La contraception (pilule, stérilet, implant,…) à quoi ça sert?

Un rapport sexuel hétérosexuel (entre une personne ayant un appareil génital mâle et une personne ayant un appareil génital femelle) peut mener à une grossesse. En effet, cela se produit lorsqu’un ovule (libéré par l’appareil génital femelle) est fécondé par un spermatozoïde (produit par l’appareil génital mâle). Avoir ou ne pas avoir un enfant est une décision qui se prend à deux. Dans ce cas de figure, il est possible d’éviter une grossesse non planifiée en utilisant un moyen de contraception. Ta·ton partenaire et toi pouvez même combiner plusieurs contraceptifs.

Lorsque tu découvres la sexualité, il est possible que tu aies des craintes, des doutes, etc. Au final, la décision d’avoir une relation sexuelle est propre à chacun·e. En effet, chacun·e est libre d’avoir des relations sexuelles ou non. Tu peux aussi ne pas te sentir prêt·e à cause de différents éléments: tes convictions religieuses, la peur d’une grossesse, ou un tas d’autres raisons qui te sont personnelles. Tu es la seule personne à pouvoir prendre les décisions concernant ton corps, ainsi c’est en discutant avec ta·ton partenaire que vous pourrez parler de vos désirs respectifs. Lorsqu’il s’agit de concevoir un enfant aussi: chacun est libre d’avoir un enfant ou non. Et, quelle que soit la raison personnelle, il est possible de ne pas se sentir prêt·e. C’est pourquoi, il est important que chacun·e soit d’accord de concevoir un enfant. En respectant le consentement de sa·son partenaire, cela permet de s’assurer que l’autre en a réellement envie.

Lorsque l’on parle de contraception, il s’agit des méthodes qui vont permettre d’éviter une grossesse non planifiée. Ce sont, entre autres, le préservatif, la pilule, le patch, le stérilet, etc… La majorité des moyens de contraception s’adressent aux personnes qui ont un appareil génital femelle. Le préservatif, quant à lui, est utilisé, principalement, par les personnes ayant un appareil génital mâle (préservatif moulant/externe) mais il existe aussi des préservatifs flottants (préservatif interne) qui s’insèrent dans le vagin (ou dans l’anus). Comme le préservatif externe, il doit être changé à chaque rapport sexuel et entre chaque pénétration.
Attention, il ne faut jamais utiliser les 2 préservatifs en même temps car les risques de rupture par frottements seraient considérablement augmentés !

En revanche, lorsque l’on parle de protection, il s’agit de te protéger contre les IST (dont le VIH). Le préservatif est le seul et unique moyen de contraception actuel qui permet d’éviter une éventuelle contamination à une ou plusieurs IST.

Dans le cadre d’une relation hétérosexuelle, utiliser une contraception est donc indispensable et ce, dès ta première relation sexuelle (ceci concerne les partenaires de la relation, autant l’un·e que l’autre), si vous n’avez pas le désir ou pas encore planifié de concevoir un enfant.

 

Comment ça fonctionne ?

Il existe 2 types de contraceptions :

Les contraceptions hormonales

Il n’existe pas encore de contraception hormonale (comme la pilule) pour les personnes de sexe biologique mâle. Ainsi, les contraceptions hormonales ont un effet sur le cycle menstruel (appareil génital femelle). Ces moyens de contraception hormonaux permettent soit d’empêcher l’ovulation, soit d’empêcher le développement de l’ovule fécondé. Les contraceptifs hormonaux sont: la pilule contraceptive classique, le stérilet hormonal, le patch, l’implant contraceptif, l’anneau vaginal.

Le cycle menstruel débute le premier jour des règles et se termine le jour qui précède les règles suivantes. En principe, ce cycle dure 28 jours. Mais cela peut varier d’une personne à l’autre. Au début de ce cycle, un ovule se développe dans les ovaires. Il mûrit pendant plusieurs jours. Une fois arrivé à maturation, il ira se loger dans l’utérus pendant 24h à 48 h maximum. Lorsque l’ovule est dans l’utérus, il peut être fécondé par un spermatozoïde. Si rien ne se passe, il est rejeté et évacué sous forme de saignements : apparaissent alors les règles. Elles sont la seule manifestation « visible » de ce qui se passe dans le corps féminin.
Par conséquent, lorsque les règles surviennent, elles sont l’indicateur qu’il n’y a pas eu de fécondation pendant le cycle précédent.

Les contraceptions non-hormonales

Les contraceptions non-hormonales empêchent une éventuelle fécondation. C’est le cas des préservatifs, du stérilet en cuivre et du diaphragme.

