Quelles sont les différentes possibilités d’emploi ?

Les possibilités d’emploi sont nombreuses et très différentes. Pour t’y retrouver, il est important de distinguer les divers types de travail. La première distinction essentielle oppose le travail salarié au travail indépendant. Au sein du travail salarié, on distingue l’ouvrier de l’employé et le secteur privé du secteur public.

Le travail indépendant

Tu es indépendant lorsque tu travailles pour ton propre compte. Tu es ton propre patron. Pour y arriver, tu dois créer ton « affaire » ou exercer une profession libérale. Le travail indépendant concerne de nombreuses professions : les artisans, les commerçants, les agriculteurs, les professions libérales (avocats, médecins, pharmaciens, architectes, …), etc.

T’installer à ton compte implique de nombreuses démarches : t’inscrire à un guichet d’entreprises, ouvrir un compte bancaire distinct de ton compte privé, t’affilier à une caisse d’assurances sociales, etc. Pour plus d’informations sur ces nombreuses démarches et sur les aides à l’installation en tant qu’indépendant, tu peux contacter le Service 1819. Tu peux  aussi consulter les fiches du dossier « Entreprendre ».

Le travail salarié

Tu es salarié lorsque tu offres tes services à un employeur contre rémunération. Tu travailles pour le compte d’un patron en tant qu’ouvrier ou employé. En tant que salarié, tu n’es pas confronté aux nombreuses démarches des travailleurs indépendants. Tu ne dois, par exemple, pas te soucier de cotiser pour la sécurité sociale. On te retire automatiquement ces cotisations de ton salaire brut. Lorsque tu travailles comme salarié, il est souvent nécessaire de signer un contrat de travail écrit entre l’employeur et toi. Dans ce contrat, tu t’engages à effectuer un travail moyennant rémunération. Le contrat de travail instaure un lien de subordination entre l’employeur et toi.

La réglementation de ce contrat est légèrement différente selon la nature du contrat. On distingue principalement le contrat de travail ouvrier du contrat de travail employé. Alors que l’ouvrier effectue essentiellement un travail d’ordre manuel, l’employé fournit principalement un travail d’ordre intellectuel.

Le secteur privé

Il est constitué surtout de petites et moyennes entreprises, d’artisans et de commerçants et, dans une moindre mesure, de grandes entreprises. Ce sont par exemples les entreprises commerciales, les associations sans but lucratif, etc. Dans ce secteur, les métiers se diversifient de plus en plus. Les meilleurs débouchés peuvent varier d’une année à l’autre. Aussi, pour les découvrir, il s’agit de te montrer actif. Pour t’informer sur les tendances du marché, sur les entreprises et sur les emplois offerts, plusieurs possibilités s’offrent à toi : rencontrer des employeurs, consulter les journaux, visiter les sites Internet des grandes entreprises et le site d’Information sur le Marché du Travail à Bruxelles, contacter les services d’aide d’ACTIRIS, etc.

Les conditions de travail des travailleurs du secteur privé sont réglées par un ensemble de lois et de Conventions Collectives de Travail (CCT) qui forment la législation du travail. Cette législation détermine les règles en matière de contrat de travail, de durée du travail, d’hygiène et de sécurité du travail, de bien-être au travail, etc.

Le secteur public

Il s’agit du travail au sein des administrations fédérales, des administrations communautaires et régionales, provinciales et communales, de l’armée, etc. Pour entrer dans ce secteur, tu dois passer par le Selor (Bureau de sélection de l’administration fédérale). Le Selor organise des concours de recrutement en vue d’engager des personnes comme statutaires. Pour t’informer sur ces concours, consulte le site Internet du Selor : www.selor.be

Les conditions de travail des travailleurs du secteur public sont réglées par différents textes qui forment le statut des agents de l’État. Cependant, les services publics engagent également des personnes de façon contractuelle. Ces personnes sont alors soumises, en partie, à la législation du travail et non au statut.

