Tout commence à la puberté !

La puberté, c’est une période de transition pendant laquelle il se passe de nombreux changements dans ton corps et dans ta tête. Cela ne se fait pas en quelques semaines mais pendant quelques années entre 8 et 16 ans. Pendant cette période, ton corps évolue pour prendre une apparence plus adulte.

Cette période est souvent accompagnée de nombreuses questions: Qu’est-ce qui m’arrive? Pourquoi mon copain Djamel a déjà de la moustache et pas moi? Pourquoi Sophie a une plus grosse poitrine que moi?

Le mot puberté vient du latin pubère = se couvrir de poil, en fait, il désigne dans le langage courant le développement des caractères sexuels secondaires, le changement de taille, de stature et l’évolution intellectuelle et psychique (changements dans les sentiments, les relations, les centres d’intérêt, etc.) qui se produisent entre l’enfance et l’état physique adulte.

La puberté commence en général entre 8 et 14 ans et dure environ 3 ans chez les filles. Et cela commence entre 9 et 16 ans chez les garçons, chez qui elle a une durée très variable. C’est à la puberté que commence l’adolescence et qui se prolongera, d’ailleurs, au-delà de la puberté. C’est là aussi que commence, parfois, ce qu’on appelle la crise d’adolescence car c’est la période où tu vis de nombreux bouleversements psychologiques et/ou sociaux.
Bien entendu, l’arrivée de la puberté n’a pas la précision d’une horloge. Chez certain·e·s, elle commencera plus tard que la “moyenne” habituelle, d’autres ont parfois un tel impact psychologique qu’ils (elles) ne se rendent pas compte qu’ils(elles) sont en pleine puberté. En résumé, ce n’est pas une science exacte, et bien des facteurs peuvent intervenir dans le développement ou la compréhension de sa puberté.

Comment ça se passe?

La puberté implique des modifications anatomiques (croissance, évolution des organes sexuels) et physiologiques (mise en place des sécrétions hormonales et de la possibilité de se reproduire).
Ton organisme contient certaines hormones (= substances chimiques sécrétées par le cerveau, par les ovaires (filles) et/ou les testicules (garçon)) qui vont stimuler le développement et le fonctionnement des organes sexuels et autres caractères sexuels. Tu seras en mesure d’avoir des relations sexuelles avec la·le·les partenaires de ton choix.
Pour plus d’informations sur le cadre légal des rapports sexuels des mineur·e·s :  clique ici.

Si tu es dans une relation hétérosexuelle, tu seras en mesure de concevoir un enfant avec ta·ton·tes partenaires. Ainsi, dans le cas où tu souhaites éviter une grossesse non planifiée, le plus judicieux serait de réfléchir à une méthode contraceptive qui te convient. Le pire moment pour en parler est finalement le moment où on a envie de passer à l’action. C’est pourquoi, il est préférable que tu en discutes à l’avance avec ta·ton·tes partenaires pour trouver la contraception qui vous convient et profiter au max le moment venu ! 😉

La puberté se manifeste par des signes visibles et d’autres moins visibles
o des poils poussent sur ton pubis, tes aisselles et tes jambes;
o tu grandis plus rapidement qu’auparavant;
o parfois des boutons font leur apparition (= acné) sur ton visage parce que la peau devient plus grasse.

Chez les garçons

o des poils poussent sur le pubis, les aisselles, les jambes; tu attrapes un léger duvet sur le visage (un début de moustache et de barbe);
o tu grandis plus rapidement qu’auparavant, tu prends du poids et ton corps s’élargit;
o ta voix mue c’est-à-dire que ta voix varie de l’aigu au plus grave, cela peut te surprendre au début;
o ton pénis se développe et tes testicules grossissent car ils commencent à produire des spermatozoïdes. Tout petits, les garçons ont des érections (de leur pénis) spontanées et ont découvert que caresser cette zone de son corps peut leur procurer du plais ir. A la puberté, les érections commencent à être liées à l’affection, l’excitation, au désir sexuel,…