Tu peux retrouver tous les moyens de contraception disponibles en Belgique avec des indications sur leur efficacité en allant sur le site « Mes Contraceptifs« .

Retarder l’arrivée des règles, c’est possible ?

Avec une contraception hormonale, oui, il est possible de retarder l’arrivée des règles :

Avec la pilule : il suffit de recommencer une nouvelle plaquette de pilules à la fin de la plaquette en cours. Il n’y aura donc pas de pause de 7 jours (sans pilule).

Avec le patch contraceptif : après la 3e semaine, il suffit de ne pas faire de pause (= semaine sans patch) et de coller directement un nouveau patch. Les règles seront retardées d’une semaine. Pour que le retard dure plus longtemps, il suffit de coller un nouveau patch la semaine suivante.

Avec l’anneau vaginal : au bout de 3 semaines, il suffit de retirer l’anneau et d’en placer un autre directement sans faire une pause de 7 jours (semaine sans anneau).
Attention, un même anneau ne peut être utilisé plus de 3 semaines, il faut donc en placer un autre au terme des 3 semaines.

 

À ne pas oublier !

Tous les moyens de contraception hormonaux continuent à agir pendant la période de « pause ». C’est-à-dire les 7 jours pendant lesquels tu ne prends plus ta contraception. À condition de bien reprendre ta contraception à la fin de ces 7 jours de pause, c’est-à-dire au 8e jour.

Lorsqu’il est nécessaire de prendre un médicament en plus de ta contraception hormonale (la pilule, le patch, l’anneau vaginal, l’implant), l’efficacité de la contraception peut être diminuée. Il est donc recommandé de prévenir la·le médecin de la méthode contraceptive utilisée. Par ailleurs, en cas de vomissements ou de diarrhée dans les 3 heures qui suivent la prise de la pilule contraceptive, la pilule peut être inefficace. La pilule aura en effet été « évacuée » plus rapidement que prévu par le corps. Contrairement au patch et à l’anneau vaginal qui continuent à diffuser des hormones, et ce, même si il y a vomissements ou diarrhée.

Il n’est pas toujours nécessaire d’effectuer un examen gynécologique avant de prendre un moyen de contraception, un simple rendez-vous chez un.e médecin, de préférence un·e gynécologue, suffit.

Actuellement, le préservatif (interne ou externe) est le seul moyen de contraception qui permet (en même temps) de se protéger d’une contamination à une ou plusieurs IST. Par conséquent, si tu es dans une relation exclusive avec un·e partenaire, le plus judicieux est d’effectuer un test de dépistage des différentes IST avant d’envisager l’arrêt du préservatif (et trouver une contraception, si nécessaire).

Si ta·ton partenaire et toi avez besoin d’aide pour déterminer quelle est la contraception qui vous convient, le plus judicieux serait d’en parler à un·e médecin, à un·e gynécologue ou à un·e membre de l’équipe d’un centre de planning familial. Tu trouveras par ici la liste des centres de planning familial en Belgique francophone .

 

 

 

Partager

Poser une question

N’hésite pas à nous poser une question, un professionnel faisant partie du réseau Bruxelles-J te répondra. Nous préservons ton anonymat et ton adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

En cliquant sur « publier la question », vous acceptez notre Politique en matière de protection de la vie privée.

*
*

6 questions déjà posées

  1. Tbh

    Est-il possible de tomber enceinte après avoir prit un contraceptif ? Moi j’ai eu mes regles le 2juillet et mes rapports sexuels non proteger le 21 juillet j’ai un cycle de 29 jrs c’t prévu que j’aie encore mes règles le 30 juillet mais jusque-là j’ai pas encore vu et après mes rapports sexuels j’avais bu la pillule S…j’ai fais un test de grossesse il est négatif mais pas de règle. Vs pensez que je suis enceinte ?

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)

      Bonjour Tbh,

      Si tu as des rapports vaginaux non protégés et sans contraception,une grossesse est possible.

      En revanche, suite à la prise d’une contraception d’urgence, il est possible de ressentir des effets secondaires. En effet, il est possible d’avoir des maux de tête, des maux de ventre et il est aussi possible que tes cycle menstruel soit perturbé. Tes règles pourront être alors avancées ou retardées.

      Si cette situation t’inquiète, nous te conseillons de faire à nouveau un test de grossesse pour vérifier si tu es enceinte ou non. En effet, il est possible que tu aies effectué le test de grossesse trop tôt et le résultat n’est pas forcément fiable.

