Tes premières fois

Une relation sexuelle n’est pas une sorte de gymnastique physique ou un acte purement technique, mais un épanouissement de ta sensualité, la découverte de ton corps et de celui de ta·ton partenaire. Partir à la découverte de ton corps et de ton·tes plaisir·s, c’est emprunter différents chemins, chercher les nuances, apprendre à découvrir ton plaisir. C’est l’occasion de partager un moment intime avec une personne (ou plusieurs) de ton choix. Le consentement est un aspect important dans toute relation sexuelle car le désir sexuel de l’un ne correspond pas forcément à celui de l’autre et chacun est en droit de dire « non » à une pratique dont il n’a pas vraiment envie. Le respect du consentement et du désir de l’autre permet alors de partager une excitation et complicité avec sa·son·ses partenaire·s. Ainsi, vous découvrez chacun·e le corps de l’autre et partagez un moment de plaisir et de bien-être.
La 1ère fois que tu as une relation sexuelle avec un·une partenaire, tu découvres de nouvelles sensations. Cela t’apportera beaucoup de plaisir ou un peu de déception. Cependant, au fur et à mesure, tes relations sexuelles vont évoluer et tu découvriras ce qui te plait et ce qui plait à ta·ton partenaire (en termes de caresses et autres pratiques).

Comment savoir si je suis prêt(e)?

Lorsque tu découvres la sexualité, il est possible que tu aies des craintes, des doutes, etc. Au final, la décision d’avoir une relation sexuelle est propre à chacun·e. En effet, chacun·e est libre d’avoir des relations sexuelles ou non. Tu peux aussi ne pas te sentir prêt·e à cause de différents éléments: tes convictions religieuses, la peur d’une grossesse (s’il s’agit d’une relation hétérosexuelle), ou un tas d’autres raisons qui te sont personnelles. Tu es la seule personne à pouvoir prendre les décisions concernant ton corps, ainsi c’est en discutant avec ta·ton partenaire que vous pourrez parler de vos désirs respectifs. En matière de sexualité et surtout pour ce qui concerne la tienne, il n’existe pas de règle ou de norme auxquelles se conformer ou d’urgence à avoir.
Accepter ton corps tel qu’il est, et accepter que l’autre le découvre, te permettra de te sentir plus en confiance et de mieux t’épanouir lors de tes relations sexuelles, de prendre des initiatives, de guider ta·ton partenaire vers ce qui te procure du plaisir.
Avec le temps, toutes ces expériences devraient te permettre de te forger ta propre conception de la relation sexuelle et tu découvriras qu’il y a des pratiques que tu aimes plus que d’autres.

Le plaisir sexuel

La sexualité peut se vivre de très nombreuses manières: plaisir solitaire (masturbation), avec un·e ou plusieurs partenaires, avec un·e partenaire du même ou d’un autre sexe. Les baisers, les caresses, les mots doux, etc., sont toutes des choses qui stimulent le plaisir. En effet, le plaisir sexuel ne passe pas systématiquement par la pénétration (anale et/ou vaginale).

L’orgasme est le point culminant du plaisir sexuel, c’est une jouissance intense accompagnée de spasmes musculaires. Il est précédé de manifestations physiques telles que la lubrification du vagin et l’érection du clitoris chez la femme / l’érection du pénis et la lubrification du gland chez l’homme. Mais aussi de manifestations psychiques : sentiment de satisfaction, sensation de bien-être général. Chez la femme, comme chez l’homme, l’orgasme n’est pas toujours atteint car atteindre l’orgasme n’est pas une obligation. Le plaisir sexuel de la femme est atteint par la stimulation externe du clitoris (sur le capuchon) et/ou interne du clitoris (par pénétration vaginale) chez la femme. Le plaisir de l’homme est atteint par la stimulation du pénis et de la prostate (par pénétration anale) chez l’homme. L’orgasme ou plutôt les orgasmes sont très différents d’une personne à l’autre dans la façon de se déclencher, de les ressentir, dans leurs intensités. Il ne se déclenche pas nécessairement en même temps chez les partenaires.
Le désir sexuel est orienté vers la·le partenaire, il peut aussi être stimulé par ta·ton·tes partenaires et/ou des fantasmes qui se forment à partir de ton imagination, de lectures ou de films érotiques/pornographiques. Tous nos fantasmes ne se réalisent pas et ne doivent pas nécessairement l’être.