Chez les filles

o tes seins se développent, la croissance de ta poitrine va prendre plusieurs années ;
o ton corps se transforme, ainsi certaines parties de ton corps s’arrondissent (seins, hanches, cuisses);
o Tes premières règles : les ovaires vont commencer à libérer des ovules (en général, un par cycle menstruel). Ces ovules, lorsqu’ils ne sont pas fécondés entraînent l’apparition des règles. Une fois que ton premier ovule est relâché, c’est l’absence de fécondation qui déclenchent les premières règles. Ainsi, les pertes de sang seront plus ou moins abondantes et d’une durée qui varie de 1 à 10 jours.
Ces pertes de sang viennent du vagin (pas de l’orifice urinaire et/ou de l’anus). Le sang n’est pas “sale”. Le sang est plus ou moins foncé en fonction du temps qu’il est resté au contact de l’oxygène dans l’utérus. Au début, les règles peuvent être d’une durée variable et ne revenir que quelques mois plus tard. Il faudra quelques mois voire quelques années pour que tes cycles soient réguliers (la durée d’un cycle est très variable et change d’une femme à l’autre).
Les protections disponibles pendant la période des règles sont les serviettes hygiéniques, les tampons et/ou la coupe menstruelle. Le mieux est d’essayer pour que tu saches ce qui t’apporte le plus de confort et d’hygiène.

Toutes petites, les filles ont des érections spontanées de leur clitoris et certaines ont découvert que caresser cette zone de son corps peut leur procurer du plaisir. A la puberté, les érections du clitoris peuvent être liées à l’affection, l’excitation, au désir sexuel, …

Chez les intersexué·e·s

Les personnes intersexes sont des individus né·es avec des caractéristiques sexuelles (telles que les chromosomes, les organes génitaux, ou bien encore la structure hormonale) ne correspondant pas entièrement aux catégories mâle ou femelle, ou appartenant aux deux en même temps.
Les corps et les caractéristiques sexuelles des personnes intersexes sont des variations saines et naturelles des sexes humains. Ces variations innées, naturelles peuvent être multiples : les organes génitaux internes et/ou externes, les structures hormonales et/ou chromosomiques peuvent ne pas correspondre aux attentes médicales et sociales, tout comme d’autres caractéristiques sexuelles développées pendant la puberté telles que la masse musculaire, la répartition de la pilosité ou encore la stature, pour ne citer que celles-ci. Les variations des caractéristiques sexuelles ne sont pas toujours visibles à la naissance. Elles peuvent apparaître à différents moments: en période prénatale, durant l’enfance, à la puberté ou à l’âge adulte. Une personne peut s’en apercevoir très tôt ou bien plus tard au cours de sa vie. Suivant les circonstances et les spécificités corporelles, certaines personnes peuvent ne pas savoir qu’elles sont intersexué·e·s. Être intersexe est bien plus répandu qu’on ne le pense. On estime la population intersexe à 1.7% des naissances. La réalité est sans doute supérieure.

(Ce texte est tiré du site de l’asbl Genres Pluriels sur lequel tu trouveras plus d’informations à ce sujet: Les-enfants-transgenres-soutenu-e-s-par-leurs-familles-sont-en-bonne-sante )

Remarques

La puberté est une période pendant laquelle tes hormones sont en grande activité pour entamer la transition d’un corps enfant vers un corps adulte. Cela peut modifier ton humeur par moment, tu seras plus triste ou plus joyeux·euse. L’image que tu as de ton corps va être modifiée. On peut avoir la sensation d’être trop « enfant » dans un corps déjà adulte ou encore se sentir trop « adulte » dans un corps encore enfant. Ainsi, tu vas devoir en quelque sorte te ré-apprivoiser, découvrir ou redécouvrir ton identité pour trouver/retrouver ton équilibre.

Se masturber, c’est normal?

