc.) et en plus de ça il y a un bébé qui sera à ma charge.

    Sauriez-vous plus ou moins me dire s’il existe une possibilité de passer de cohabitant à cohabitant avec charge  et donc percevoir un montant plus élevé.

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      26 janvier 2024
      Bonjour Amandine,
      Pour savoir ta situation familiale d’après l’ONEM, clique ici.
      Si je comprends bien, tu feras partie de cette situation : “Vous cohabitez exclusivement avec un ou plusieurs enfants et avec un ou plusieurs parents ou alliés jusqu’au troisième degré inclus “. Dès la naissance de ton enfant, tu recevras automatiquement des allocations familiales jusqu’à ses 18 ans.
      Tu seras considérée comme cohabitante sans charge de famille car tu vis avec ton père qui est indépendant et a donc des revenus professionnels.  Tant que tu vivras avec ton père ou ta sœur et qu’un d’eux disposera d’un revenu professionnel ou de remplacement, tu seras considérée comme cohabitante sans charge de famille. Si tu vis seule avec ton enfant, tu auras droit au taux cohabitant avec charge de famille (1.696,76€/mois).
      J’espère avoir répondu à ta question. N’hésite pas à revenir vers nous.

       

      Répondre
  18. JustASeal
    24 janvier 2024

    Bonjour,

    J’ai 2 petites questions svp. J’ai bien compris les règles d’admission au chômage à temps plein via le calcul des périodes de travail à temps partiel.

    Donc si mon contrat a démarré le 01/11/2022, et que je travaille à 80% (30,4 h pour une activité temps plein à 38h/semaine), en date du lundi 5 février 2024, j’aurai bien acquis : 65 semaines * 30,4 heures * 6 / 38 = 312 jours et là ce sera ok ? En cas de licenciement, les jours de préavis comptent bien comme des jours de travail salarié ?

    2ème question : Le revenu mensuel du chomage à temps plein, en revenu brut, est-il calculé sur mon brut à temps plein ou sur mon brut après le coefficient de 80% (qui est ma réelle activité) ?

    Merci d’avance

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      26 janvier 2024

      Bonjour Just A Seal,

      Nous t’avons également répondu par mail.

       

      Ton calcul est correcte, et au 05/02/24 tu auras bien accumulé 312jours de travail. Si tu as mois de 36ans ce sera suffisant pour ouvrir ton droit au chômage. Attention à t’assurer que tous les jours pris en compte sont bien assimilés à des jours de travail, à titre d’exemple les jours de congé sans solde ne le sont pas. Les jours prestés sous préavis sont eux bien assimilés à des jours de travail qui rentrent en compte dans le calcul pour ouvrir ton droit au chômage.

       

      Concernant le montant de ton allocation chômage, celle-ci sera calculée sur base de ton dernier salaire brut à mi temps (80%). Tu trouveras toutes les informations à ce sujet, ici.

       

      Si tu as encore des doutes, n’hésite pas à revenir vers nous

      Répondre
      1. JustASeal
        26 janvier 2024

        Un grand merci 🙂

        Répondre
  19. Anna
    21 janvier 2024

    Bonjour,

    Merci pour la fiche explicative.

    J’ai quelques questions:

    -J’ai commencé à travailler le 12/06/23 en tant qu’intérimaire et ma mission se finit fin avril. Suis-je bien dans les conditions pour bénéficier du chômage complet ?

    -J’ai été mise en chômage temporaire (dernière semaine de décembre 2023), est-ce considéré comme une interruption ?

    -Les jours fériés légaux, congés sans solde, maladies et heures de récupération sont-ils assimilés au nombre de jour de travail salarié ?

    Merci d’avance pour votre aide! 

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      24 janvier 2024

      Bonjour Anna,
      Il me manque des détails pour répondre à ta question de manière précise. Quel âge as-tu ? As-tu travaillé avec cette période de travail intérimaire ? En effet, pour ouvrir un droit aux allocations de chômage, il faut prouver un certain nombre de jours de travail sur une période donnée (dite période de référence) en fonction de son âge. Pour les personnes de moins de 36 ans, il faut prouver 312 jours de travail (soit un an) sur une période de référence de 21 mois qui précède la demande d’allocations de chômage. Dès lors, sur base de cette seule période de travail intérimaire, tu n’ouvriras pas de droit à des allocations de chômage. Si tu as travaillé précédemment, il faudrait vérifier avec ton organisme de paiement (CAPAC ou syndicat) si tu cumules alors suffisamment de jours de travail pour ouvrir un droit aux allocations. Concernant le chômage temporaire, il peut, dans certains cas (par exemple impossibilité de prester son travail pour cause de gel), être pris en compte pour l’ouverture d’un droit aux allocations de chômage (à vérifier donc avec l’organisme de paiement). Les jours fériés légaux pendant une période de travail sont considérés comme des jours de travail. Les heures de récupération également. Les jours de congés sans solde ne sont eux pas pris en compte.
      J’espère avoir pu éclaircir les choses pour toi !

      Répondre
      1. Anna
        24 janvier 2024

        Bonjour,

        Déjà un tout grand merci pour vos réponses!

        Pour apporter plus d’infos à ma première question, j’ai 26 ans, et j’avais travaillé à mi-temps (19h par semaine sur un régime de 38H/semaine) du 16/05/22 au 18/11/22.

        Répondre
        1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
          9 février 2024

          Bonjour Anna,

          Nous sommes désolés pour la réponse tardive, ta question n’avait pas été détectée.

          D’après les informations que tu nous donnes, il te manquera quelques jours pour avoir droit au chômage à temps plein à la fin de ta mission intérim. En revanche, tu comptabiliseras assez de demi-jours de travail pour avoir accès au chômage sur base d’un temps partiel. Ceci est dû au fait que la période de référence pour le chômage complet est de 21 mois précédant la demande de chômage, alors que pour le temps partiel elle est de 27 mois. Puisqu’on peut remonter plus loin dans le passé, on peut tenir compte de tous tes jours de travail de 2022.

