Le cannabis

Qu’est-ce que le cannabis?

Le cannabis ou chanvre est une plante qui contient différentes substances appelées cannabinoïdes.

On retrouve notamment le Delta-9-tétrahydrocannabinol (THC), responsable des effets psychotropes perturbateurs, et le cannabidiol (CBD). Nous parlons ici des variétés de cannabis aussi appelées marijuana, beuh, weed, sla, ganja, … qui comportent une quantité plus ou moins importante de THC.

Les principales préparations obtenues à partir de cannabis sont :

  • l’herbe (la beuh), composée des fleurs séchées, contenant de 2 à 10% de THC. Aux Pays-Bas, la teneur en THC est souvent bien supérieure (jusqu’à +/- 30%)
  • le haschisch (hasch, shit, …), fabriqué à partir de la résine produite par la plante, se présente sous la forme d’une pâte brune plus ou moins dure contenant 5 à 25% de THC

Ces produits naturels issus du cannabis contiennent toujours approximativement un ratio 50/50 de THC et de CBD, substances principales responsables des effets sur les récepteurs cannabinoïdes. Il n’existe pas de variété naturelle ne contenant que du THC.

Comment ça se consomme?

  • Fumé : dans une cigarette roulée à la main (« joint », « pétard » ou « stick »). Dans bien des cas, le rituel social qui accompagne la consommation du cannabis peut être tout aussi recherché et apprécié que les effets du produit lui-même.
    Les effets durent en général de 2 à 4 heures, selon la dose et la qualité du produit ;
  • Ingéré : le cannabis peut être incorporé à la nourriture (space cake, thé, …).
    Les effets se ressentent subitement au bout d’une heure en moyenne et peuvent durer jusqu’à 24 heures selon le dosage ;
  • Vaporisé : la vaporisation consiste à faire chauffer l’air autour de la plante afin que la substance se transforme en vapeur et soit inhalée sous cette forme.

Quels sont les effets?

Effets recherchés :

  • Détente (décontraction, détachement)
  • État d’euphorie et de bien-être
  • Ivresse agréable (désinhibition)
  • Amplification de l’imagination, de l’humeur et des sensations
  • Possible modification de la perception du temps, des sons, de la musique et des couleurs

Les effets varient en fonction de : la concentration en THC et CBD, la quantité consommée, la qualité du produit, la fréquence, le mode de consommation, le contexte, les mélanges éventuels avec d’autres produits psychotropes (alcool, médicaments, XTC, etc.), la personnalité, l’humeur, l’état d’esprit et les attentes du consommateur.

Effets indésirables physiques :

  • sécheresse de la bouche
  • blanc de l’œil rougi
  • augmentation du rythme cardiaque

 

Qu’est ce que je risque?

Consommation occasionnelle :

  • Bad trip (expérience négative pouvant occasionner crises d’angoisse ou de panique, hallucinations, sensation de perte de contrôle, …).
  • Accident : troubles du mouvement, vertiges, détente musculaire, parfois somnolence, ralentissement du rythme général et du temps de réaction, hypoglycémie.
  • Risques liés à la désinhibition : difficultés à poser et à respecter ses limites, dire ou faire des choses que l’on peut regretter par après, risque de relations sexuelles non désirées et/ou non protégées.
  • Diminution de la concentration, perte temporaire de mémoire.

Consommation régulière (tous les jours ou presque) :

  • Diminution des capacités de concentration, de mémorisation (mémoire à court terme) et de planification.
  • Perte progressive d’intérêt et de motivation pour ses activités habituelles. Passivité.
  • Dépendance psychologique et parfois physique (troubles du sommeil, anxiété, …).
  • Si le cannabis est fumé, il y a combustion et donc des effets sur le système respiratoire. Lorsqu’il est mélangé au tabac, une dépendance à la nicotine peut s’installer.

L’usage de cannabis peut déclencher un trouble schizophrénique chez une personne présentant des prédispositions à cette maladie lors de l’adolescence et fin d’adolescence. La consommation régulière de cannabis est associée à une plus grande fréquence des troubles de l’humeur (ex : dépression, anxiété) et des troubles psychotiques (ex : schizophrénie et autres psychoses). Par contre, cela ne signifie pas que le cannabis est la cause unique et directe du problème de santé mentale.

Risques accrus liés au cannabis synthétique : Il existe des cannabinoïdes synthétiques qui imitent le THC et sont vendus, principalement sur internet, sous forme de poudre ou mélangés à des herbes ou feuilles séchées. Ces préparations ne contiennent pas de CBD (“l’antidote naturel du THC”). En son absence, le THC n’est pas modulé par le CBD et l’effet se révèle puissant, amenant le consommateur à être dans un état de délire. Le cannabis synthétique rejoint ici la classe des délirogènes et ne peut donc pas être comparé à l’effet du cannabis cultivé.

Ces produits comportent leurs propres risques et effets secondaires :

  • surdosage dû à l’absence de CBD dans un ratio 50/50 (ils peuvent ainsi être jusqu’à 100 fois plus puissants que le THC)
  • crises psychotiques agressives (avec bad trip, hallucinations, paranoïa, etc.)
  • risque de mort par overdose (contrairement au cannabis naturel)

Comment déduire les risques?

  • Favoriser la consommation du cannabis par vaporisation plutôt que sous forme de joint, afin d’atténuer le taux de particules toxiques libérées par la combustion.
  • Si le cannabis est fumé, utiliser un filtre à cigarette.
  • Si le cannabis est ingéré, être patient et attendre l’arrivée des effets avant d’en reprendre, afin de ne pas être dépassé. Les produits alimentaires contenant du cannabis (space cake, etc.) mettent +/- une heure pour produire un effet.
  • Acheter de préférence le cannabis auprès de personnes connues et de confiance, avec une information sur la qualité du produit.
  • Éviter de consommer du cannabis synthétique.
  • Éviter les mélanges avec d’autres produits, y compris l’alcool, et en particulier les hallucinogènes. Le cannabis renforce les effets psychédéliques et les risques associés (bad trip, dépersonnalisation, etc.).
  • Le cannabis modifie la capacité de concentration : éviter de consommer au travail, au volant ou lors de travail sur des machines.
  • En cas d’effets indésirables (ex : angoisse), chercher un endroit tranquille, un entourage apaisant, boire quelque chose de sucré. Ne pas paniquer. Éviter de consommer si on se sent mal avant, reporter l’expérience.
  • Le cannabis augmente le désir de contact : attention aux relations sexuelles non désirées et/ou non protégées.

Est-ce légal?

En Belgique, le cannabis est illégal (sauf s’il contient moins de 0,2% de THC). Sa fabrication, sa vente, son achat, son transport et sa détention constituent des infractions passibles de sanctions pénales.

Tu trouveras plus d’infos sur la fiche “Cannabis, permis ou interdit en Belgique ?

 

Partager

Poser une question

N’hésite pas à nous poser une question, un professionnel faisant partie du réseau Bruxelles-J te répondra. Nous préservons ton anonymat et ton adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

En cliquant sur « publier la question », vous acceptez notre Politique en matière de protection de la vie privée.

*
*