C’est quoi un bad trip et comment l’éviter?

L’expression « bad trip » littéralement « mauvais voyage » en anglais, désigne, dans le langage courant, une sensation d’angoisse liée à l’usage d’une drogue.

Les produits psychédéliques (tels que le LSD, les champignons, les pilules d’XTC, certaines drogues synthétiques, le cannabis) sont plus susceptibles d’entraîner un bad trip, car ils agissent principalement au niveau des perceptions. Sous l’effet d’une drogue psychédélique ou hallucinogène, le monde extérieur est perçu de manière inhabituelle. Tes sensations, ta façon de voir les choses sont changées, parfois exagérées et en tous les cas perturbées. Parfois, ça correspond aux effets attendus et tout se passe bien.
Parfois cette déformation ne correspond pas à tes attentes. Elle peut être simplement désagréable, et même te déstabiliser. Tu peux te sentir envahi par l’inquiétude et la confusion, et tu risques de te sentir dépassé, surtout si c’est ta première expérience avec le produit. Dans le pire des cas, tu peux même oublier que ce qui t’arrive est dû à l’action du produit et croire que tu deviens fou ou folle.
Cette expérience désagréable s’appelle un bad trip. Il y a plusieurs niveaux de bad trip, plus ou moins supportables.

Les effets positifs – mais aussi négatifs – que tu peux ressentir en consommant une drogue vont dépendre de 3 facteurs essentiels :
  • Le produit : en cas de consommations de produit illégal, on n’est jamais vraiment sûr de ce que l’on consomme. Les effets peuvent être inattendus, plus forts que ce qu’on pensait, ce qui peut amener de l’angoisse.
  • Ton état d’esprit : si tu n’as pas trop le moral, si tu es fatigué, triste ou stressé, le sentiment d’angoisse risque d’arriver plus rapidement.
  • L’entourage : le lieu où tu vas consommer, les personnes présentes autour de toi, ce qu’il s’y passe, ces éléments peuvent être déterminants quant à la manière dont tu vas réagir.

Tu as plus de chances d’avoir un « bad trip » si tu consommes un produit trop fort, ou si tu consommes dans un lieu où tu n’es pas à l’aise ou avec des personnes que tu n’apprécies pas et dont tu te méfies.
Le bad trip a une fin, il s’arrête soit quand tu sors de la situation d’angoisse, soit quand le produit ne fait plus effet.

Que faire avant, pendant et après un bad trip ?

Avant

Si tu fais attention aux trois critères cités plus haut, tu diminueras les risques de faire un bad trip. Si tu souhaites consommer un produit, nous te conseillons donc de bien te renseigner sur celui-ci, choisir un moment où tu te sens bien physiquement et mentalement, dans un lieu que tu connais et qui est agréable pour toi et de le faire avec des personnes de confiance. Il est préférable de commencer par une petite dose pour évaluer les effets du produit et ta réaction qui en découle.

Pendant

Si tu fais un bad trip : essaye tant que possible de te relaxer, de respirer calmement, essaye de t’étendre ou de prendre un bol d’air frais pour reprendre le contrôle de tes pensées angoissantes. Si tu n’y parviens pas, sollicite l’aide d’un ami ou appelle le service des urgences. Ce n’est pas une honte et tu ne risques rien légalement en les contactant.
Si ton ami fait un bad trip : essaye de garder ton calme et tente de le rassurer. Si possible, emmène-le dans un endroit calme pour diminuer les sources de stress qui peuvent augmenter l’angoisse (bruit, lumière, foule, agitation…). Montre-toi rassurant, rappelle-lui que ce qui lui arrive est dû au produit et qu’il va se sentir mieux quand l’effet sera terminé. Offre-lui une présence et reste attentif à ses besoins (hydratation, nourriture…).

Après

Le bad trip peut être une expérience désagréable voire choquante, et parfois il faut quelques jours de repos avant de se sentir mieux.
Si, après plus de 48 heures, tu te sens toujours mal et que tu t’inquiètes, n’hésite pas à contacter l’asbl Le Pélican.

Partager

Poser une question

N’hésite pas à nous poser une question, un professionel faisant partie du réseau Bruxelles-J te répondra. Nous préservons ton anonymat et ton adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

En cliquant sur « publier la question », vous acceptez notre Politique en matière de protection de la vie privée.