      En général, on recommande d’attendre 7 jours de retard de règles ou 20 jours après le dernier rapport non protégé et sans contraception pour effectuer un test de grossesse urinaire (afin que le résultat soit fiable). Les tests de grossesse urinaires sont en vente libre en pharmacie, en centre de planning familial ou en supermarché. Il est également possible d’effectuer un test de grossesse sanguin (prise de sang) sur prescription d’un·e médecin, d’un·e gynécologue ou dans un centre de planning familial. Il faut toutefois attendre un minimum de 15 jours après le dernier rapport non protégé. L’analyse sanguine est fiable à 100%.

      Enfin, si une grossesse ne fait pas partie de vos plans actuels, elle peut aborder la question lors de sa prochaine consultation avec un·e médecin afin d’envisager la contraception qui lui conviendrait le mieux. Côté contraception « féminine », que ce soit une pilule contraceptive à prendre tous les jours, un anneau vaginal ou un patch qui se change toutes les 3 semaines ou un stérilet qui se change tous les 3 ou 5 ans, il existe de nombreux moyens de contraception. Côté contraception « masculine », tu trouveras plus d’informations dans notre article Petit tour du côté de la contraception masculine. Une contraception classique est en effet plus efficace qu’une contraception d’urgence pour éviter une grossesse non désirée. Pour plus d’infos sur tous les moyens de contraception, tu peux te rendre sur Mes Contraceptifs
      Tu trouveras par ici la liste des centres de planning familial en Belgique francophone

      N’hésite pas à nous contacter pour toute question supplémentaire.

      Répondre
  2. Hope

    Bonjour, je vais bientôt avoir 19 ans

    Je prends la pilule depuis 3 ans (pour les douleurs des règles), je pense depuis un certain temps à changer de moyen de contraception car je rencontre quelques problèmes avec les pilules (j’en ai testé plusieurs)

    J’aimerai me faire poser un stérilet (hormonal)

    J’ai deux questions

    Premièrement est-il possible de s’en faire poser un à 18/19 ans (j’entends souvent dire qu’il faut avoir 25 ans ou avoir déjà eu un enfant)

    Deuxièmement, si jamais c’est possible de se le faire poser à mon âge, faut-il attendre d’avoir déjà eu des rapports sexuels ? (je suis vierge)

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)

      Bonjour Hope,

      Oui, il est tout à fait possible de se faire poser un stérilet hormonal à 18 ans (ou avant), sans avoir eu des enfants et avant d’avoir des rapport sexuels. En effet, le stérilet a été pendant longtemps objet de préjugés qui ont été démenti par la communauté scientifique. Tu peux regarder la vidéo réalisée par la RTBF à se sujet, pour te faire une idée.
      Ainsi, il vaut mieux poser des questions à un·e médecin ou gynécologue, car son rôle est aussi de vous informer. Si tu ne te sens pas à l’aise face à ta·ton médecin (par exemple si c’est la·le médecin de famille), tu peux aussi t’adresser à un centre de planning familial, une maison médicale et/ou à un(e) gynécologue. L’équipe d’un centre de planning familial est tenue au secret professionnel. Tu seras accueillie en toute confidentialité et sans jugement par des professionnel·le·s de la santé.

      N’hésite pas à revenir vers nous pour toute autre question 🙂

      Répondre
  3. Gigi

    Bonjour, j’ai 18 ans et je prends la pilule depuis mes 16 ans

    À partir du moment où j’ai commencer à prendre la pilule j’ai commencer à avoir des petites déprime et 1 an plus tard, à 17 ans j’ai été diagnostiquée dépressive

    J’ai lu plusieurs articles basés sur une étude disant que la pilule augmenterai le risque de dépression, pouvez-vous m’éclairer ? que savez-vous sur ça ?

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles (informateur certifié)

      Bonjour Gigi,

      Plusieurs facteurs peuvent expliquer une dépression. Comme un facteur traumatique par exemple ou des facteurs héréditaires ou hormonaux.
      Par conséquent, l’impact d’une pilule contraceptive pourrait effectivement dans certains cas avoir des conséquences pour certaines femmes.
      Cependant, l’équipe de Bruxelles-j n’étant pas scientifique et n’ayant pas analyser ces études, nous ne sommes pas en mesure de poser un avis particulier sur ces éléments.
      Nous t’invitons à aborder la question avec ton médecin ou un endocrinologue qui pourra te transmettre plus d’information sur cette question.

      Bien à toi

      Répondre