          Dans ce cas, le montant des allocations est plus bas puisque cela donne droit à des demi-allocations (et pas à des allocations à temps plein).
          La méthode de calcul des jours pour le chômage à temps plein est expliquée dans cette fiche de l’Onem, et la méthode de calcul pour le chômage temps partiel est expliquée dans celle-ci.

          N’hésite pas à revenir vers nous si tu as d’autres questions !

          Répondre
          1. Anna
            18 février 2024

            Bonjour,

            Merci pour l’info.

            J’ai une dernière question. Quand je travaillais à mi-temps, j’avais fait une demande de maintien des droits, cela me donnera donc bien droit au chômage à temps partiel ?

            Merci d’avance pour votre réponse 🙂

          2. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
            19 février 2024

            Bonjour Anna,

            Après ta période de travail à temps partiel avec maintien de droits, est-ce que tu touchais des allocations de chômage (avant de commencer ta mission intérim, donc entre novembre 2022 et juin 2023) ?

          3. Anna
            21 février 2024

            Re-bonjour 🙂

            Je n’arrive pas à répondre à votre question du 19 février ci-dessous. Je n’avais pas eu droit au chômage complet mais je touchais des allocations d’insertion entre mon contrat mi-temps et ma période intérim.

  20. david
    18 janvier 2024

    pourriez-vous me calculer si en date du 11/01/2024 j’ai bien 312 jours quelle date limite puis-je introduire ma demande d’allocation pour avoir mes droits sachant que j’ai 31 ans donc être dans les 21 derniers mois

    merci d’avance

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      18 janvier 2024

      Bonjour David,

      Ne sachant ni la date de début de ton contrat, ni comment les 312 jours ont été calculés, il ne nous est malheureusement pas possible de répondre à la question avec précision. Donc, tout va dépendre si ces 312 jours ont été cumulés en un ou plusieurs contrats. L’important est que ce nombre minimum de jours de travail salarié requis se situe dans les 21 mois qui précèdent le jour de l’introduction de ta demande. Par exemples, s’il s’agissait d’un temps plein qui avait débuté le 12/01/2023 pour se terminer le 11/01/2024 (donc 1 année complète (312 jours) sans interruption), tu aurais jusqu’au 11/09/2024 au plus tard pour introduire ta demande. Mais, s’ils ont été cumulés sur base de plusieurs contrats avec des interruptions, calcul de la période de référence (les 21 mois) débuterait plus tôt. Tu trouveras plus d’informations pour les conditions pour ouvrir le droit sur la fiche ci-dessus.

      Pour d’autres questions, n’hésite pas à nous recontacter.

      Répondre
  21. Cris
    16 janvier 2024

    J’ai une question : si je suis chômeur et que je trouve un CDI, mais le travail ne me convient pas pour diverses raisons, et que je me rétracte avant les 15 jours de la signature, ai-je le droit de récupérer mon chômage pour continuer à chercher du travail, ou est-ce que je ne récupère pas mon chômage ?

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      7 février 2024
      Bonjour Cris,
      Je ne suis pas certaine d’avoir bien compris ta situation : tu veux te rétracter avant même d’avoir commencé ton travail ou tu as déjà commencé mais tu en es à tes débuts?
      Si tu as déjà commencé, alors en démissionnant, tu risques de te faire sanctionner par l’Onem et d’ être exclu des allocations pour une durée de 4 à 52 semaines.
      Si par contre, tu n’as encore commencé à travailler : soit ton employeur exigera que tu prestes ton préavis (d’une semaine pour 0 à 3 mois de travail), c’est assez rare vu que c’est contraignant de faire venir quelqu’un pour une semaine – mais selon la fonction, c’est possible! Dans ce cas, tu n’auras pas d’autres choix que de démissionner (ou t’arranger à l’amiable avec ton employeur mais aux yeux de l’Onem cela revient au même). Soit, tu n’as rien à prester et aucune déclaration dimona n’est effectuée. Si ton conseiller Actiris ou l’Onem n’était pas au courant de ce futur emploi, alors tu continueras à percevoir tes allocations sans coupure.
      Si tu as encore des doutes, n’hésite pas à revenir vers nous
      Répondre
  22. edite
    16 janvier 2024

    Bonjour,

    J’ai travaillé pour une entreprise Bruxelloise du 2 janvier 2023 au 27 juin 2023. J’avais un CDD de 1 an mais celui-ci as pris fin de commun accord car j’ai été offert une place à l’étranger (en Finlande) pour poursuivre un master. Je n’ai actuellement aucune aide financière. Cependant, je me demande si j’ai droit au chômage ? Je vous remercie en avance pour votre assistance.

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      17 janvier 2024
      Bonjour edith,
      Si tu poursuis actuellement un master en Finlande, tu n’as pas droit aux allocations de chômage. En effet, si tu es étudiante, tu n’es pas disponible sur le marché de l’emploi. De plus, tu dois résider de manière effective en Belgique pour éventuellement avoir droit aux allocations de chômage. C’est pareil pour un éventuel revenu d’intégration sociale.
       Note également qu’il faut aussi soit avoir travaillé au moins un an soit avoir accompli un stage d’insertion d’un an pour ouvrir un droit à des allocations.
      J’espère avoir répondu à ta question. N’hésite pas à revenir vers nous.
      Répondre
  23. Bijo
    8 janvier 2024

    J’ai été au choma durant la période covid de November 2020 à Avril 2022. J’ai repris le travail temps à temps plein 38h semaine puis 40 h semaine de Mai 2022 jusqu’à ce jour. Si mon contrat se termine dans le mois prochain, février 2024, aurai-je droit au chomâge ?