Déçu·e …

Il peut arriver que ton premier rapport sexuel ne soit pas à la hauteur de ce que tu avais imaginé et que tu sois déçu·e ou même « dégoûté·e ». L’important, c’est de découvrir au fur et à mesure ce qui te plait ou non en communiquant avec ta·ton partenaire afin que ça se passe mieux la prochaine fois (si tu en as envie). Tu peux aussi en discuter avec tes ami·e·s qui eux/elles ont un autre vécu de la sexualité et ainsi échanger vos impressions. Si tu es déçu·e, il est probable que tu t’attendais à ce que le rapport sexuel se passe autrement. Ainsi, nous te conseillons de faire le point sur ce que tu souhaites expérimenter / vivre dans un rapport. Par la suite, tu peux en discuter ta·ton·tes partenaires afin de voir si vous avez des points communs dans vos pratiques sexuelles.

Respecter ta·ton·tes partenaire·s

Dans les mots « relation sexuelle », il y a “relation”, c’est-à-dire un lien existant entre 2 ou plusieurs personnes, il est donc essentiel de tenir compte de ta·ton partenaire, respecter ses choix sexuels et ne pas lui imposer des pratiques sexuelles qu’il·elle n’apprécierait pas.
C’est pourquoi, il est important de connaître ses besoins et ses envies et surtout de pouvoir discuter de votre sexualité avant, pendant et/ou après le rapport sexuel. Communiquer ensemble sur ces sujets peut alors favoriser/renforcer la confiance l’un·e envers l’autre.

Il est aussi important de bien te connaître (tes envies, tes désirs, etc.) avant d’avoir des rapports sexuels. Par ailleurs, on peut avoir des relations sexuelles sans amour et aimer quelqu’un sans avoir de relations sexuelles. Personne n’est autorisé·e à te forcer à faire quoi que ce soit contre ton gré. En effet, c’est toi qui décide (pour toi-même) quand tu as envie d’un rapport sexuel, de la même manière c’est ta·ton partenaire qui décide (pour elle·lui-même) quand il·elle a envie d’un rapport. Du coup, la condition de base pour qu’un rapport sexuel ait lieu, c’est le consentement des partenaires. Le consentement, c’est quand les partenaires en ont envie en même temps. Sans consentement, un acte sexuel est considéré comme un abus sexuel et s’il y a pénétration sans consentement, c’est un viol.
Dans tous les cas, le principal est de respecter le consentement de sa·son partenaire et d’avoir une relation sexuelle uniquement lorsque les deux sont en mesure de consentir mutuellement à ce rapport. Ainsi, il est important que les partenaires soient capable d’approuver ce consentement.

Protection et contraception

Respecter ta·ton partenaire c’est aussi la·le protéger contre les Infections sexuellement transmissibles (IST) dont le SIDA/VIH et le seul moyen d’y arriver c’est de porter une protection de latex : le préservatif interne ou externe ou le carré de latex.
Lors de tes premières relations, il est possible que tu sois un peu gêné·e de sortir un préservatif à ta·ton partenaire en raison de toutes les émotions que tu ressens à ce moment et il est important de te protéger! Ainsi, pour éviter les malentendus au moment de passer à l’action, nous te conseillons de prendre le temps d’en discuter avec ta·ton partenaire. Vous pourrez alors aborder la manière dont vous vous protégez et, si nécessaire, vous pourrez parler de la méthode contraceptive qui vous convient. En effet, il suffit d’un seul rapport non-protégé pour contracter une ou plusieurs IST.
Dans le cas d’une relation hétérosexuelle où aucun·e des partenaires n’a recours à une contraception, un rapport sexuel peut également mener à une grossesse.
De plus, sache qu’il existe des préservatifs de couleurs et de goûts différents et pour te sentir plus à l’aise, tu peux donc aborder la question de manière plus amusante en proposant à ta·ton partenaire quel goût est-ce qu’il·elle préfèrerait…
Dans le cadre d’une relation hétérosexuelle (mâle/femelle) et si vous n’avez pas de désir de concevoir un enfant, le plus judicieux est de choisir une méthode contraceptive. En discutant avec ton/ta partenaire, vous pourrez trouver une méthode contraceptive qui vous convienne à tous les deux pour éviter une grossesse non planifiée. Les méthodes contraceptives sont alors prescrites par ta·ton médecin ou un·e médecin dans un centre de planning familial.