*
*

20 questions déjà posées

  1. Marine

    Bonjour,

    Alors voilà, je vous présente la situation.

    Je suis depuis un an dans une sorte de dépression ou déprime (pleurs et un petit manque d’interêt pour ce qui m’animait, mais  pas très grave ).

    Je suis allée en festival et Jai pris un acide il y a une semaine. Le trip a été super mais au moment de me couché, impossible de dormir, angoisses ++++. Au bout d’un moment j’ai accepté de ne pas dormir , je me  suis reposée la journée puis j’ai re fait la fête le soir. J’ai pris 2 lignes  de MDMA et 1/4  d’acide (oui, je peut être très très con des fois). J’ai passé ma soirée, pas vraiment défoncé mais dans un good mood , j’ai senti la fatigue (youhouuu) et je suis allée me coucher. Après une heure je me suis réveillée et impossible de rendormir. Et la grosse grosse angoisse, comme la veille. J’ai fini par partir, mon copain est venu me chercher. Ça allait un peu mieux mais depuis deux jours j’angoisse a fond.

    Jai peur que ma dépression est été accentué par ce bad trip. J’ai juste envie que ces angoisses me quittent. J’ai peur de rester comme ça, angoissé.

    Cela fait un peu moins d’une semaine alors je m’en dis que c’est peut être normal. C’est deux matins ont été trés très éprouvant  Psychologiquement alors peut être que c’est un petit trauma et que ça va aller.

    bien sûr j’ai des choses à soigner, j’en suis consciente, mais j’espere que cette angoisse ou anxiété (je ne sais pas comment l’appeler) va s’apaiser.

    Répondre
    1. Le Pélican
      Hello Marine,
      Merci pour ton message et la confiance que tu nous accordes. Ce que tu décris là semble être assez rude à traverser, nous allons essayer de répondre au mieux.
      Tout d’abord, revenons sur ses angoisses et ses anxiétés que tu as ressenti après la prise de ces substances. ça n’est pas directement les substances qui provoquent cela, même si elles en sont le déclencheur. Les réactions que tu as expérimentées sont le mélange de ce que tu traverses en tant qu’individu dans ta vie quotidienne, l’effet que te procure le contexte dans lequel tu es au moment de la prise et enfin les substances que tu consommes. Tu nous expliques souffrir d’une forme de dépression depuis bientôt un an. Quand on prend certaines substances, il se peut que les sentiments difficiles à gérer pour toi en ce moment ressortent d’une manière plus forte et que tu arrives à moins les contrôler par rapport à ta vie de tous les jours. Si tout d’un coup tu expérimentes tes angoisses d’une manière beaucoup plus forte et que tes moyens de contrôle habituels ne sont plus efficaces, il y a de quoi paniquer 😉
      Ce qui nous semblerait le plus adéquat au vu de ce que tu traverses, c’est de prendre contact avec un centre spécialisé dans la question des consommations pour que tu puisses discuter directement avec un professionnel de la santé de ce qui t’arrive. Tu dis toi-même être consciente d’avoir « des choses à soigner ». Peut-être est-ce le moment pour toi d’aborder ces choses ? Quoi qu’il en soit c’est à toi d’en décider 😉 Dans tous les cas, nous te conseillons de ne pas rester seule. N’hésite pas à t’entourer de personne de confiance qui te soutiennent  dans cette situation. Nous restons à ta disposition pour te fournir un espace de discussion sur le sujet dans notre association, le Pélican :
      tel : 02/502.08.61 ou 0471/63.78.95
      Tu peux tout aussi bien te tourner vers l’asbl Infor-drogue qui a une permanence téléphonique et pourras te donner des informations complémentaires :
      tel : 02 227 52 52  du lundi au vendredi de 8h à 22h et le samedi de 10h à 14h.
      mail : courrier(@)infor-drogues(.)be
      N’hésite pas à utiliser ces ressources si tu en ressens le besoin elles sont là pour ça.
      Nous souhaiterions aussi te proposer de jeter un œil sur le site de Modus Vivendi. C’est une super asbl qui se charge entre autres de faire de la réduction des risques en matière de consommation. Voici le lien direct sur les brochures qu’ils ont créées au sujet de différentes substances. Si tu souhaites pouvoir consommer, ces petites brochures sont très bien faites et instructives pour te permettre de le faire de la manière la plus « safe » possible 😉
      Prends soin de toi,
      L’ASBL Pélican
      Répondre
      1. Marine

        Merci pour votre réponse !