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      11 janvier 2024

      Bonjour Bijo,

      A la fin de ton contrat actuel, tu rouvriras bien ton droit au chômage. Tu devras te réinscrire comme demandeur d’emploi et introduire une nouvelle demande d’allocations auprès d’un organisme de paiement (CAPAC ou syndicat). Tu ne seras malheureusement pas indemnisée sur base de ce dernier contrat, 22 mois de travail étant insuffisants dans ce cas. Pour qu’une nouvelle rémunération soit prise en compte par l’Onem comme nouvelle base de calcul, il faut une interruption de minimum 24 mois (2 ans de travail). Tu trouveras plus d’informations à ce propos sur la fiche-info T67 de l’Onem. Nous te conseillons doc, si possible de demander à ton employeur de prolonger ton contrat de 2 mois, le temps de totaliser la période requise pour que ton salaire de ton dernier contrat soit pris comme base de calcul de ton chômage.

      A défaut, tu reviendras en première période d’indemnisation. En effet, une période de travail d’au moins de 12 mois est suffisante pour revenir en Période 1 du chômage (voir tous les montants du chômage ici). Le calcul du montant de tes allocations se fera dans ce cas sur base de ton dernier salaire à partir duquel tu avais ouvert le droit précédemment.

      Pour d’autres questions, n’hésite pas à nous recontacter.

      Répondre
  24. Natalya
    6 janvier 2024

    J’ai 46 ans, je travaille au temps partiel -20 heures par semaine depuis le 17 décembre 2021. J’ai le droit pour le chômage complet ?

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      11 janvier 2024

      Bonjour Natalya,

      Ta question n’est pas très claire. Qu’entends-tu par “chômage complet? Car, être chômeur complet, c’est ne pas être lié à un contrat de travail avec un employeur; à ne pas confondre avec le fait d’avoir un complément de chômage dont le bénéfice est conditionné par l’ouverture du droit sur base d’un temps plein et le début d’un temps partiel.

      Dans tous les cas, pour ouvrir le droit aux allocations de chômage, il faut prouver un certain nombre de jours de travail salarié au cours d’une certaine période de référence. Par exemple, les personnes entre 36 et 49 ans travaillant à temps partiel doivent totaliser minimum 468 demi-jours de travail au cours des 39 mois précédant leur demande. Mais attention, sauf dérogation, il faut avoir eu un régime minimum d’1/3 temps. Donc, comme ton contrat a déjà une durée 2 ans, à la perte de celui-ci, si tu travailles minimum 13 heures par semaine, tu ouvriras le droit au chômage complet à la perte de ton emploi; malgré que tu travailles à temps partiel. Mais, comme tu travailles à temps partiel, tu toucheras des demi-allocations de chômage. Tu trouveras plus d’informations sur l’ouverture du droit au chômage sur base d’un temps partiel sur une autre de nos fiches.

      Pour d’autres informations, n’hésite pas à nous recontacter.

      Répondre
  25. fred
    5 janvier 2024

    Si j’ai travaillé a mi temps avec un CDD du 1er mars au 31 décembre, ai je droit au chômage ?

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      9 janvier 2024

      Bonjour fred,
      Il me manque des détails pour répondre à ta question de manière précise. Quel âge as-tu ? Avais tu travaillé avant ce CDD de 10 mois ?
      En effet, pour ouvrir un droit aux allocations de chômage, il faut prouver un certain nombre de jours de travail sur une période donnée (appelée période de référence) en fonction de son âge.
      Par exemple, lorsque l’on travaille à temps partiel comme toi, pour les personnes de moins de 36 ans, il faut prouver 312 jours de travail (soit un an) sur une période de référence de 27 mois qui précède la demande d’allocations. Tu trouveras d’ailleurs toutes les informations relatives au fait de travailler à temps partiel et le fait d’ouvrir un droit aux allocations de chômage via le lien suivant.
      Dès lors, si tu n’avais pas travaillé avant ce CDD de 10 mois, tu n’ouvriras pas de droits aux allocations de chômage sur base de cette seule expérience professionnelle.
      Si tu avais travaillé avant ce CDD de 10 mois, il faudrait vérifier si, en comptabilisant tes expériences professionnelles précédentes, tu cumules suffisamment de jours de travail pour ouvrir le droit aux allocations. Tu pourrais vérifier ça avec ton organisme de paiement (CAPAC ou syndicat).
      J’espère avoir pu clarifier les choses pour toi ! N’hésite pas s’il te faut d’autres infos !

      Répondre
  26. Tacha
    3 janvier 2024

    Lorsque on signe un contrat de travail pleins temps  doit on demander une preservation de droit de chômage complet

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      9 janvier 2024

      Bonjour Tacha,
      Effectuer une demande de maintien des droits est recommandé lorsque l’on entame un travail à temps partiel. Il n’est pas nécessaire de faire cette demande de maintien des droits dans le cadre d’un contrat à temps plein.
      J’espère avoir pu éclaircir les choses pour toi ! N’hésite pas s’il te faut d’autres infos !

      Répondre
  27. Elisbet
    2 janvier 2024

    J’ai travaillé en Belgique 38 ans j’ai tenté une expérience d’indépendant à l’étranger .cette expérience n’étant pas rentable je me voie dans l’obligation de l’arrêté.je suis domicilié en Belgique est ce j’ai le droit du chômage?

     

     

     

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      9 janvier 2024

      Bonjour Elisbet,

      Tu pourrais peut-être avoir droit au chômage. Pour avoir droit au chômage en Belgique, il faut prouver qu’on a travaillé un certain nombre de jours, au cours d’une période de X mois qui précèdent la demande de chômage (= on appelle cela la période de référence).

      Le travail indépendant n’est pas comptabilisé pour prouver le nombre de jours de travail effectués. Cependant, il permet d’allonger la période de référence.

      Par exemple, une personne de 50 ans ou plus devra prouver qu’elle a travaillé 624 jours au cours des 42 mois qui précèdent la demande de chômage. Si cette personne a travaillé comme indépendant pendant 12 mois, elle devra prouver qu’elle a travaillé comme employée au moins 624 jours au cours de 54 mois (42+12) qui précèdent la demande.