Majorité sexuelle

Tu as bien lu… il existe bel et bien une majorité sexuelle. Concrètement cela veut dire que la loi n’autorise pas les jeunes de moins de 16 ans à avoir des relations sexuelles. Cette loi a pour but de protéger les mineur·e·s (de 0 à 18 ans) d’éventuels abus sexuels. Si tu souhaites plus d’informations à ce sujet, tu peux te rendre sur la fiche : La loi et la sexualité

Partager

Poser une question

N’hésite pas à nous poser une question, un professionnel faisant partie du réseau Bruxelles-J te répondra. Nous préservons ton anonymat et ton adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

En cliquant sur « publier la question », vous acceptez notre Politique en matière de protection de la vie privée.

*
*

18 questions déjà posées

  1. MSinal

    J’aime mon partenaire de tout mon coeur et question attirance, tout va bien. Le problème c’est que lorsque nous sommes en train de faire l’amour je ne ressens rien.. Parfois je sens un plaisir monter mais il s’arrête au bout de 3 secondes.. Au début je laissais passer en pensant qu’avec le temps je ressentirai plus de plaisir mais cela ne dépasse pas les 3sec, même lorsque je me masturbe, le plaisir s’arrête net.

    Je ne sais pas quoi faire..

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)

      Bonjour MSinal,

      Le plaisir qu’on ressent pendant les rapports sexuels est + ou – intense et se découvre petit à petit. Il est absolument normal que pendant les premières fois on ne sache pas encore trop comment s’y prendre pour avoir du plaisir, la découverte du plaisir peut prendre du temps. Chacun découvre sa propre façon de se stimuler, d’utiliser des fantasmes (scénarios érotiques) ou pas, de le faire dans le bain, sous la douche, etc.

      Tu pourrais faire le point avec un·e spécialiste de la  sexualité pour répondre à tes questionnements et trouver les solutions qui te conviennent. Tu trouveras la liste des centres de planning familial en Belgique francophone en cliquant sur le lien suivant: http://www.loveattitude.be/centres-de-planning/

      Tu pourrais aussi visiter des comptes Instagram qui parlent de sexualité de manière ludique, éducative et bienveillante, pour en découvrir plus sur ton plaisir, comme par exemple Sex8Co et SexySoucis.

      N’hésite pas à revenir vers nous pour toute autre question 🙂

      Répondre
  2. Ronie

    Salut Je SS une fille  de 16½ j’ai eu un premier rapport sexuel dernièrement et un 2e après deux semaines et j’ai pas ressenti du plaisir est ce normal ?

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)

      Bonjour Ronie,

      Le plaisir qu’on ressent pendant les rapports sexuels est + ou – intense et se découvre petit à petit. Ces moments d’intimité partagée lors de rapports sexuels procurent du plaisir à l’un·e et l’autre en faisant attention à ce qui fait plaisir et en faisant attention à respecter les limites de chacun·e. Tu peux dire à ta·ton partenaire ce qui te procure du plaisir avant un rapport sexuel, tu peux la·le guider pendant le rapport sexuel vers ce qui te donne du plaisir, tu peux dire NON ou STOP lorsque quelque chose ne te convient pas à n’importe quel moment. Et ta·ton partenaire aussi peut te guider, te dire ce qui lui procure du plaisir, dire NON ou STOP. Vu qu’on découvre petit à petit ce qui convient, ce qui  ne convient pas avec l’autre, les plaisirs les plus intenses n’arrivent pas toujours les premières fois mais c’est en respectant les limites de l’un et de l’autre qu’on se découvre l’un et l’autre et qu’on ressent du plaisir.

      N’hésite pas à nous contacter pour toute question supplémentaire.

      Répondre
  3. Litah

    bonjour je voulais savoir s’il y avait un risque de transmission d’infection et/ou de maladie en faisant une fellation

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)

      Bonjour Litah,

      Effectivement il existe un risque de transmission d’une ou plusieurs IST en faisant une fellation:

      – un risque de faible de transmission du VIH et du parasite appelé le trichomonas

      – un risque moyen de transmission de la chlamydia

      – un risque élevé de transmission de l’hépatite B, du papillomavirus humain, de la syphilis, de la gonorrhée et de l’herpès.