Pendant toute leur enfance, petits garçons et petites filles se touchent le sexe. Il·elle·s se masturbent. Tout simplement. Se masturber, c’est se procurer du plaisir soi-même par des caresses, des frottements qui peuvent t’amener à un orgasme… Cela te permet de mieux connaître les parties intimes de ton corps, de mieux comprendre tes réactions et peut t’aider à te sentir plus à l’aise lors de tes futures relations sexuelles.
Si tu ressens du plaisir lorsque tu te masturbes (en général avec les mains), cela est tout à fait normal car tu caresses des parties érogènes de ton corps qui sont très sensibles et provoquent une excitation sexuelle.
Les femmes se masturbent en stimulant leur clitoris au niveau du capuchon (cette partie externe est située là où les petites lèvres se rejoignent), et/ou en stimulant la partie interne du clitoris (située à l’entrée du vagin) en se pénétrant avec les doigts ou un objet . Certaines combinent la stimulation appelée « clitoridienne » (externe), vaginale (interne) et/ou d’autres zones qui procurent du plaisir.
Les hommes se masturbent par un mouvement de va et vient sur leur pénis.
Pour les hommes, pour les femmes, comme pour les intersexué·e·s, les stimulations d’autres zones érogènes comme l’anus ou les seins peuvent augmenter le plaisir de la masturbation.
La masturbation fait partie de ton plaisir solitaire et privé et ne concerne que toi (dans tes moments d’intimité). En effet, il s’agit d’un moment de plaisir où on apprend à se découvrir soi-même. Il n’y a pas de règle ou de marche à suivre. Tu es donc libre d’utiliser les techniques qui te conviennent le mieux et d’avoir recours à certains fantasmes. Se masturber est alors une source de bien-être mental et physique. En effet, la masturbation fait partie ta sexualité et ce plaisir intime est, au final, une composante de ton bien-être dont la seule raison d’être pratiquée est que tu en aies envie.

Orientation sexuelle: plutôt les filles, les garçons ou plus…?

Un jour, tu t’aperçois que tu éprouves une attirance affective et/ou physique envers des personnes du même sexe que toi (c’est ce qu’on appelle l’homosexualité), envers les garçons et les filles à la fois (c’est ce qu’on appelle la bisexualité) ou envers une personne du sexe opposé (c’est ce qu’on appelle l’hétérosexualité). Il est possible aussi que tu sois attiré·e (physiquement et/ou affectivement) par une personne peu importe son sexe (mâle, femelle, intersexe) ou son genre (fille, transgenre, garçon), c’est ce qu’on appelle la pansexualité. De nombreuses questions peuvent se bousculer dans ta tête: pourquoi ça m’arrive?? Pourquoi suis-je comme ça?? Suis-je normal(e)?? Certains(es) auront dès l’adolescence une orientation sexuelle affirmée, d’autres auront plus de difficultés à la découvrir. Si tu te poses des questions n’hésite pas à consulter la fiche sur les orientations sexuelles ou le portail des orientations sexuelle:  http://alter-visio.be/

En parler … avec qui ?

Parler de la sexualité avec tes parents, ta sœur ou ton frère n’est peut-être pas chose facile. Il est possible que tu sois plus à l’aise en parlant avec une personne extérieure à ton entourage un·e ami·e, un·e éducateur·trice, une personne en qui tu as confiance, etc. N’hésite donc pas à t’adresser à d’autres personnes qui sont formées et prêtes à t’écouter: par exemple dans les centres de planning familial, dans des associations spécialisées ou à ta·ton médecin.

Partager

Poser une question

N’hésite pas à nous poser une question, un professionnel faisant partie du réseau Bruxelles-J te répondra. Nous préservons ton anonymat et ton adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
*

23 questions déjà posées

  1. Anonyme

    bonjour, j’aurais 18 ans dans 1 mois, je ne vais plus en cours depuis mes 16 ans et demi

    De mes 13 ans jusqu’à mes 16 ans j’ai été victime de harcèrlement scolaire (de l’harcèlement autant moral que physique), cyber harcèlement, harcèlement sexuel (j’ai subi des agressions sexuelles à répétition) tout ça autant de la part des élèves que des professeurs et educateurs
    J’ai également vécu tout cela de la part de certains membre de ma famille, notamment des attouchements sexuels dans la petite enfance