      N’hésite pas à revenir vers nous si tu as d’autres questions !

      Répondre
  28. Siousiou
    19 décembre 2023

    Bonjour,

    J’ai fait un pvt à l’étranger. À mon retour, je me suis reinscrit au chômage et j’ai eu une allocation minimum de +-500 euros par mois.

    J’ai trouver un contrat de remplacement (31h/semaine) pendant 4 mois. Quand je me reinscrirais au chômage, quelle sera le montant de mes allocations ?  Je vais revenir à +-500 euros par mois ou j’aurais droit à plus ? Comme avant mon séjour à l’étranger ?

    D’avance merci

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      20 décembre 2023

      Bonjour Siousiou,
      Effectivement, si lors de ton séjour à l’étranger tu as peu ou tu n’as pas travaillé,  la diminution progressive des allocations continue à courir, même pendant la période d’interruption où tu ne reçois rien. Dès lors, il ne semble à priori malheureusement pas anormal que le montant de tes allocations de chômage ait diminué et que tu sois arrivé au montant forfaitaire.
      Si tu as atteint le montant forfaitaire, le fait d’avoir travaillé 4 mois en régime 31h / semaine n’aura malheureusement pas d’incidence sur le montant de tes allocations de chômage et lorsque ton CDD prendra fin, tu auras à priori droit au même montant qu’avant ton CDD (+/- 500€ / mois).
      Tu trouveras toutes les informations relatives au montant des allocations de chômage après une occupation professionnelle dans la fiche T67 de l’ONEm. Tu verras d’ailleurs dans la T67 que, pour revenir en 1ère période d’indemnisation, qu’il faut travailler 12 mois (sur une période de 18 mois qui pécède la demande d’allocations) à temps plein ou 24 mois à temps partiel (> 18 heures/semaine) sur une période de 33 mois qui pécède la demande d’allocations).
      J’espère avoir pu éclaircir les choses pour toi ! N’hésite pas à revenir vers nous si l’un ou l’autre élément ne te semble pas clair !

      Répondre
  29. Jacque
    13 décembre 2023

    Bonjour,

    j’ai démissionner de mon ancien travail et j’ai recommencé directement un nouveau travail.

    si je me fais licencier est-ce que j’ai droit au chômage directement ou je dois avoir un certain nombre de jours.

    mervi d’avance

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      14 décembre 2023

      Bonjour Jacque,
      Pour éviter toute sanction de l’ONEm lorsque l’on démissionne d’un emploi, il faut travailler minimum 13 semaines dans le cadre d’un nouveau contrat et que celui-ci prenne fin sans que tu ne sois à l’origine de la rupture du contrat (en remettant ta démission ou en ayant commis une faute).
      Dès lors, si tu étais licencié de ton nouvel emploi après minimum 13 semaines de travail, tu pourrais éviter la sanction pour abandon d’emploi et ouvrir directement un droit aux allocations de chômage (si tu rentres bien dans les conditions pour en ouvrir le droit – voir la fiche ci-dessus).
      J’espère avoir pu éclaircir les choses pour toi ! N’hésite pas s’il te faut d’autres infos !

      Répondre
  30. Help
    12 décembre 2023

    Bonjour,

    J’ai travaillé en temps-partiel depuis 1 an, et j’ai mis fin à mon contrat. Depuis 3 mois sans écoulés et j’arrive toujours pas a trouver un nouveau job. Est ce que je peux faire une demande auprès de l’ONEM?

    Merci par avance de votre aide.

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      14 décembre 2023

      Bonjour Help,
      Si tu as moins de 36 ans et que tu as travaillé un an en mi-temps, tu rentres bien dans les conditions pour ouvrir le droit à des demie allocations de chômage. Ceci-dit, lorsque l’on met fin à son contrat en remettant sa démission, il y a un risque de sanction de l’ONEm. Pour que cette sanction démarre, il faut s’inscrire comme demandeur d’emploi auprès d’ACtiris (à Bruxelles) ou du Forem (en Wallonie) et faire une demande d’allocations de chômage auprès de son organisme de paiement (CAPAC ou syndicat). Suite à la demande d’allocations de chômage, tu devrais être convoqué par l’ONEm afin d’être entendu sur le ou les motifs qui ont mené à la démission. Il est conseillé de se rendre à cette audition afin de pouvoir se défendre au mieux car l’ONEm fixe la durée de la sanction sur base de l’audition et des motifs de la démission. Une fois la sanction terminée, il faut se ré inscrire comme demandeur d’emploi et refaire une demande d’allocations auprès de l’organisme de paiement.
      J’espère avoir pu éclaircir les choses pour toi ! N’hésite pas s’il te faut d’autres infos !

      Répondre
  31. Sotogrande
    11 décembre 2023

    Bonjour,

    J’ai été embauché par ma boite en Juillet 2022, en CDI, à temps plein (39h/sem)  et cela fera donc 18 mois que je travaille. Ai-je déjà droit au chômage ou pas encore?

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      14 décembre 2023

      Bonjour Sotogrande,
      Il me manque des détails pour répondre à ta question de manière précise. En effet, comme tu peux le lire dans la fiche ci-dessus, pour ouvrir un droit aux allocations de chômage, il faut prouver un certain nombre de jours de travail sur une période donnée en fonction de son âge.
      Dès lors, ayant travaillé un et demi dans le cadre de ton contrat, si tu as moins de 49 ans, tu devrais bien ouvrir un droit aux allocations de chômage. Note que, si tu veux éviter toute sanction de l’ONEm et pouvoir bénéficier directement d’allocations de chômage, il faut que ton CDI prenne fin sans que tu ne sois à l’origine de la rupture du contrat en ayant remis ta démission ou en ayant commis une faute.
      Si tu as plus de 49 ans, cette expérience professionnelle ne suffira pas à elle seule et il faudrait alors voir suivant tes éventuelles expériences professionnelles antérieures si tu peux ouvrir le droit à des allocations.
      J’espère avoir pu éclaircir les choses pour toi ! N’hésite pas s’il te faut d’autres infos !