Le travail intérimaire

Tu es intérimaire lorsque tu effectues un travail temporaire pour le compte d’un employeur (l’entreprise de travail intérimaire) auprès d’un tiers (l’utilisateur). Il s’agit donc d’une relation à trois entre :

  • l’entreprise de travail intérimaire : la société qui engage l’intérimaire pour le mettre à la disposition d’un tiers et qui est, en fait, le seul et unique employeur de celui-ci du point de vue juridique (seules les entreprises de travail intérimaire agréées par les autorités compétentes peuvent exercer cette activité) ;
  • l’intérimaire : le travailleur qui s’engage dans les liens d’un contrat de travail intérimaire pour être mis à la disposition d’un utilisateur ;
  • l’utilisateur : la société qui fait appel à une entreprise de travail intérimaire pour pouvoir disposer temporairement d’un travailleur.

Ton patron est donc bien l’entreprise de travail intérimaire (l’agence d’intérim), puisque c’est avec celle-ci que tu signes un contrat de travail. Travailler comme intérimaire est souvent une situation assez précaire puisque il s’agit de contrat à la semaine et tu peux donc te retrouver sans emploi du jour au lendemain.

Partager

Poser une question

N’hésite pas à nous poser une question, un professionnel faisant partie du réseau Bruxelles-J te répondra. Nous préservons ton anonymat et ton adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
*

12 questions déjà posées

  1. Marie

    Bonjour,

    Mes questions concerne le travail intérimaire.

    J’ai 22 ans et j’habite la région du Hainaut.

    J’ai fini mes études depuis 1 an et j’ai eu droit aux allocations de chômage depuis octobre 2019.

    Je suis actuellement au chômage et je n’ai pas du tout travailler depuis la fin de mes études.

    Mes questions sont les suivantes:

    1) Si j’accepte un contrat de travail intérimaire de 36h00 par semaine à temps plein du lundi au vendredi. C’est un contrat de longue durée pour remplacement. Que se passe-t-il au niveau du chômage?

    2) Est-ce que je perds complètement mes allocations de chômages après que le contrat de travail intérimaire est terminé?

    3) Après la fin du contrat intérimaire, dois-je refaire une demande d’allocation de chômage?

    4) Que se passe-t-il au niveau de toute les procédures, documents qu’il faut remplir, les déclarations à faire?

    5) Et comme c’est un temps plein, je n’aurai plus droit à mes allocations de chômages pour les périodes travaillés?

    6) Et si le contrat intérimaire est un temps partiel, que se passe-t-il au niveau de mes droits aux allocs de chômage? Les périodes où j’ai travaillé à temps partiel seront-ils comptabilisés pour le chômage? Aurai-je toujours mon chômage après la fin du contrat de travail intérimaire mais à temps partiel? Dois-je à nouveau faire une demande d’allocs?