    J’ai vécu dans le déni pendant un certains temps mais quand les souvenirs me sont revenus ça a été l’horreur, c’est comme si je revivais ces choses une deuxième fois

    Durant ces 365 jours je peux dire avec certitude que je suis sortie de chez moi moins de 20 fois, les seules fois où je sortais c’est pcq on me forçait

    Je n’aime plus rien du tout, tout pour moi est devenu une corvée, sortir est une corvée, me nourrir est une corvée, me lever de mon lit est une corvée, etc
    J’ai fait deux tentatives de suicide, une l’année dernière et une autre cette année, sans succès de toute évidence

    Je suis insomniaque, le peu de temps que j’arrive à dormir j’en fais des cauchemars et rien d’autre

    J’ai perdu le peu d’amis que j’avais car j’ai fait la morte pendant des mois car je ne savais plus où j’en étais et je ne sais toujours pas où j’en suis d’ailleurs…

    J’ai l’impression d’être spectatrice de ma propre vie

    Je ne dirais pas que j’ai envie de mourir mais en tout cas je n’ai plus envie d’exister, c’est ça la nuance

    J’aimerai disparaître et je voudrais que tout le monde m’oublie comme si je n’étais jamais venu au monde

    Rien ne me réconforte, on essaie de me faire des cadeaux mais ça me déprime plus qu’autre chose, je ne suis pas superficielle et encore moins matérialiste

    J’ai déjà été voir des psychologues plusieurs fois mais non seulement ça ne m’a pas aidé car je n’arrive pas à me confier sur absolument tout mais en plus ça a un certain coût donc j’ai préféré abandonner l’idée

    Mais j’ai été diagnostiquée hypersensible, ça ça n’a pas vraiment été une surprise puisque je me mets à pleurer dès que quelqu’un hausse le ton avec moi, je me sens agressée, et je pleure d’avantage quand la personne minimise mes souffrances en disant que j’exagère en pleurant « juste » pour ça

    A chaque fois que j’essaie de penser rien qu’au positif, le négatif me rattrape

    Ma famille me reproche souvent de gâcher ma vie…
    Mais comment suis-je censé vivre une vie normale si plus rien ne m’attire et plus rien ne m’intéresse ?
    En réalité je me sens déjà morte, finalement il n’y a que mon enveloppe corporelle qui est en vie

    Et je voulais rajouter que je ne me sens pas submergée juste par mes propres souffrances mais aussi celles des autres, que ce sois la souffrance de mes proches ou la souffrance d’inconnus

    J’ai même l’impression de souffrir beaucoup plus à la vu de la souffrance des autres que de mes propres souffrances.
    Je suis véritablement horrifiée et attristée par le monde dans lequel on vit aujourd’hui, j’en ai parfois les larmes aux yeux, je n’arrive pas comprendre comment on peut faire du mal aux autres et continuer de vivre comme si de rien était sans aucuns remords

    Vous allez sûrement penser que je suis inconsciente mais pour moi l’humanité doit disparaître, il n’y a plus rien à sauver…La Terre elle, elle se porterait très bien sans nous

    Je n’attends pas forcément de réponse à cet énorme pavé mais j’arrive mieux à me confier à l’écrit qu’à l’oral, d’où la raison pour laquelle je suis ici et non pas devant un psy

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles

      Bonjour Anonyme,

      Tout d’abord nous tenons à te dire que nous ne pensons pas que tes souffrances soient « exagérées ». Chacun·e a une sensibilité différente qui est le résultat d’expériences vécues, de l’environnement qui l’entoure, des caractéristiques de sa propre personnalité et de beaucoup d’autres facteurs qu’il serait trop long de lister ici.