      Répondre
  32. Bart
    9 décembre 2023

    Bonjour,

    J’ai démissionner mais j’ai retrouvé un nouveau travail, je dois travailler combien de jours pour avoir droit au chômage en cas de licenciement.

    bien à vous

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      14 décembre 2023

      Bonjour Bart,
      Pour éviter une éventuelle sanction de l’ONEm suite à une démission, il faut travailler minimum 13 semaines dans le cadre d’un nouveau contrat qui suit la démission et que celui-ci prenne fin sans que tu ne sois à l’origine de la fin de ce nouveau contrat (démission ou faute de ta part). Dès lors, si tu travailles minimum 13 semaines dans le cadre de ce nouveau contrat et que tu rentres dans les conditions pour avoir droit au chômage, tu ne risques pas d’être sanctionné.
      J’espère avoir pu éclaircir les choses pour toi ! N’hésite pas s’il te faut d’autres infos !

      Répondre
  33. Malo
    3 décembre 2023

    Bonjour,

    j’aurais 24 ans en 2024 et ai travaillé en CDD du 1er février 2023 au 31 janvier 2024. Mon contrat a un taux horaire de 38h/semaine . Est ce que je remplie les conditions des 312 jours de travail sur les 21 derniers mois?

    merci,

     

    Malo

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      6 décembre 2023

      Bonjour Malo,

      Pour bénéficier des allocations de chômage, les personnes de moins de 36 ans comme toi doivent effectivement prouver 312 jours de travail salarié au cours des 21 mois précédant leur demande. Ces 312 jours correspondant à 1 année complète de travail, si tu travailles sans interruption de 01/02/2023 au 31/01/2024, tu rempliras bien les conditions pour prétendre aux allocations de chômage à la fin de ce contrat. Tu trouveras plus d’informations à ce propos sur la fiche ci-dessus.

      Pour d’autres questions, n’hésite pas à nous recontacter.

      Répondre
  34. YouM
    26 novembre 2023

    Bonjour ,

    J’ai travailler en temps pleins soit 36,5 h / semaine pendant 12 mois .

    Puis-je bénéficier du chômage d’allocation svp ?

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      29 novembre 2023
      Bonjour YouM,
      Pour être admis aux allocations de chômage, tu dois prouver :

      • un certain nombre de jours de travail salarié (stage);
      • au cours d’une certaine période (période de référence) précédant immédiatement la demande d’allocations de chômage.
      Ces jours et cette période varient selon ton âge.
      Si 36.5h/semaine est considéré comme un temps plein dans ton ancien contrat de travail, l’ONEM compte en moyenne 78 jours de travail par trimestre, ce qui fait 312 jours pour une année. 312 jours seront bien suffisants pour ouvrir un droit au chômage si tu as moins de 36 ans.
      J’espère avoir répondu à ta question. N’hésite pas à revenir vers nous.
      Répondre
  35. Tatiana
    14 novembre 2023

    Bonjour

     

    J’ai 34 ans et travaille en tant qu employee depuis 10 ans.  J’aimerais réorienter ma carrière et donc démissionner. J’aurai je pense une période de 3 mois entre le moment où je me lancerai en tant qu’ indépendante (complémentaire ou pas) et j’aimerais pouvoir bénéficier du chômage pendant ces quelques mois afin de m’aider.

    Comment puis je faire en sachant que je devrai sûrement démissionner de mon poste actuel

     

    Merci beaucoup

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      16 novembre 2023

      Bonjour Tatiana,

      Puisque tu as moins de 36 ans, tu dois avoir travaillé 312 jours au cours des 21 derniers mois pour ouvrir un droit au chômage, ce qui a l’air d’être ton cas.

      Lorsque tu démissionnes ou que ton contrat est rompu de commun accord, tu as bien droit au chômage. Par contre, l’ONEm pourrait décider de te sanctionner puisque tu as volontairement quitté ton emploi. La sanction que peut prendre l’ONEm va d’un avertissement à une exclusion du droit aux allocations de chômage pour une durée de 4 à 52 semaines. Pour déterminer sa sanction, l’ONEm te reçoit en audition. Attention néanmoins : si il apparait que tu as démissionné dans l’unique but de bénéficier du chômage, l’ONEm pourrait décider de t’exclure indéfiniment du droit aux allocations.

      Pour le lancement de ton activité indépendante durant ton chômage, tu pourrais peut-être bénéficier de l’avantage tremplin. N’hésite pas à contacter 1819, un service spécialisé dans les questions de l’entreprenariat qui pourra t’expliquer concrètement quelles sont les conditions pour en bénéficier.

      J’espère que cela répond à ta question, n’hésite pas à nous recontacter si besoin !

       

      Répondre
  36. Trici
    14 novembre 2023

    Bonjour,

    Enceinte et intérimaire je me vois contrainte d’arrêter le travaille, car mon poste ne me permet pas d’exercer dans mon état de santé. Ainsi donc je voudrais savoir si je peux avoir une allocation de chômage. Je tiens à préciser que ça fait 4 mois que j’y travaille.

    Bien à vous,

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      20 novembre 2023

      Bonjour Trici,

      Si tu es enceinte et que ton travail présente un danger pour ta santé ou celle de ton enfant, tu as le droit de bénéficier d’un écartement.

      Cet écartement peut être partiel : tu travailles toujours mais tes conditions de travail sont adaptées ou tu es affectée à un poste qui ne présente pas de risque, ou total : tu arrêtes temporairement de travailler. Si cet écartement entraîne un perte de salaire (et que tu rentres bien dans les autres conditions), tu pourras également toucher des indemnités de ta mutuelle. Tu trouveras toutes les informations nécessaires sur l’écartement sur cette page du site de l’INAMI.

