Je suis jeune, je vis à Bruxelles et j’ai besoin d’aide

Je suis jeune et j’ai besoin d’aide, quel service social peut m’aider ?

Si tu as un problème, tu peux t’adresser à un service social.

Que tu aies des problèmes avec ton école ou tes parents, des problèmes financiers, médicaux, liés à l’âge, à l’isolement… il existe de nombreux services sociaux différents. Ils peuvent être privés ou publics et leur intervention peut être gratuite ou non.

Vers quel service social me tourner ?

Tu recherches des informations gratuitement ?

Pour tout  problème que tu rencontres, tu peux d’adresser à l’un de ces services qui pourra t’informer ou te réorienter vers un service plus adapté :

Tu as des problèmes à l’école ?

  •   Tu as des difficultés scolaires, des problèmes par rapport à ta vie à l’école, tu ne sais pas vers quoi t’orienter à l’école ou dans ta vie professionnelle ? Tu peux aller au Centre PMS, qui est là pour t’accompagner dans toutes les questions scolaires. Leur intervention est gratuite.
  •   Tu veux de l’aide concernant ton orientation scolaire ou professionnelle, tu as une question par rapport à une décision d’un conseil de classe que tu trouves injuste, tu veux changer d’école ?  Les CIDJ sont là pour répondre à tes questions et les AMO sont là pour t’accompagner dans tes démarches.
  •  Si tu es en conflit à l’intérieur de l’école, avec un de tes camarades ou un professeur, tu peux aussi faire appel à la médiation scolaire, qui s’occupe spécifiquement de cela. Tu peux également t’adresser à une AMO proche de chez toi.

Tu as des difficultés financières ou matérielles ?

  •  Le CPAS pourra t’aider (même si tu es mineur d’âge). Son rôle est de veiller à ce que chaque personne qui réside sur le territoire de sa commune puisse vivre le plus correctement possible (« conformément à la dignité humaine »). L’aide peut être ponctuelle (à un moment donné) ou régulière. L’aide du CPAS peut prendre différentes formes :
  • matérielle : des choses concrètes sont mises en place pour t’aider sans te donner de l’argent (par ex : colis alimentaire, hébergement d’urgence, chèques sport, bons d’achats pour du mobilier)
  • financière : de l’argent t’est versé tous les mois sous forme d’aide sociale ou de revenu d’intégration sociale.
  •  médicale : par une prise en charge de frais médicaux, de séances de kiné…

Tu as un problème juridique ?

  • Tu peux t’adresser au Service droit des jeunes le plus proche de chez toi. Il s’agit d’un service social qui a la particularité d’utiliser le droit comme outil de travail social pour venir en aide aux mineurs en difficulté ainsi qu’à leur famille ;
  • Dans certaines communes, il  existe un service juridique communal à la disposition des habitants de la commune. Pour savoir si un tel service existe dans ta commune, adresses-toi à ton administration communale.
  • Tu peux aussi te rendre au Bureau d’Aide Juridique le plus proche de chez toi pour recevoir les conseils d’un avocat qui sera gratuit pour toi car tu es mineur;
  • Concernant les problèmes juridiques liés à la grossesse ou à la sexualité, les Centres de Planning familial peuvent également t’aider. Tu as des problèmes de santé ?
  • Tu peux te rendre dans une Maison Médicale proche de chez toi ;
  • Pour tout problème lié à la sexualité, à la grossesse, aux maladies sexuellement transmissibles, tu peux te rendre dans un Centre de Planning familial proche de chez toi. Il qui organise des consultations médicales et gynécologiques (ils peuvent par ex. te prescrire un moyen contraceptif sans le dire à tes parents). Certains Centres peuvent pratiquer des interruptions de grossesse aux conditions prévues par la loi en cas de grossesse non désirée.
  •  Tu as besoin de parler de ta situation difficile ? Tu peux te rendre dans un Service de Santé Mentale proche de chez toi ou pour tout problème lié à la sexualité ou à une grossesse, à un  Centre de Planning familial proche de chez toi.
  • Les frais médicaux et les services organisant les soins ne sont pas gratuits. Si tu as des difficultés pour payer tes soins de santé, tu peux t’adresser au CPAS de ta commune  qui peut payer les frais médicaux.

Tu es en conflit ?

Nous te conseillons d’essayer dans un premier temps de te faire aider par un service social qui t’aidera à résoudre ta difficulté en te donnant des informations et des conseils utiles et te proposera dans certains cas de t’accompagner dans tes démarches afin de résoudre la difficulté que tu rencontres.  Les AMO de Bruxelles sont à ta disposition pour t’informer et t’accompagner.