      Les émotions, la perte de sommeil, la perte d’appétit, … sont des signaux envoyés par le corps pour réagir et retrouver un équilibre. Pour cette raison, quand on parle des émotions d’autrui, aucun jugement de valeur n’est légitime vu que les émotions ne sont pas « contrôlables » selon nos envies et nous les ressentons telles qu’elles sont (d’une intensité plus ou moins forte) et quand elles arrivent. Elles découlent de facteurs différents, qui ne sont par ailleurs pas toujours facile à détecter. C’est pour cette raison que nous t’encourageons à continuer, comme tu le fais dans ce message, de mettre des mots sur les maux que tu ressens pour y trouver du sens.

      Vis-à-vis des violences sexuelles que tu as vécues pendant la petite enfance de la part de membres de ta famille, tu peux contacter SOS Inceste. Cette association est spécialisée pour venir en aide aux personnes qui ont été victimes de ce type de violence. Tu y trouveras des personnes compétentes qui pourront t’aider, t’écouter et t’accompagner dans tes démarches. C’est toi seule qui décide ce que tu souhaites entreprendre: libre à toi de venir les contacter une ou plusieurs fois, autant que tu veux et comme tu veux. Ainsi, si te déplacer n’est pas encore envisageable, tu peux les contacter par téléphone: le 0800 30 0 30 est un numéro de téléphone anonyme, gratuit et disponible 24h/24 et 7jours/7. Si les contacter par téléphone n’est pas envisageable et comme il semble que tu te sens plus à ton aise à l’écrit, tu peux utiliser le chat qui est disponible sur leur site. Tu pourras parler de manière anonyme, gratuite et leur parler de ce que tu souhaites, au rythme que tu souhaites:  https://www.ecouteviolencesconjugales.be/services/jeunesse/sos-inceste/

      Si tu souhaites t’exprimer par écrit de manière anonyme et gratuite, Télé-Accueil (joignable au n° 107 – gratuit et anonyme) propose un chat de 13h à 3h du matin, tous les jours: https://www.sos-amitie.com/web/internet/chat

      Si tu trouves que ces émotions te submergent et entament de manière prolongée ton goût et ta joie de vivre, tu peux choisir d’entreprendre une thérapie pour les apprivoiser et entre autres choses, retrouver un peu de sens à l’existence.. Ainsi, seul·e un·e professionnel·le de la santé psychologique pourrait apporter des solutions concrètes vis-à-vis des émotions que tu ressens et des émotions que tu ressens de la part des autres. Nous entendons, par ailleurs, la réticence à consulter à nouveau un·e psychologue, vu le prix et les mauvaises expériences passées. Effectivement, le lien de confiance avec un·e thérapeute s’instaure avec le temps et il est essentiel pour la bonne réussite du parcours thérapeutique. Il arrive que ce lien ne s’instaure pas pour diverses raisons : nous t’encourageons alors à continuer à chercher un·e thérapeute qui te convient pour que ce lien essentiel à ta démarche vers un mieux-être et à ton parcours de guérison, se tisse. Tu es libre de choisir ce dont tu parles avec la·le thérapeute. La·le thérapeute est alors là pour t’aider à identifier ce qui te pose problème et à trouver tes solutions en fonction de ce que tu as envie de partager.

      Concernant le prix des soins, certains centres de santé mentale appliquent des prix adaptés aux possibilités des bénéficiaires, comme celui de l’UCL : https://chapelle-aux-champs.be/accueil/consultations/

      De la même manière, tu peux te rendre dans un centre de planning familial. En effet, en centre de planning familial, tu pourras rencontrer un·e médecin, un·e psychologue et d’autres professionnel·le·s en mesure de t’aider à trouver les solutions les plus adaptées à ta situation, sans jugement, sans tabou et avec la certitude qu’aucune information ne sera divulguée. Les centres de planning familial sont également là pour prendre en compte tes difficultés financières. Ils peuvent t’aider à faire le point et te proposer des tarifs adaptés à ce que tu estimes pouvoir payer.