      Tu trouveras un tableau plus détaillé des prises de risques en fonction des IST en cliquant sur le lien suivant: https://depistage.be/prise-de-risque/

      Si tu as pris un risque et/ou que tu as des doutes vis-à-vis d’une contamination à une ou plusieurs IST, nous te conseillons de faire un test de dépistage des différentes IST. Les IST ne sont pas toutes « dépistables » au même moment. En effet, pour certaines il est nécessaire d’attendre plus longtemps que pour d’autre afin d’obtenir un résultat fiable. Tu trouveras un tableau avec les délais de dépistage en cliquant sur le lien suivant (il faut scroller jusqu’au 2ème tableau): https://depistage.be/depistage/

      Tu peux faire un test de dépistage en centre de dépistage, en centre de planning familial et/ou dans un laboratoire d’analyses sur prescription de ta·ton médecin. Voici la liste des centres de dépistage: https://preventionsida.org/fr/depistage/centres-de-depistage/ et tu trouveras la liste des centres de planning familial en Belgique francophone en cliquant sur le lien suivant: http://www.loveattitude.be/centres-de-planning/

      N’hésite pas à nous contacter pour toute question supplémentaire.

      Répondre
  4. Sahar

    Bonjour, est-il nécessaire de faire sa première fois avec quelqu’un avec qui on est en couple ?

    J’ai 17 ans et je me sens prête à avoir des rapports sexuels, j’ai à plusieurs reprises essayer une relation de couple mais ça n’a jamais marcher (je pense que ce n’est pas vraiment mon truc pour l’instant) seulement tout le monde dit qu’il est préférable de faire sa première fois avec son copain alors ça me met la pression

    Disons que je suis tout à fait prête pour une relation sexuelle mais pas pour une relation de couple, avez-vous des conseils à me donner ?

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)

      Bonjour Sahar,

      Comme écrit ci-dessus, le choix t’appartient. Cela veut dire que c’est à toi et seulement à toi d’évaluer ton ressenti par rapport au fait d’avoir des relations sexuelles dans le cadre d’un couple ou pas, avec un.e ou plusieurs partenaires, avec une personne du même genre que le tien ou pas. Le plus important c’est de respecter ses désirs et ceux de ton.ta.tes partenaires. Si tu souhaites en discuter de vive voix tu peux appeler notre numéro 02 514 41 11 (tu peux demander Caterina ou Claudie) ou tu peux poser la question au sein d’un centre de planning familial. Tu pourras alors faire le point avec un·e spécialiste de la  sexualité pour répondre à tes questionnements et trouver les solutions qui te conviennent. Tu trouveras la liste des centres de planning familial en Belgique francophone en cliquant sur le lien suivant: http://www.loveattitude.be/centres-de-planning/

      N’hésite pas à revenir vers nous pour toute autre question 🙂

      Répondre
  5. Chlo

    Bonjour, il y a 4 mois mon partenaire et moi avons essayé le sexe anal pour la première fois, nous le pratiquons mtn une fois par semaine
    Mon partenaire apprécie vraiment cette pratique et souhaiterai qu’on le fasse à chaque rapport (soit tous les jours)

    Seulement je suis inquiète, il y a-t’il un risque d’incontinence à pratiquer régulièrement le sexe anal ?

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)

      Bonjour Chlo,

      Ce n’est pas tant le fait de pratiquer le sexe anal qui est la cause de l’incontinence mais la manière dont c’est fait. Des rapports anaux brutaux et non préparés peuvent entrainer un déchirement des sphincters. Les sphincters sont des muscles en forme d’anneau présents à plusieurs endroits dans le corps. Et l’anus est un sphincter du corps humain. Ainsi, comme pour tous les muscles du corps, le fait de ne pas être préparé/échauffé/détendu peu occasionner des déchirements, de fortes douleurs. Et, dans la zone anale, le fait de ne pas être préparé peut occasionner l’incontinence.

      Ainsi, l’ingrédient n°1 pour faire un rapport anal, c’est que les deux personnes soient d’accord de le faire, d’en avoir vraiment envie.

      Ensuite, pour éviter les blessures, la douceur est conseillée tout au long du rapport que ce soit:

      – pour préparer la zone anale en caressant ou en léchant l’anus afin de détendre le muscle.

      – pour la pénétration anale elle même en utilisant un lubrifiant (à base d’eau pour que ce soit compatible avec un préservatif). En effet, étant donné que l’anus n’est pas une zone qui se lubrifie pas naturellement, l’utilisation de la douceur d’un lubrifiant permet d’éviter les éventuelles blessures.

