Les drogues hallucinogènes (champis, LSD, MDMA,…)

Qu’est-ce que les drogues hallucinogènes?

Les drogues hallucinogènes (dites aussi “psychédéliques”) sont des extraits de plantes ou des produits synthétiques (fabriqués chimiquement) dont la consommation entraîne une profonde modification de la conscience (psychédélique = qui ouvre l’esprit sur une autre perception de soi et du monde).

Il existe différents produits utilisés en fonction des lieux et des cultures. Par exemple l’ayahuasca, la mescaline et la phencyclidine sont utilisés en Amérique du Sud lors de rituels.

En Belgique, les deux produits les plus fréquemment utilisés sont le LSD (acide lysergique), un produit semi-synthétique et les champignons psilocybes, produits naturels mais toxiques.

D’autres drogues comme le cannabis, la kétamine, le MDMA,… ont aussi un effet hallucinogène en plus de leur effet stimulant ou dépresseur.

Comment ça se consomme?

  • Le LSD : une goutte d’acide est déposée sur un buvard/carton d’un ½ cm. La dose est infime car le produit est extrêmement puissant. On en trouve également disposés en goutte sur des pierres à briquet ou sur de la gélatine (pilule). Les cartons et les pilules sont souvent colorés avec des formes ou symboles en fonction des modes.
  • Le champignon psilocybe : il se mange soit seul soit au sein d’une préparation cuisinée (ingrédient dans la recette).

 

Quels sont les effets?

Les effets recherchés : distorsion de la perception sensorielle (hallucinations visuelles et auditives, sensations décuplées), sentiment d’absolu, de plénitude et d’omniscience, surtout pour le LSD. Les champignons permettent plus d’interactions sociales pendant le trip. Expérience mystique.

Les effets sont identifiés en 3 phases :
  1. La montée : les premiers signes sont plutôt physiques (raideur dans la nuque, goût métallique sur la langue, sensation de chaleur irradiante, le regard semble s’allumer, …). Ils apparaissent approximativement 1/2 heure après l’ingestion et durent environ 1/4 d’heure.
  2. Le plateau : les effets décrits plus haut se déploient au maximum de leur intensité pendant +/- 3 à 4 heures.
  3. La descente : le retour à la conscience ordinaire est lent (4 à 5 heures) et progressif (fait d’aller-retour).

Les effets indésirables : L’insomnie pendant toutes la durée des effets (fatigue par la suite), le bad trip (avoir une expérience désagréable voire traumatisante), les accidents sous effets, les “remontés d’acides” ou “retour de trip” (réapparition soudaine des effets pendant quelques minutes). Ils peuvent survenir plusieurs semaines, plusieurs mois voire une année après la prise.

Qu’est ce que je risque?

Les drogues psychédéliques n’occasionnent pas de lésions des organes ni d’accoutumance ou de dépendance. Il n’existe pas de dose mortelle.

Le risque le plus important est le bad trip. Les effets du LSD et des champignons sont dépendant de l’état psychologique du consommateur. Si, au moment de la prise, il se sent stressé, triste ou qu’il a vécu un événement provoquant des émotions négatives avant, les effets risquent d’être très désagréables. On ressent généralement une peur intense et on a l’impression d’être “prisonnier” de son trip. Cela peut conduire l’usager à la panique, la confusion (déstabilisé, ne sait plus ce qu’il dit, perdu) voire à des comportements agressifs. Dans des cas extrêmement rares, la peur peut mener au suicide.

Le second risque important est l’accident sous effet. Même sans faire de bad trip, notre perception du monde n’est plus en lien avec le réel. Cela peut conduire à une négligence du danger. Par exemple, la modification de la perception du vide peut mener à une chute.

Comment réduire les risques?

Suis-je plus à risque que la moyenne ?

Pour les personnes ayant des antécédents psychiatriques (diagnostic psychiatrique, vécu des traumatismes importants), ces produits sont déconseillés car ils amplifient et révèlent les fragilités psychiatriques.

Comment éviter les mauvaises expériences ?

Comme abordé plus haut, l’état de forme psychologique au moment de la prise est très important. Il est recommandé de consommer ce produit seulement si on se sent en confiance, serein et heureux. Il est important d’être entouré de personnes de confiance, bienveillantes (amis de longue date par exemple) dans un endroit sûr, calme et chaleureux. Évitez les lieux inconfortables, en hauteur ou inconnus. Lorsque l’on trip, notre vigilance est grandement bouleversée et on peut être plus vulnérable. Dans l’idéal, il est même recommandé d’avoir une personne de confiance qui ne consomme pas à vos côtés en cas de besoin (un “bob”).

Avoir une hygiène de vie équilibrée augmente les probabilités de vivre des bonnes expériences. Rester vigilant à son corps et ses sens dans la période qui suit une prise pour prévenir les “remontés d’acides”

Est-ce légal?

Non. Les drogues hallucinogènes font partie des substances classées sur la liste des stupéfiants en Belgique depuis 1930. Ainsi la possession, l’achat, la vente, la culture et le commerce de ces substances sont interdites.

Pour en savoir plus sur les risques et les sanctions  prévus par la loi belge, tu peux consulter notre fiche “La loi belge et les drogues”.

Partager

Poser une question

N’hésite pas à nous poser une question, un professionnel faisant partie du réseau Bruxelles-J te répondra. Nous préservons ton anonymat et ton adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

En cliquant sur « publier la question », vous acceptez notre Politique en matière de protection de la vie privée.

*
*