        Mon plus gros problème est de me débarrasser de cette anxiété/angoisse permanente. Je vais essayer de consulter. Le problème est que je suis en nouvelle Zélande..

        je reviendrai vers vous si besoin. Encore merci !

        Répondre
  2. Miro

    Bonjour

    j’ai fais un bad trip il y’a 6 mois et j’ai tjrs ce sentiment de dépersonnalisation et déréalisation c’est dur  que dois je faire ?

    Répondre
    1. Le Pélican

      Hello Miro,

      Si tu expérimentes toujours ce genre de sentiments après 6 mois en effet c’est dur à vivre. Tu cherches des solutions pour sortir de cette situation et ça, c’est super positif !

      Nous trouvons qu’il est vraiment important que ne reste pas seul dans cette situation. Ce serait bien tu en parles à un psychologue, un psychiatre ou un médecin, une personne extérieure et objective en qui tu peux avoir confiance et qui pourra t’aider au mieux.

      Ce que nous te conseillons c’est de contacter Infor drogues par téléphone pour expliquer plus en détails ta situation. Eux, pourront te diriger vers un professionnel adéquat. Voici leur numéro : 02/227.52.52 (Du lundi au vendredi de 8h à 22h et le samedi de 10h à 14h).

      Prends soin de toi !

      L’Equipe du Pélican

      Répondre
  3. Tomtom

    Bonjour, je voudrais tester un joint de beuh mais je suis stresser à l idee d avoir des effets et d être défonce quel dose je doit mettre ?

     

     

     

    Répondre
    1. Le Pélican

      Hello Tomtom,

      Merci pour ton message et la confiance que tu nous accordes. Nous préférons répondre directement sur ton adresse mail privée car comme sur Bruxelles-J tout le monde peut lire ce que qui est écris nous te proposons de communiquer différemment. Tu vas donc bientôt recevoir un e-mail de notre part avec une réponse 🙂

      A vite,

      L’Equipe du Pélican

      Répondre
  4. Hades

    Bonsoir ! Je suis dans un bad trip depuis deux semaines de consommation je suis un peu inquiet ! Je vie comme dans un rêve !

    Répondre
    1. Le Pélican

       

      Bonjour Hades,

      Tu décris que tu « vis comme dans un rêve » depuis deux semaines de consommation. Est-ce que ça signifie que tu continues à consommer ou que l’effet dure encore deux semaines après avoir consommé ?

      En tous cas, ne reste pas seul dans cette situation. Ce serait bien tu en parles à un psychologue, un psychiatre ou un médecin, une personne extérieure et objective en qui tu peux avoir confiance et qui pourra t’aider au mieux.

      Ce que nous te conseillons c’est de contacter Infor drogues par téléphone pour expliquer plus en détails ta situation. Eux, pourront te diriger vers un professionnel adéquat. Voici leur numéro : 02/227.52.52 (Du lundi au vendredi de 8h à 22h et le samedi de 10h à 14h).

      Prends soin de toi !

      L’Equipe du Pélican

      Répondre
      1. Miro

        Bonjour

        j’ai fais un bad trip il y’a 6 mois et j’ai tjrs ce sentiment de dépersonnalisation et déréalisation c’est dur  que dois je faire ?

        Répondre
        1. Le Pélican

          Nous avons répondu à ta question plus haut 😉

          Répondre
    2. Tom Tom

      Mon gars tu souffre de déréalisation c’est pour ça

      Répondre
  5. A

    Comment je peux aider mon copain de s’en sortir de ce bad trip après 2 mois de consommation ?