      Toutes les personnes travaillant dans un centre de planning familial sont tenues au secret professionnel. Ainsi aucun membre de l’équipe ne peut divulguer à d’autres personnes des informations sur leurs patients à propos de leur santé (maladies, opérations …), de leur situation familiale, professionnelle, scolaire, etc, même si tu es mineure. Le secret professionnel s’étend à tout ce qui est évoqué lorsque tu es en centre de planning familial. Ils ne peuvent même pas dire, à qui que ce soit (ta famille y compris) s’ils t’ont rencontrée ou non.

      L’aspect financier ne doit pas constituer un frein. Il est donc préférable d’évoquer ta situation financière auprès des professionnel·le·s de santé qui t’accueilleront pour trouver une solution.

      Tu trouveras la liste des centres de planning familial en Belgique francophone en cliquant sur le lien suivant: http://www.loveattitude.be/centres-de-planning/

      Si tu trouves sur Bruxelles tu peux m’appeler au 02.514.41.11 (tu demandes Caterina) et on essayera de trouver une solution ensemble 🙂

      N’hésite pas à revenir vers nous pour toute autre question 🙂

       

      Répondre
  2. Hannah

    Bonjour, je n’ai pas trouvé une « bonne » thématique pour ça

    Mais je suis une personne de nature anxieuse et j’ai remarqué que dès que je suis né serait-ce qu’un tout petit peu angoissé j’ai subitement des hématomes qui apparaissent sur différentes parties de mon corps, je ne comprends pas pourquoi?

    Auriez-vous une explication sur ce phénomène? Est-ce que c’est grave ?

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles

      Bonjour Hannah,

      Seul un médecin est en mesure de poser un diagnostic après examen médical et éventuellement analyse.

      L’idéal serait alors de consulter un.e médecin traitant ou un·e médecin en centre de planning familial afin de recevoir un avis médical. De cette manière, tu pourras trouver la solution qui te convient le mieux avec les conseils d’un·e professionnel·le de la santé. Tu trouveras la liste des centres de planning familial en Belgique francophone en cliquant ici: http://www.loveattitude.be/centres-de-planning/

      Toutes les personnes travaillant dans un centre de planning familial sont soumises au secret professionnel. Aucun membre de l’équipe ne peut divulguer à d’autres personnes des informations sur leurs patient·e·s à propos de leur santé (maladies, opérations …), de leur situation familiale, professionnelle, scolaire, etc. Le secret professionnel s’étend à tout ce qui est évoqué lorsque tu es en centre de planning familial. Ils ne peuvent même pas dire, à qui que ce soit (ta famille y compris) s’ils t’ont rencontré(e) ou non.

      L’accueil est gratuit et le prix des consultations varie en fonction du type de consultation. En effet, certaines consultations peuvent être gratuites tandis que d’autres peuvent être payantes. Pour les consultations payantes, si tu es en ordre de mutuelle, tu auras accès à des prix bas. Si tu éprouves des difficultés financières ou que tu n’es pas en ordre de mutuelle, tu pourras en parler à un·e membre de l’équipe pour qu’on en tienne compte.

      N’hésite pas à revenir vers nous pour toute autre question 🙂

       

      Répondre
  3. ...

    Bonjour, quand je jouis, mon sperme n’est pas blanc mais transparent et ressemble plus à du liquide pré-éjaculatoire. Je ne sais pas si j’ai atteint la puberté.

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles

      Bonjour … ,

      La texture du sperme peut varier de blanc et épais à liquide et transparent. En général, plus les éjaculations sont fréquentes, plus le sperme peut devenir transparent et liquide.

      Comme précisé sur cette fiche, la puberté n’a pas la précision d’une horloge. Chez certain·e·s, elle commencera plus tard que la “moyenne” habituelle, d’autres ont parfois un tel impact psychologique qu’ils (elles) ne se rendent pas compte qu’ils (elles) sont en pleine puberté. En résumé, ce n’est pas une science exacte, et bien des facteurs peuvent intervenir dans le développement ou la compréhension de sa puberté. Si tu te poses des questions sur ta puberté, tu peux te rendre dans un centre de planning familial afin de rencontrer un·e professionnel·le de la santé afin d’apprivoiser les changements qui se produisent dans ton corps. Les membres d’un centre de planning. Tu trouveras la liste des centres de planning familial en Belgique francophone en cliquant ici: http://www.loveattitude.be/centres-de-planning/

      Vu que nous sommes encore en « déconfinement », nous te conseillons de téléphoner au centre de planning familial de ton choix afin de savoir comment le centre s’organise pour accueillir le public.