    D’avance merci

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles

      Bonjour Marie,
      1)      Travailler via l’intérim permet de conserver ou d’ouvrir un droit aux allocations de chômage. Les personnes qui y ont droit peuvent demander des allocations pour les jours où elles n’ont pas de contrats. Attention! Si le contrat de travail intérimaire prend fin après une période d’occupation de 4 semaines consécutives, l’intérimaire devra se réinscrire au Forem.
      2)      Tu conserveras donc ton droit aux allocations de chômage après ton contrat intérimaire.
      3)      Tu devras effectivement refaire une demande d’allocations de chômage après ton contrat intérimaire (Après 4 semaines de travail intérimaire, il faut se ré inscrire au Forem et refaire une demande d’allocations de chômage auprès de ton organisme de paiement – CAPAC ou syndicat).
      4)      Lorsqu’une mission prend fin, l’agence d’intérim doit remettre à l’intérimaire les documents requis pour que celui-ci puisse valider ses droits (le certificat de travail – sur demande du travailleur – constatant uniquement la date du début et de fin du contrat ainsi que la nature du travail effectué, le décompte des derniers paiements, le compte individuel de l’année en cours – dans les deux mois qui suivent la fin du trimestre pendant lequel le contrat de travail a pris fin, le certificat de chômage C4, la fiche fiscale 281.10, l’attestation de vacances -uniquement pour les employés).  Il faudra remettre ton C4 à ton organisme de paiement lorsque tu feras ta demande d’allocations de chômage au terme de ton contrat.
      5)       Les jours où tu toucheras une rémunération, tu ne toucheras pas d’allocations de chômage. Tu devras noircir ta carte de contrôle avant chaque journée de travail et tu perdras les allocations de chômage de la journée pour chaque prestation quel que soit le montant de la rémunération.
      6)      Si tu acceptes un travail intérimaire à temps partiel, il faudra demander un maintien des droits. Sauf en cas de dérogation, tu dois être occupé au moins dans un tiers temps (environ 13 heures par semaine). Les principaux avantages de ce statut sont :
      – d’avoir à nouveau droit à des allocations à temps plein (calculées en principe sur une rémunération à temps plein) à la perte du travail à temps partiel ;
      -de pouvoir parfois ouvrir le droit à une Allocation de Garantie de Revenus (complément du chômage) pendant que tu travailles à temps partiel. Les périodes prestées à temps partiel sont comptabilisées pour le chômage. Tu auras toujours droit au chômage après ton occupation à temps partiel. Le fait de demander un maintien des droits devrait te permettre de pouvoir à nouveau bénéficier d’allocations de chômage à temps plein à l’issue de ton occupation à temps partiel. Tu devras effectivement faire une nouvelle demande d’allocations à l’issue de ton occupation intérimaire à temps partiel (inscription Forem et demande d’allocations à l’organisme de paiement). https://www.bruxelles-j.be/droits-sociaux/tes-droits-au-chomage/travailler-a-temps-partiel/
      J’espère avoir répondu à ta question ! N’hésite pas s’il te faut d’autres infos !

      Répondre
  2. Ali reda

    Bonjour

    En fait je voulait vous poser une question

     

    En fait je viens de me marier avec une belge , ici en belgique avec un acte de mariage belge ( ça nous a pris presque une année pour qu’ils acceptent notre mariage ) , et maintenant je dois aller postuler ma demande pour la carte de séjour

    Ce que je voudrais savoir , comment ca se fait ? Et est-ce que j’aurais la carte de séjour directement ou bien après un certain temps ? Ou cas échéant , si ils me donneront une carte provisoire orange , est-ce que je pourrais travailler et ouvrir mon compte bancaire et changer mon permis de conduire ?!

    Merci beaucoup !!

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles

      Bonjour Ali Reda,

      Je suppose que tu vas introduire une demande de regroupement familial avec ton épouse.
      Pour pouvoir introduire une demande de regroupement familial, ton épouse doit remplir les conditions suivantes :
      disposer de moyens de subsistances stables et suffisants (1506 €/mois au 01/09/2018)
      avoir un logement suffisant
      avoir une assurance-maladie
      Tu dois te présenter à l’Administration Communale où tu recevras une annexe 19ter.  Après contrôle de la résidence, tu recevras une Attestation d’Immatriculation (AI) valable 6 mois.
      Une fois en possession de l’Attestation d’Immatriculation (AI), tu peux travailler.  Toutes les informations utiles se trouvent sur http://werk-economie-emploi.brussels/fr_FR/permis-unique-permis-travail#info_0
      Concernant l’ouverture d’un compte en banque, je t’invite à contacter ta banque qui pourra t’informer à ce sujet.
      Ton permis de conduire national non-européen reconnu, peut être échangé à la commune contre un permis de conduire national belge aux conditions suivantes:
      reconnu
      en cours de validité
      obtenu dans une période dans laquelle la personne concernée n’était pas inscrit en Bel
      la nationalité du titulaire et du permis de conduire est la même
      authentique
      Toutes les informations utiles se trouvent sur https://mobilit.belgium.be/fr/circulationroutiere/permis_de_conduire/permis_de_conduire_etrangers

      N’hésite pas à me recontacter si tu souhaites continuer la discussion.

      Répondre
  3. Bleach123

    Bonjour

    En fait , j’ai obtenu une carte orange de six mois , je suis marié avec une belge , avec un acte de mariage belge

    Ce que je veux savoir , est ce que ca sera possible pour moi de travailler avec cette carte légalement , et ouvrir mon compte bancaire comme tout le monde ??!

