Grossesse et consommation de drogues

Attention: à partir du 1 janvier 2019, les pages ‘Drogues et Addictions’ seront fermées aux commentaires, car malheureusement, Infor Drogues ne sera plus disponible pour répondre à vos questions sur le site de Bruxelles-J. Merci pour ta compréhension.

Bruxelles-J

*****************************************************************

Vous voulez un bébé ?

Vous avez décidé d’avoir un bébé mais tu consommes ou ton copain consomme et vous voudriez savoir ce que cela change ?
Ton hygiène de vie joue sur tes chances de tomber enceinte ou pas, plus ou moins vite ou pas. Si ton corps reçoit tout ce dont il a besoin (alimentation, sommeil, sport), il sera d’autant plus prêt à accueillir une grossesse.
De manière générale, les produits agissent sur la fertilité, c’est-à-dire que tu devras sans doute attendre plus longtemps pour tomber enceinte que si tu ne consommais pas ou que si ton partenaire ne consommait pas.
Réduire ta consommation te permettra d’augmenter tes chances de tomber enceinte.
Maintenant, chaque femme est différente et certaines seront plus rapidement enceintes que d’autres sans même qu’une consommation de produit n’intervienne.
Tout comme certaines ont un cycle menstruel régulier et d’autres pas du tout.
C’est comme ça, donc pas de panique si tu ne tombes pas enceinte tout de suite, cela peut prendre un peu de temps. Si tu as un doute, n’hésite pas à faire un test de grossesse.

Tu es enceinte !

Tout d’abord, Félicitations ! Tu t’apprêtes à vivre une expérience de vie importante. Mais une grossesse demande parfois de changer certaines habitudes de vie.
Il est difficile voire impossible d’affirmer avec certitude quelles sont les conséquences exactes de telle ou telle consommation. Car pour bien vivre sa grossesse, c’est tout un ensemble de paramètres qui sont en jeu, et non juste le fait de consommer ou pas quelque chose. Mais de manière générale, la consommation de drogues est déconseillée pendant la grossesse et l’allaitement.
Si ton corps peut accueillir certains produits avec modération sans que cela n’ait de conséquences, ton bébé par contre est beaucoup plus fragile, il se construit tout doucement dans ton ventre et les produits risquent de perturber son développement ou de le mettre en danger.
Attention, on n’y pense pas toujours mais c’est valable aussi pour les médicaments. Donc, ne prends pas de médicament sans avoir vérifié d’abord auprès de ton médecin si celui-ci était inoffensif pour le fœtus.
Si arrêter de consommer te semble trop difficile, ne te culpabilise pas. Essaye déjà simplement de diminuer un peu ta consommation, c’est toujours ça. Rien ne sert de se mettre une trop grande pression ou des objectifs irréalisables, le stress n’est pas bon non plus pour le fœtus. Parles-en à ton (ta) gynécologue, de sorte qu’il (elle) puisse évaluer avec toi et en tenant compte de la réalité de ta consommation ce qu’il convient de faire ou pas.
L’idéal est que tu puisses parler de tes consommations avec ton (ta) gynécologue, n’aie pas peur de lui en parler, il (elle) est là pour t’aider et te conseiller sans te juger. Il (elle) pourra veiller à ce que ta grossesse se passe au mieux.
Il est super important que tu sois suivie par quelqu’un avec qui tu te sens en confiance et à qui tu pourras parler et te confier sans craintes, c’est essentiel.
Si pour une raison ou une autre le courant ne passait pas bien avec le (la) gynécologue qui te suit, n’hésite pas à en changer. On ne sait pas toujours expliquer ce qui fait que l’on se sent bien avec quelqu’un ou pas, c’est parfois plus une question de ressenti qu’autre chose. T’écouter sur ce que tu ressens et sur ce dont tu as besoin est le meilleur moyen de faire de ta grossesse une chouette expérience !
Petit rappel : les risques sont valables aussi pour la consommation passive de tabac. Si ton copain fume, mieux vaut qu’il le fasse dans une autre pièce suffisamment aérée, ou encore mieux à l’extérieur.
Second petit rappel : tu as encore le temps d’y penser mais si tu décidais d’allaiter ton bébé, attention certains produits passent dans le lait maternel. Tout comme il est recommandé d’avoir une alimentation variée quand on allaite afin que le bébé puisse avoir de tout ce dont il a besoin, il est déconseillé de consommer de l’alcool, des drogues et certains médicaments.

Quels risques pour quel produit ?

L’alcool

La consommation d’alcool est fortement déconseillée pendant la grossesse.
Elle peut être responsable de malformations diverses (visage et organes) ainsi que de troubles neurologiques plus ou moins importants (déficience mentale, troubles de la mémoire, de communication, difficultés d’apprentissage…), mais elle augmente aussi les risques de fausses couches et de retard de croissance.

Le tabac

La consommation de tabac est fortement déconseillée pendant la grossesse.
Elle réduit la taille des vaisseaux sanguins et donc le fœtus est moins bien alimenté en nutriments, cela peut causer un retard de croissance.
Le tabac peut aussi provoquer un décollement du placenta qui est l’organe responsable de l’approvisionnement du bébé en aliments et oxygène. Ce décollement peut mettre en danger la mère et le fœtus.
La consommation de tabac augmente sensiblement les risques de fausses couches, de naissances prématurées, de retards de croissance, de grossesses extra-utérines et aussi de mort subite.

Le cannabis

En ce qui concerne le cannabis, il est beaucoup plus difficile de se positionner clairement car les résultats des études scientifiques sont parfois contradictoires. Mais d’après les recherches les plus récentes, il semble que la communauté scientifique s’entende de plus en plus pour dire qu’une consommation de cannabis n’entraîne pas de retard de croissance ou de complications durant la grossesse.
Mais attention, si tu fumes le cannabis dans des joints avec du tabac, les risques associés à la consommation de tabac restent d’application.
Si tu consommes un autre produit comme la cocaïne, les amphétamines, l’héroïne, la méthadone, etc., nous te conseillons d’en parler à ton (ta) gynéco afin qu’il (elle) puisse en tenir compte dans le suivi de ta grossesse et évaluer avec toi si une diminution ou un arrêt de ta consommation étaient à envisager, et si oui comment.

Nous espérons que cette fiche aura pu t’aider à y voir plus clair et à entrevoir ta grossesse en toute confiance. Cela dit, si ta consommation te semble vraiment problématique et que tu as besoin d’en parler à quelqu’un, n’hésite pas à nous contacter, nous sommes là pour ça aussi !

Partager