Grossesse et consommation de drogues

Vous avez décidé d’avoir un bébé mais toi ou ton partenaire consomme et vous voudriez connaître les risques qu’engendre la consommation de drogue sur la grossesse ?

Ton hygiène de vie influence considérablement tes chances de grossesse. Si ton corps reçoit tout ce dont il a besoin (alimentation, sommeil, sport), il sera mieux  à même  d’accueillir ce fœtus. De manière générale, les produits agissent sur la fertilité, c’est-à-dire que tu devras sans doute attendre plus longtemps pour tomber enceinte que si tu ne consommais pas ou que si ton partenaire ne consommait pas.

Maintenant, chaque femme est différente et certaines seront plus rapidement enceintes que d’autres sans même qu’une consommation de produit n’intervienne. Tout comme certaines ont un cycle menstruel régulier et d’autres pas du tout.

Donc, si tu ne tombes pas enceinte immédiatement, pas de panique, cela peut prendre un peu de temps. Si tu as un doute, n’hésite pas à faire un test de grossesse et à en parler avec ton médecin traitant.

Pendant la grossesse

Tu t’apprêtes à vivre une expérience de vie qui va bouleverser ton quotidien. Une grossesse demande de changer certaines habitudes de vie. Cela implique d’adapter son comportement dans toutes les sphères de sa vie pour prendre en compte les besoins du bébé.

Il est difficile d’affirmer avec certitude quelles sont les conséquences exactes de telle ou telle . Car pour bien vivre sa grossesse, c’est tout un ensemble de paramètres qui sont en jeu, et non juste le fait de consommer ou pas quelque chose. Toutefois de manière générale, la consommation de drogues est à proscrire pendant la grossesse et l’allaitement. C’est valable aussi pour les médicaments, prends le temps d’en discuter avec ta gynécologue pour en connaître les effets qui peuvent être désastreux pour le fœtus.

Si ton corps peut supporter la consommation de certains produits sans que cela n’ait de conséquences, ton bébé par contre est beaucoup plus fragile. Il est en connexion constante avec ton organisme et avec les substances que tu y introduis. Les produits psychotropes risquent de perturber son développement, de causer des malformations, en particulier au cerveau, et même de le mettre en danger.

Après la naissance

Si la mère consomme très fréquemment de l’alcool ou une autre drogue, à la naissance, en plus des séquelles éventuelles, le bébé peut naître dépendant au produit. Il devra passer par une phase de sevrage pour être désintoxiqué.

Si tu décidais d’allaiter ton bébé, sache que la majorité de produits passent dans le lait maternel. Ton bébé serait alors exposé à ta consommation.

Que faire?

Si arrêter de consommer te semble trop difficile, ne te culpabilise pas. Essaye déjà simplement de diminuer au maximum ta consommation. Rien ne sert de se mettre une trop grande pression ou des objectifs irréalisables, le stress n’est pas bon non plus pour le bébé.

Dans tous les cas, parles-en à ta gynécologue, de sorte qu’elle puisse évaluer avec toi et en tenant compte de la réalité de ta consommation ce qu’il convient de faire ou pas.

Il est super important que tu sois suivie par quelqu’un avec qui tu te sens en confiance et à qui tu pourras parler et te confier sans craintes. Tu peux t’adresser au centre de planning familial le plus proche de chez toi.

T’écouter sur ce que tu ressens et sur ce dont tu as besoin est le meilleur moyen de faire de ta grossesse une expérience enrichissante!

Partager

Poser une question

N’hésite pas à nous poser une question, un professionnel faisant partie du réseau Bruxelles-J te répondra. Nous préservons ton anonymat et ton adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

En cliquant sur « publier la question », vous acceptez notre Politique en matière de protection de la vie privée.

*
*

2 questions déjà posées

  1. Manimani

    Bonjour je suis enceinte d un mois mois et je fume 2 a 3 joints par jour est ce dangereux ?

    Répondre
    1. Le Pélican (informateur certifié)

      Hello manimani,

      Merci pour ton  message et la confiance que tu nous accordes. Tu nous expliques être enceinte et continuer à fumer du cannabis quotidiennement. Tu te demandes si cela est dangereux pour le bébé et toi. C’est super que tu nous écrives si tu te poses des questions ! Oser demander de l’aide n’est pas toujours simple.

      Concernant le cannabis et la grossesse voici ce que je peux te dire. Actuellement, les recherches conseillent aux mamans enceintes d’éviter de consommer du cannabis pendant la grossesse. Plusieurs études s’accordent à dire que le fait de consommer du cannabis à cette période peut provoquer des difficultés d’apprentissage plus tard pour l’enfant. Plus précisément, on remarque que les enfants ont davantage de peine à mémoriser et intégrer les connaissances. Ils ont également plus de difficultés à maîtriser leurs émotions et s’exposent à plus de problèmes de comportements. De plus, si tu consommes du cannabis avec du tabac, le fœtus sera exposé aux risques de la consommation de tabac en plus de celle du cannabis (augmentation du risque de fausses couches, intoxication du fœtus avec le monoxyde de carbone dans la fumée…).

      Par ailleurs, la consommation n’est pas sans conséquence pour la mère. Une consommation régulière et prolongée de cannabis pendant la grossesse peut entraîner ce que l’on nomme un « syndrome cannabinoïde ». Cela se manifeste par d’importantes crampes d’estomac ainsi que des nausées et des vomissements.

      Enfin, une fois l’enfant venu au monde, le THC (molécules de la plante qui provoque les effets psychotropes) est une substance qui se retrouve en quantité dans le lait maternel. Si tu décides d’allaiter ton bébé, celui-ci y sera donc directement exposé.

      Plus généralement, un ensemble de paramètres composant ton hygiène de vie peuvent influencer ta grossesse. On peut considérer globalement que si tu consommes des produits psychotropes pendant la grossesse, il est important que tu aies l’avis d’un professionnel de la santé. Je t’encourage à en parler avec ta gynécologue ou ton médecin généraliste pour qu’il te partage leur point de vue. Penses-tu que ça soit possible ?

      Si tu as besoin d’éclairages supplémentaires ou simplement d’en discuter avec quelqu’un dans un cadre non jugeant et bienveillant, n’hésite pas à nous contacter. Tu peux aussi te renseigner auprès d’Infor-Drogues. Il s’agit d’une asbl spécialisée dans l’information autour des drogues. Ils tiennent une permanence téléphonique sur une plus grande plage horaire que la nôtre. Voici les coordonnées de ces 2 associations :

      Le pélican : 02/502.08.61 ou 0471/63.78.95  du lundi au vendredi de 9h à 17h.

      Infor-Drogues : 02 227.52.52. Du lundi au vendredi de 8h à 22h, le samedi, de 10h à 14h.

      N’hésites pas à utiliser ces ressources elles sont là pour ça :).

      Prends soin de toi 😉

      Le Pélican

      Répondre