      Tu n’es donc pas obligée de démissionner. Saches néanmoins que si tu le fais, il faut pour avoir droit au chômage avoir travaillé un nombre de jours suffisant au cours d’une certaine période de référence, par exemple lorsque l’on a moins de 36 ans il faut avoir travaillé 312 jours au cours des 21 derniers mois (le tableau récapitulatif est dans l’article ci-dessus). Si tu n’as travaillé que 4 mois au total, ce n’est à priori pas assez pour ouvrir un droit aux allocations de chômage. Saches aussi que lorsque l’on est au chômage, on est supposé être « disponible sur le marché de l’emploi », cela signifie donc que tu devras chercher de l’emploi et accepter tout contrat convenable.

      J’espère que cela répond à ta question, n’hésite pas à nous recontacter si besoin !

      Répondre
  37. Stella
    13 novembre 2023

    Bonjour,

    J’ai actuellement une contrat CDI 30h semaine. J’aimerais démissionner et postuler pour un contrat de remplacement de 4 mois à mi-temps. Est-ce qu’à la fin des 4 mois, j’aurai droit au chômage? Merci d’avance pour votre réponse.

    Bien à vous,

    E.M.

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      16 novembre 2023

      Bonjour Stella,

      Il est tout à fait possible de mettre fin à un CDI (moyennant un préavis) et ce, à tout moment. Tu devras juste adresser à ton employeur une lettre que tu devras soit lui remettre en main propre (contre une signature), soit lui envoyer par recommandé; en y mentionnant le début et la durée de ton préavis. Tu trouveras tous les délais de préavis ici.

      Il y a toujours un risque de sanction de l’Onem lorsqu’on démissionne. Cette sanction pourrait allant d’un simple avertissement à une exclusion du droit de chômage de 4 à 52 semaines pour abandon d’un poste convenable. Pour éviter ce risque, le salarié doit travailler minimum 13 semaines chez un nouvel employeur avant d’introduire sa demande d’allocations. Comme dans ta situation ton CDD sera de 4 semaines, tu devrais pouvoir ouvrir ton droit sans problème à la fin de celui-ci. Mais attention, tu devras t’assurer de bien signer le nouveau contrat avant de démissionner car, si malheureusement tu venais à le perdre (même involontairement) avant 13 semaines effectives de travail, il y aura toujours le risque de sanction.

      Pour d’autres questions, n’hésite pas à nous recontacter.

      Répondre
  38. Rosy0904***
    10 novembre 2023

    Bonjour

    je sui en fin de période d’invalidité je reprend donc le chemin du travail à partir du 1er décembre ( d’un commun accord avec la mutuelle ) je vais donc commencer à me réinscrire au chômage

    Mais je souffre actuellement d’une SEP Ce qui fait que je serai amenée à remettre encore parfois des certificats car beaucoup d’examens et aller venue à Erasme , c’est la première fois que je vais être comme demandeuse d’emploi mais tout ce que je sais c’est que je toucherai du chômage sur base de mon ancien travail.
    mais j’aurai voulu savoir si pendant la phase d’inscription au chômage et même quand je serai indemnisée si je dois remettre un certificat ça se passe comment ? Devrais -je à chaque mois aller me réinscrire entre deux certificats ? Ou pas ?
    car impossible d’être renseignée
    Et pour la mutuelle ils m’ont dit que si je remettais un CM avant les 3 mois qui suivent la fin de l’incapacité je restais sous le statut d’invalidité mais d’office le certificat aura une date de fin ( hors quand on est invalide je sais qu’il ne faut plus remettre de certificat) mais je ne veux pas être constamment encore sous la mutuelle. Par contre si je remets encore un certificat après le 1er remis ça prolongera encore aussi l’invalide ? Car mon cas du mois pour le moment je devrais alterner entre les deux d’ ici quelques mois ça ira mieux mais je veux réintégrée progressivement le marché de l’emploi.

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      22 novembre 2023

      Rosy0904,

      Si tu tombes malades alors que tu es au chômage, tu dois compléter les jours correspondants sur ta carte de contrôle avec un “M”. Pour ces jours, tu seras payée par ta mutuelle. Tu trouveras plus d’informations à ce sujet sur cette page. Si ta maladie a duré plus de 4 semaines, tu devras aussi réintroduire une nouvelle demande auprès du chômage.

      Si tu retombes malade moins de trois mois après la fin de ton invalidité, on estime effectivement qu’il s’agit d’une rechute et non d’une nouvelle incapacité (qui deviendrait alors plus tard une invalidité). Pour la procédure exacte après la remise du certificat médical qui actera la rechute, nous te conseillons de t’adresser à ta mutuelle. Elle pourra en effet te renseigner plus en détails.

      J’espère que cela répond à ta question, n’hésite pas à nous recontacter si besoin !

      Répondre
  39. Lequino
    8 novembre 2023

    Bonjour, après une grosse période d’invalidité je suis écartée de la mutuelle, j’aurai donc voulu savoir si j’avais encore droit de recevoir une indemnité du chômage en attendant de trouver un emploi.

    j’étais sous contrat de travail du 16/11/15 au 22/01/17 je suis ensuite suite à un C4 médicale tomber à la mutuelle du 23/01/17 au 13/11/2023

    j’ai eu mon C4 en date du 31/12/2017 donc il considère sur le C4 une période d’occupation du 16/11/2015 au 31/12/2017

    j’étais en regime 19h semaine sur 38 à raison de 5 jours semaine et mon dernier salaire brute était de 900€

    je suis cohabitatante sans charge de famille.

    mes questions sont :

    – aurais-je droit de toucher une indemnité de chômage ?

    – sera t-elle limitée dans le temps ?

    – Si oui quel sera le montant approximatif ?