    Répondre
    1. Le Pélican

      Hello A,

      Est-ce que tu veux dire que cela fait 2 mois que ton copain sent qu’il est en bad trip? Si c’est le cas c’est long … Nous pensons qu’il est important qu’il se tourne vers les services de santé. En ce qui te concerne, l’aide que tu peux lui apporter est limitée. Tu peux l’écouter, le soutenir et être présente pour lui, mais si les symptômes de bad trip subsistent et que ça ne passe pas (ce qui est déjà le cas), alors il faut trouver de l’aide vers l’extérieur. En nous contactant sur Bruxelles J, c’est déjà ce que tu fais, et tu fais bien 🙂

      Nous ne pouvons pas te donner des conseils « tout fait » sur une plateforme internet, ça ne serait pas adéquat. La situation que vit ton copain est complexe, c’est pourquoi il est préférable qu’il s’adresse de suite à un psychologue, un psychiatre ou un médecin. Ça peut faire peur dit comme ça mais c’est important que vous vous tourniez vers des personnes extérieures et objectives en qui vous pouvez avoir confiance qui pourront vous aider au mieux.

      Ce que nous vous conseillons c’est de contacter Infordrogues pour expliquer plus en détails votre situation. Eux, pourront vous diriger vers les professionnels adéquats. Voici leur numéro  au 02/227.52.52 (Du lundi au vendredi de 8h à 22h et le samedi de 10h à 14h).

      Si de ton côté tu sens que toute cette histoire est difficile à traverser, n’oublie pas que tu peux bénéficier d’une écoute gratuite avec un psychologue afin de parler de ce qui t’arrive. On imagine que ça doit être stressant et compliqué à gérer et tu ne devrais pas rester seule face à cette situation. Donc si tu sens avoir besoin d’en discuter avec un psychologue spécialisé dans le domaine des consommations tu peux nous contacter sans hésiter au 0471/63.78.95 du lundi au vendredi de 9h à 16h30.

      Ne restez pas seuls dans cette situation 😉

      On espère avoir de vos nouvelles !

      Prends soin de toi 😉

      L’Equipe du Pélican

      Répondre
  6. Naty292

    Puis-je avoir votre email pour une question ? Merci d’avance

    Répondre
    1. Le Pélican

      Hello 🙂

      Voici notre mail bruxellesj@lepelican-asbl.be.

      Nous attendons de tes nouvelles. 

      L’Equipe du Pélican

      Répondre
  7. Ok2004

    je vais bientôt consommer un timbre de lsd 300micogrammes et c’est ma première expérience et je flippe un peu ma question est : est ce que cette petite peur peut m’embarquer dans un bad trip ?

    Répondre
    1. Le Pélican

      Hello Ok2004

      Merci pour ton message et la confiance que tu nous accordes. Nous préférons répondre directement sur ton adresse mail privée car comme sur Bruxelles-J tout le monde peut lire ce que qui est écris nous te proposons de communiquer différemment. Tu vas donc bientôt recevoir un e-mail de notre part avec une réponse 🙂 

      A vite,

      L’Equipe du Pélican

      Répondre
  8. Nass

    Bonjour, j’ai fais un bad trip il y’a Un peu moins de 3 jours… Je vais nettement mieux mais je ressent une net fatigue et pas encore l’impression d’être à 100%… je voulais savoir si c’est normal et que pourrais-je faire pour revenir au top de ma forme ?

    merci pour votre réponse

    Répondre
    1. Le Pélican

      Bonjour Nass,

      Oui il est possible que tu ressentes encore les effets de ce bad trip. Tout dépend de la soirée que tu as passée, de ce que tu as consommé et de comment ton corps accuse le coup. Pour revenir au top de ta forme il n’y a pas 10 000 solutions 😉 Nous te conseillons de prendre le temps de te reposer pour récupérer. Si tu sens que dans les prochains jours ça ne va toujours pas mieux, voir que ça s’aggrave, n’hésite pas à consulter un médecin en qui tu as confiance et avec qui tu peux en parler.

      Une autre chose que tu peux faire c’est comprendre pourquoi est-ce que ta consommation a provoqué un bad trip pour éviter que ça t’arrive à nouveau et pouvoir (si tu le souhaites toujours) consommer de manière plus safe la prochaine fois 😉

      N’hésite pas à revenir vers nous si tu as plus de questions,

      L’Equipe du Pélican

      Répondre