    Merçi

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles

      Bonjour Bleach123,

      Si tu es bien en possession d’une attestation d’immatriculation parce que tu as introduit une demande de regroupement familial, tu es dispensée de permis de travail.  Tu peux dès à présent chercher de l’emploi.

      A priori, une attestation de séjour provisoire (annexe 15) devrait pouvoir te permettre d’ouvrir un compte en banque.  Je t’invite à te renseigner auprès de ton organisme bancaire pour connaître les documents nécessaires à l’ouverture d’un compte en banque.

      N’hésite pas à me recontacter si tu souhaites continuer la discussion.

       

      Répondre
  4. Simks

    Bonjour ,

    J’aimerais savoir si je peux avoir une sanction : si je refuse un emploie

    Sachant que j’ai arrêté deux formations pour pouvoir liquider mes congés ( a la demande de mon nouvel employeur qui a traîné à m’envoyer le contrat et on a pas parlé salaire ( je faisais le même travail je gagnais 1700€ net , alors que celui ci me propose 1600€ brut ) .Un CDD de trois mois .

    est ce que j aurais une sanction de l onem ? De combien de temps plus ou moins ? Que faire dans mon cas svp

    j ai déjà envoyé un mail pour négocier mon salaire mais je n ai pas reçu de réponse .

    Merci

     

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles

      Bonjour Simks,

      Tu peux faire l’objet d’un avertissement ou d’une exclusion du droit aux allocations de chômage d’une durée de 4 à 52 semaines si tu refuses un emploi jugé convenable.

      Une solution qui t’éviterais effectivement d’être sanctionné, serait d’accepter un autre emploi (quel que soit le type de contrat: interim, CDD, CDI) pour autant que ce dernier ait une durée minimum de 13 semaines et que tu n’interrompes pas volontairement ce nouveau contrat de minimum 13 semaines avant de demander tes allocations de chômage. Si tu souhaites avoir plus d’informations, tu peux aller sur la fiche https://www.bruxelles-j.be/droits-sociaux/tes-droits-au-chomage/quelles-sont-les-sanctions-de-lonem/

      N’hésite pas à revenir vers nous pour toute autre question 🙂

      Répondre
  5. Emma

    Bonjour,

    je vais commencer mon contrat CDI de contractuel au sein de la FWB. Je voulais savoir quand pensez vous que je devrais passer les test du selor pour devenir statutaire ?  Et est ce que c’est obligatoire ? Je n’y connais pas grand chose ..

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles

      Bonjour Emma,

      Les agents statutaires sont recrutés sur la base d’examens organisés par le SELOR, le bureau fédéral de sélection de l’administration, à la demande de la Fédération Wallonie-Bruxelles.  Toutes les informations se trouvent sur http://www.selor.be.  Toutes les informations utiles sur la différence entre statutaire et contractuel se trouvent sur https://csc-services-publics.csc-en-ligne.be/je-cherche-info/contrat-travail/Statut-contrat.html

      Bien à toi

       

       

       

       

      Répondre
  6. Ludivine

    Bonjour,
    J’ai 18 ans et je travaille actuellement en tant que salariée à mi-temps tout en préparant le jury central pour pouvoir poursuivre des études supérieures. Je souhaite reprendre mes études dés l’année prochaine. Pourrais-je travailler sous statut étudiant si je démissionne de mon travail actuel ou devrais-je obligatoirement devenir demandeur d’emploi sachant que je vis encore chez mes parents ?

    Merci d’avance,

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles

      Bonjour Ludivine,

      Tu trouveras les informations à ce sujet sur: https://www.bruxelles-j.be/travailler/travailler-pendant-tes-etudes/qui-est-etudiant-et-qui-peut-conclure-un-contrat-doccupation-etudiant/
      Il faut savoir que l’autorisation de travailler comme étudiant est accordée par le Contrôle des lois sociales. Les jeunes qui préparent le jury central peuvent généralement travailler sous contrat étudiant. Mais si tu veux en être certaine, il est conseillé de contacter directement le Contrôle des lois sociales en exposant ta situation précise: http://www.emploi.belgique.be/defaultTab.aspx?id=6552

      Bien à toi

      Répondre