    D’avance merci

    bien cordialement

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      22 novembre 2023
      Bonjour Lequino,
      Tu pourras avoir droit à des demi-allocations de chômage.
      Si tu as toujours travaillé à temps partiel, tu seras considéré comme travailleur à temps partiel volontaire.
      Pour avoir droit à des demi-allocations chômage il faut prouver un certain nombre de demi-jours de travail salarié (que nous appelons stage) au cours d’une certaine période (période de référence) précédant immédiatement la demande d’allocations de chômage. Le nombre de jours de travail et la période de référence varie selon ton âge.
      Pour calculer le nombre de jour de travail salarié, il faut savoir que les journées qui ont donné lieu au paiement d’une indemnité en application de la législation relative à l’assurance obligatoire soins de santé et indemnités sont des journées assimilées à des journées de travail pour l’admissibilité au chômage. Donc c’est un peu comme si tu avais été sous contrat jusqu’au 13/11/23 pour l’admissibilité. Il n’y a donc pas de souci pour avoir droit au chômage
      Tu devrais avoir droit à 665€ pendant les 3 premiers mois et puis 613 pendant les 9 mois suivants. Attention, il devrait t’être retiré automatiquement 10,09% de précompte professionnel.
      L’ONEM octroie en principe les allocations pour une durée indéterminée. Elles sont toutefois dégressives. De plus, l’ONEM contrôle que tu recherches un emploi durant toutes la période. Le statut de cohabitante sans charge a un impacte sur les montants. Le montant se calcule sur base de ton dernier salaire perçu.

      J’espère avoir répondu à tes questions. N’hésite pas à revenir vers nous.

      Répondre
  40. Somoso
    7 novembre 2023

    après 6 ans de travail avec un CDI de 37 heures/semaine, après le 13 novembre, je peux m’inscrire au chômage. si je suis au chômage, suis-je obligé de chercher à nouveau du travail immédiatement ?

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      8 novembre 2023

      Bonjour Somoso,
      Être disponible sur le marché de l’emploi et donc rechercher activement un emploi par des démarches personnelles, régulières et diversifiées fait partie des obligations des personnes inscrites comme demandeur d’emploi. Des contrôles de la disponibilité active des demandeurs d’emploi sont effectués par les service régionaux de l’emploi (Actiris, Forem, Vdab, Adg) et des sanctions existent au cas ou ces contrôles mènent à des évaluations négatives. Vous retrouverez sur le site d’Actiris un schéma présentant le fonctionnement de ces contrôles de disponibilité ainsi que des explications à ce sujet.
      Ceci-dit, il serait relativement étonnant que vous soyez convoqué « immédiatement » après vous être inscrit en tant que demandeur d’emploi après vos 6 ans d’activité professionnelle.
      J’espère avoir pu vous aider ! N’hésitez pas s’il vous faut d’autres infos !

      Répondre
  41. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
    6 novembre 2023

    Bonjour Louisa,

    Avant tout, sachez que dans votre situation, pour que vous soyez considérée comme travailleuse frontalière, vous devrez être résidente belge tout en travaillant au Grand-Duché de Luxembourg. En tant que frontalière, vous ne serez pas soumise à la condition de 3 mois de travail salarié à la fin de votre contrat, avant de pouvoir ouvrir le droit au chômage belge. Pour ce faire, vous devrez remplir les conditions d’admissibilité au chômage en Belgique.

    Pour revenir au calcul du nombre de jours de travail salarié pour une ouverture de droit, il s’agira de tous vos jours de travail effectif, ainsi que tous les jours assimilés (voir sur la fiche ci-dessus); en sachant que 468 jours de travail correspondent à 1 an et 6 mois de travail sans interruption.  Tous vos éventuels jours de travail salarié au cours des 33 mois précédant l’introduction de votre demande seront comptabilisés dans le calcul. Donc, à moins que vous ayez travaillé avant votre CDD en cours, vous n’aurez malheureusement pas totalisé le nombre de jours requis.

     

    Pour d’autres questions, n’hésitez pas à nous recontacter.

    Répondre
  42. FMa
    2 novembre 2023

    Bonjour,

    J’ai travaillé du 1er juin 2021 au 30 novembre 2021 en CDD en 38h/semaine, puis j’ai enchainé avec un autre CDD de 38h/semaine du 3 décembre 2021 au 11 février 2022 (j’ai démissionné). J’ai fait une pause à l’étranger, puis ai repris un CDD 38h/semaine du 1er juin 2023 au 30 novembre 2023. Savez-vous me dire s’il y a bien 468 jours effectués au cours des 33 mois précédant la demande? J’avoue que j’ai un peu du mal à comprendre les calculs à faire.

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      8 novembre 2023

      Bonjour FMa,

      Pour bénéficier des allocations de chômage, il faut prouver un certain nombre de jours de travail salarié au cours d’une certaine période de référence. Les personnes de moins âgées entre 36 et 49 ans doivent totaliser minimum 468 jours au cours des 33 mois précédant leur demande.

      Il faut savoir que ces 468 jours correspondent à 18 mois de travail; qui doivent avoir été effectués courant des 33 mois précédant le jour de l’introduction de la demande. Par exemple, comme ton contrat actuel prendra fin le 30/11/2023, seront comptabilisés pour une éventuelle admissibilité au chômage, tous les jours de travail salarié entre septembre 2020 et 30/11/2023. A moins que tu aies travaillé avant les 3 contrats dont tu nous parles, tu n’auras malheureusement pas cumulés suffisamment de jours de travail pour ouvrir le droit. En effet, pour ces 3 contrats 12 mois et une semaine de travail (5 mois pour le premier contrat, 2 mois et 1 semaine pour le 2ème  et 5 mois pour le 3ème), alors qu’il en faut faut 18 mois.

      Pour d’autres questions, n’hésite pas à nous recontacter.