      En cas de doute, de questionnements ou de difficultés, tu peux contacter un centre de planning familial afin de prendre un rendez-vous et consulter un·e professionnel·le de la santé sexuelle. Tu pourras alors faire le point avec un·e spécialiste de la  sexualité pour répondre à tes questionnements et trouver les solutions qui te conviennent. Tu trouveras la liste des centres de planning familial en Belgique francophone en cliquant sur le lien suivant: http://www.loveattitude.be/centres-de-planning/

      N’hésite pas à nous contacter pour toute question supplémentaire.

      Répondre
  6. Debbylou

    Bonjour,

    j’ai eu ma première fois (rapport protégé) aujourd’hui ce samedi, j’ai ressenti une douleur et je la ressens toujours mêlé à une sorte de gêne au niveau du vagin je voulais savoir combien de temps cela peut durer et si pour les autres futurs relations sexuelles j’aurais encore mal pendant ma pénétration ?

    Deuxième chose, à un moment mon partenaire et moi nous frottions, je frottais mes fesses contre son sexe en érection et il a éjaculé sur mon dos et mes fesses, dès qu’il l’a vu il a directement essuyé et je n’ai pas bougé d’un poil pour ne pas faire couler le sperme vers l’avant , je voulais savoir si y a quand même un risque de grossesse non désiré même si ça n’a pas coulé jusqu’à mes cuisses et mon vagin (en tout cas je ne l’ai pas senti) et même si mon partenaire a essuyé la seconde après son éjaculation.

    Merci d’avance.

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      Bonjour Debbylou,
      Lors du premier rapport, la déchirure de l’hymen peut être ressentie plus au moins douloureusement, ceci est normal. Les rapports seront  encore « sensibles » les jours suivants puis cela s’estompera, c’est tout à fait normal.
      Concernant ta deuxième question, sans pénétration il est vraiment très rare de tomber enceinte. Mais en cas de doute vis-à-vis d’une grossesse (si tu as un retard de règles important par exemple), nous te conseillons de faire un test de grossesse urinaire ou sanguin. En général, on recommande d’attendre 7 jours de retard de règles ou 20 jours après le dernier rapport non protégé et sans contraception pour effectuer un test de grossesse urinaire (afin que le résultat soit fiable). Les tests de grossesse urinaires sont en vente libre en pharmacie, en centre de planning familial ou en supermarché.
      Il est également possible d’effectuer un test de grossesse sanguin (prise de sang) sur prescription d’un·e médecin, d’un·e gynécologue ou dans un centre de planning familial. Il faut toutefois attendre un minimum de 15 jours après le dernier rapport non protégé et sans contraception. L’analyse sanguine est fiable à 100%. La liste des centres de planning familial en Belgique francophone est disponible http://www.loveattitude.be/centres-de-planning/
      N’hésite pas à revenir vers nous si tu as d’autres questions !
      Répondre
  7. She is

    Bonjour, j’ai 18 ans et mon copain 22, je suis vierge

    Je suis en couple depuis 2 ans et demi et je n’ai toujours pas eu de rapport avec mon copain, j’ai très mal rien qu’en essayant de rentrer un doigt dans le vagin, ça ne passe pas

    Je me sens prête à avoir des relations sexuelles avec mon copain depuis mes 16 ans mais mon corps ne réagit pas à faveur de cela et ça me frustre énormément

    Cela fait 2 ans qu’on essaie mais ça ne marche pas, à la place on se contente de se frotter l’un à l’autre et de pratiquer la fellation et le cunnilingus

    J’ai déjà entendu parler du vaginisme, mais je suis sure et certaine d’avoir envie de ce rapport et il n’y a rien qui m’effraie à l’idée de le faire, mon copain est très doux et respectueux, j’ai confiance en lui et je l’aime énormément

    Je ne comprends vraiment pas d’où peut venir le problème, son penis est relativement long et large mais je ne penses pas du tout que ce soit ça le soucis

    Je ne sais vraiment plus quoi en penser, aidez-moi

    Peut-être est-ce lié à ma maladie (l’endométriose) mais j’ai qmm des doutes car je prends la pilule en continu, je n’ai donc plus mes règles et donc plus les désagréments de la maladie

    J’espère que vous aurez une réponse et une solution à me donner, ça commence sérieusement à m’inquiéter