S’il n’y a pas moyen de régler ton problème par la discussion, même en étant accompagné par un service social, et que tu souhaites faire valoir tes droits, tu peux t’adresser à un Service droit des jeunes proche de chez toi ou à un avocat gratuit en te rendant au Bureau d’aide juridique le plus proche de chez toi.

Tu as des difficultés concernant des démarches administratives ?

« Démarches administratives », c’est très large. Il faut déjà savoir quel est ton problème : tu as des difficultés pour trouver un logement ? Rechercher un emploi ? Un problème de domiciliation à la commune ? Une régularisation du séjour ? Faire un recours contre une décision administrative (se marier, reconnaître un enfant,…) ? Les services de première ligne dont la mission est de t’accompagner dans les démarches sont très nombreux et sont généralement dévoués à une démarche administrative particulière. Pour isoler le problème et t’orienter vers le service de première ligne qui pourra t’aider au mieux, nous te conseiller de contacter un CIDJ ou une AMO proche de chez toi.

__________________________________________________________________________

Si tu ne te sens pas à l’aise avec un service social, tu dois savoir : tous ces services doivent respecter des règles 

Les professionnels exerçant leurs activités dans des services sociaux doivent respecter différentes règles :

–      Les règles liées au fonctionnement des services prévues par leur projet institutionnel, leur règlement de travail, leur projet pédagogique etc.

–      Les règles relatives à chaque secteur d’activité

Par exemple, les travailleurs du secteur de l’aide à la jeunesse doivent respecter le code de déontologie de l’aide à la jeunesse. Ce code ne concerne pas les travailleurs de centre PMS ou de centre de planning familial. Le code de déontologie de l’aide à la jeunesse précise par exemple que le service doit respecter les croyances, les droits des jeunes avec lesquels il travaille ou encore que tout jeune a le droit de recevoir l’information dont il a besoin ou encore que le service doit pouvoir intervenir rapidement pour répondre à la demande d’aide. Il insiste également pour que chaque service utilise un langage clair et adapté.

–      Les règles relatives au secret professionnel

Il s’agit d’une obligation imposant à des professionnels de ne pas dévoiler les confidences recueillies pendant l’exercice de leur profession. C’est une obligation pénale (le professionnel qui ne la respecterait pas, s’expose à une amende voire à une peine de prison). Il concerne les médecins, chirurgiens, officiers de santé, pharmaciens, sages-femmes et tout autre personne dépositaire par « état ou par profession » des secrets qu’on leur confie (sont concernés ici notamment?: assistants sociaux, psychologues, avocats etc.) Certains professionnels qui ne sont pas soumis au secret professionnel doivent toutefois observer un devoir de réserve et ne pas raconter partout les situations dont ils ont connaissance (ce qui est par exemple le cas des enseignants pour les faits secrets dont ils auraient connaissance dans le cadre de leur travail). En cas de non-respect, ils risquent des sanctions administratives de la part de leur hiérarchie.

      Le droit au respect de la vie privée

Dès le moment où des données à caractère personnel sont traitées (de la collecte à l’enregistrement), tu disposes de plusieurs droits :
Le droit d’information  : Savoir à quoi vont servir ces informations, qui y aura accès et dans quel but.
Le doit de rectification : La personne a le droit de demander à modifier ou à supprimer les informations fausses ou erronées.
Le droit d’opposition  : La personne a le droit de s’opposer à un usage qui n’était pas initialement prévu et communiqué.
Le droit d’accès : La personne a le droit de prendre connaissance des informations détenues et traitées la concernant.
En cas de refus de s’y conformer par le service social, la personne qui en est victime peut introduire une plainte à l’Autorité de protection des données qui interviendra pour faire respecter la loi par le service social qui se s’y conformerait pas.

Que puis-je faire si ces règles ne sont pas respectées?

Si un service ne t’aide pas ou si tu n’es pas content de l’aide apportée, tu peux réagir notamment en t’adressant à sa hiérarchie ou au ministre dont le service social dépend ou, si tu es mineur d’âge, en demandant conseil auprès du Délégué général aux droits de l’enfant. N’hésite pas non plus à consulter un autre service social ou un service juridique ou un avocat si tu as des questions. Pour trouver un avocat près de chez toi, n’hésites pas à te rendre au bureau d’aide juridique de ton arrondissement judiciaire.

Partager

Poser une question

N’hésite pas à nous poser une question, un professionnel faisant partie du réseau Bruxelles-J te répondra. Nous préservons ton anonymat et ton adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
*