      Répondre
  43. amina***
    2 novembre 2023

    bonjour;

    je suis une salarie de Luxembourg, j’habite dans la frontiere a Messancy. je travail que 24H par semaine car le lundi et le mardis je suis a Liege pour mes études.

    je vous écrit car ça deviens complique pour moi pouvoir paye mon loyer et tout mes dépenses scolaires avec mon salaire, la Adem ou Luxembourg m’ont dit de contacter le Forem , qui malheureusement ne répond pas a mes appelles.

    en regardent le site de la Forem , j’ai constaté que j’aurai droit a un chômage partielle car mon salaire actuelle est de 1400€ ; je n’arrive pas non plus a m’inscrire online car le système ne reconnais pas mon numero de registre national .

     

    je vous écrit pour savoir si vous pouvez m’aider a trouve un solution alternative.

    ci joint mon numero de téléphone pour complément d’informations +35***

    je vous remercie d’abord pour disposition

    mes salutations distinguées

    Amina Ait

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      8 novembre 2023

      Bonjour Amina,

      Ta question n’est pas très claire. As-tu l’intention de mettre fin à ton contrat? Ou, ta question est-elle de savoir si tu peux avoir un complément de revenu? Malheureusement, n’ayant pas plus d’informations sur la situation, il nous est impossible de te dire si tu peux prétendre aux allocations de chômage.

      Pour bénéficier des allocations de chômage, il faut prouver un certain nombre de jours de travail salarié au cours d’une certaine période de référence. Par exemple, les personnes de moins de 36 ans travaillant à temps partiel doivent totaliser minimum 312 demi-jours au cours des 27 mois précédent leur demande. Tu trouveras plus d’informations sur les conditions pour prétendre aux allocations de chômage sur base d’un temps partiel ici.

      Si tu remplis ces conditions, tu pourras ouvrir le droit aux allocations de chômage; pour autant que tu ne perdes pas ton emploi de manière volontaire (en démissionnant ou en faisant une rupture de commun accord par exemples). Tu trouveras toutes les démarches à effectuer ici. En procédant ainsi, tu risqueras une sanction de l’Onem allant d’un simple avertissement à une exclusion du droit de chômage de 4 à 52 semaines pour abandon d’un poste convenable. Pour éviter ce risque de sanction, tu devras travailler minimum 13 semaines chez un nouvel employeur.

      En tant que demandeuse d’emploi indemnisée, si tu ouvres de droit sur base d’un temps partiel, tu recevras de demi-allocations de chômage. Le calcul se fera sur base de ta dernière rémunération brute, de la durée de ton chômage ainsi que ta situation familiale et personnelle. Il faut savoir que ces éventuelles demi-allaocations ne seront pas un complément à ton salaire mais des revenus de remplacement, suite à la perte de ton emploi. Et, le montant ne sera malheureusement pas supérieur à ton salaire net actuel.

      Si tu rencontres des difficultés financières, tu peux t’adresser au CPAS de ta commune de résidence. Tu pourrais avoir un complément de revenu si tes revenus, si ton salaire est inférieur au revenu d’intégration sociale accordée par le CPAS aux personnes de ta catégorie. Tu trouveras plus d’informations sur les aides fournies par le CPAS sur une autre de nos fiches.

      Pour d’autres questions, n’hésite pas à nous recontacter.

      Répondre
  44. Denis
    31 octobre 2023

    Bonjour, je voudrais vous demander que j’ai travaillé au total 9 mois au cours des 12 derniers mois du lundi au vendredi de 8h à 16h30. Je voudrais vous demander de combien de jours encore j’ai besoin pour exercer le droit aux allocations de chômage Merci

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      6 novembre 2023

      Bonjour Denis,

      Comme tu peux le lire dans le texte ci-dessus, pour être admis aux allocations de chômage, tu dois prouver un certain nombre de jours de travail salarié (stage) au cours d’une certaine période (période de référence) précédant immédiatement la demande d’allocations de chômage.  Par exemple les moins de 36 ans doivent prouver 312 jours de travail au cours des 21 mois précédant la demande de chômage.

      Bien à toi

      Répondre
  45. Fierdemoi
    26 octobre 2023

    Comme moi j’ai 37 ans je peux travailler combien de temps ?

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      31 octobre 2023
      Bonjour Fierdemoi,
      Je suppose que tu souhaites savoir combien de jours de travail salarié tu dois prouver pour avoir droit à une allocation de chômage.
      Si tu as 37 ans, pour prétendre au chômage tu devras comptabiliser soit :
      soit 468 jours de travail au cours des 33 mois précédant ta demande d’allocations ;
      soit  624 jours de travail au cours des 42 mois précédant ta demande;
      soit  234 jours dans les 33 mois précédant ta demande + 1.560 jours dans les 10 ans qui précèdent ces 33 mois;
      soit  312 jours dans les 33 mois précédant ta demande + pour chaque jour qui manque pour arriver à 468 jours, 8 jours dans les 10 ans qui précèdent ces 33 mois.
      Tu trouveras dans l’article ci-dessus, comment tu peux calculer le nombre de jours de travail.
      Sache que 312 jours correspondent à un an de travail à temps plein et 624 jours à deux ans de travail à temps plein.
      Si tu as encore des doutes n’hésite pas à revenir vers nous.
      Répondre
  46. Sara
    25 octobre 2023

    Bonjour,

    J’ai un cdi qui ne me convient plus, je souhaiterai démissionné, pourrais-je avoir droit au chômage?

    Ça va faire un an et 3 mois que je travaille et j’ai 28 ans.

    Merci

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      31 octobre 2023
      Bonjour Sara,
      Une des conditions pour pouvoir bénéficier des allocations de chômage est la perte non volontaire de ton emploi. Si tu démissionnes ou que tu es licenciée pour faute grave tu risques une sanction de l’Onem pouvant aller de 4 à 52 semaines d’exclusion du bénéfice des allocations.
      Si cependant tu te fais licencier, tu auras accumulé suffisament de jours de travail (si tu était à temps plein) pour ouvrir un droit au chômage.
      N’hésite pas à venir en parler avec nous lors de nos permanences ou par téléphone.
      Répondre