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)
      Bonjour She is,
      Le vaginisme n’est pas toujours lié à la peur d’avoir un rapport sexuel, il peut avoir différentes causes, ce qui ne veut pas dire pour autant que c’est de cela que tu souffres.
      L’idéal serait d’en discuter avec un.e professionnel.le de la santé afin d’avoir un avis médical et un un diagnostic fiable. Tu pourrais prendre contact avec un centre de planning familial. Toutes les personnes travaillant dans un centre de planning familial sont soumises au secret professionnel. Cela signifie qu’aucun membre de l’équipe ne peut divulguer à d’autres personnes des informations te concernant (ils ne peuvent même pas dire, à qui que ce soit, ta famille y compris, s’ils t’ont rencontrée ou non). L’aspect financier ne doit pas non plus constituer un frein. Il est préférable d’évoquer ta situation financière auprès des professionnel·le·s de santé qui t’accueilleront pour trouver une solution. Tu trouveras la liste des centres de planning familial sur : http://www.loveattitude.be/centres-de-planning/

      En cette période de reconfinement, les centres de planning familial restent disponibles. Ainsi, nous te conseillons de contacter directement le planning de ton choix pour discuter de ta situation.

      N’hésite pas à revenir vers nous si tu as d’autres questions !
      Répondre
  8. Lilouu02

    Bonsoir, j’ai eu mes premiers rapports avec mon copain qui étaient protégés (pilule+préservatif ) avant hier et hier mais aujourd’hui l’intérieur de mon vagin sent mauvais, cela m’inquiète beaucoup, je ne peux me rendre seule chez le médecin et je ne sais pas trop quoi faire

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)

      Bonjour Lilouu02,

      Une mauvaise odeur vaginale peut être le signe d’une infection par une bactérie ou par un parasite. Ces infections sont communes chez les femmes et peuvent se résoudre spontanément ou bien nécessiter un traitement antibiotique. Si l’odeur est accompagnée de démangeaisons, d’une sensation de brûlure, des douleurs locales, des rougeurs ou encore de pertes vaginales anormales, il est important de consulter afin d’en connaître la cause pour bénéficier, si nécessaire, d’un traitement adapté à ta situation.

      L’idéal serait d’en discuter avec un.e professionnel.le de la santé afin d’avoir un avis médical et un un diagnostic fiable. Tu pourrais prendre contact avec un centre de planning familial. Toutes les personnes travaillant dans un centre de planning familial sont soumises au secret professionnel. Cela signifie qu’aucun membre de l’équipe ne peut divulguer à d’autres personnes des informations te concernant (ils ne peuvent même pas dire, à qui que ce soit, ta famille y compris, s’ils t’ont rencontrée ou non). L’aspect financier ne doit pas non plus constituer un frein. Il est préférable d’évoquer ta situation financière auprès des professionnel·le·s de santé qui t’accueilleront pour trouver une solution. Tu trouveras la liste des centres de planning familial sur : http://www.loveattitude.be/centres-de-planning/

      Si tu as d’autres questions, n’hésite pas à nous recontacter.

      Répondre
  9. rico

    Bonjour

    J’ai 23 ans et je suis encore puceau. Est ce que je dois être complexé d’être puceau et le cacher aux autres et mentir  ?  Certains ont des rapports à 15 ans.

    Je me demande aussi si ça se voit sur mon pénis qui n’est pas totalement décalotté à l’érection. Dans les films, les hommes sont décalottés en permanence est ce ce parce qu’ils ont fait beaucoup l’amour ou parce qu’ils ont un « gros zizi » ?

    merci

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)

      Bonjour Rico,

      En matière de sexualité et surtout pour ce qui concerne la tienne, il n’existe pas de règle ou de norme auxquelles tu dois te conformer.

      Concernant ta deuxième question, l’idéal serait d’en discuter avec un.e professionnel.le de la santé afin d’avoir un avis médical et un un diagnostic fiable. Tu pourrais prendre contact avec un centre de planning familial. Tu seras accueilli par une équipe de professionnel·le·s de la santé qui t’accueillera en toute confidentialité et sans jugement. Tu trouveras la liste des centres de planning familial: http://www.loveattitude.be/centres-de-planning/

      En cette période de confinement, les centres de planning familial restent disponibles. Ainsi, nous te conseillons de contacter directement le planning de ton choix pour évaluer ta situation.

      N’hésite pas à revenir vers nous pour toute autre question 🙂

      Répondre