      N’hésite pas à nous contacter pour toute question supplémentaire.

      Répondre
  4. Nina

    Bonjour, je ne sais pas si je me trouve au bon endroit mais voici mon problème

    J’ai 16 ans, je voudrais savoir s’il faut forcément voir un spécialiste pour nous diagnostiquer des troubles du comportement alimentaire ou si on peut se diagnostiquer nous mêmes

    Le truc c’est que je me sens vraiment très mal dans ma peau et je peux passer une semaine entière sans manger rien qu’à boire de l’eau pcq j’ai peur de grossir

    Mais le truc c que quand je remange je mange surtout des chocolats et je reprends tout le poids
    Et donc après je recommence le rituel et je reste 3 à 4 jours sans manger à boire de l’eau à outrance en me forçant à dépasser mes limites en faisant du sport

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles

      Bonjour Nina,

      Les troubles du comportement alimentaires sont des pathologie pour lesquels un diagnostic médical doit être poser. Notamment car il existe de nombreux type de trouble.
      Cependant, plusieurs éléments peuvent alerter et mener à la nécessiter de consulter, comme le  fait d’avoir le sentiment de perdre le contrôle de son alimentation ou avoir le sentiment que l’alimentation domine sa vie par exemple.

      Se sortir d’un trouble du comportement alimentaire prend du temps et nécessite une prise en charge spécialisée qui ne se limite pas seulement à l’alimentation mais aussi à un travail de confiance en soi.
      Bien que ce ne soit pas toujours facile nous te conseillons d’aborder la question avec tes proches ou si cela ne te semble pas possible avec un professionnel de la santé (comme ton médecin traitant ou un planning familial par exemple).

      N’hésite pas à nous recontacter pour toute autre question.

       

      Répondre
  5. Takashi__

    Je voudrais me masturber,mais le problème,c’est que quand j’essaie,je n’ai aucune sensation,je voudrai éprouver du plaisir,mais rien à faire,j’ai beau me toucher le clitoris,frotter mes seins ,caresser mon vagin je n’éprouve rien, que faire?

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles

      Bonjour Takashi,

      Chacun découvre sa propre façon de se stimuler, d’utiliser des fantasmes (scénarios érotiques) ou pas, de le faire dans le bain, sous la douche, etc. La masturbation peut avoir sa place dans la fonction érotique comme découverte de son corps, comme pratique habituelle mais cette expérience n’est pas un passage obligé : pour certains la sexualité commencera et continuera dans une relation à deux.

      Bien à toi.

      Répondre
  6. defrance

    Bonjour j’ai 13 ans et je m’inquiète sur la taille de mon pénis….et aussi je n’ai pas de poil au dessus du pénis c’est normal ? Il mesure 6 cm mou et 12.5 en érection, sur les forums beaucoup à mon âge on 15 cm ou plus….alors est ce que j’ai un petit pénis pour mon âge ? Merci.

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles

      Bonjour Defrance,

      Il est tout à fait normal que tu te poses des questions sur les transformations qui se produisent pendant la puberté, surtout sur celles qui concernent ton intimité. Cependant, il n’existe aucune norme ni aucun modèle de pénis. En effet, il y en a de toutes les formes, de toutes les tailles : des petits au repos qui, en érection , deviennent très grands ; des grands au repos, qui ne grossissent pas trop lorsqu’ils sont en érection ; des tout courts, qui deviennent tout larges… Il y a ceux qui ont des érections verticales, d’autres horizontales, d’autres vers le bas… Il n’y a aucun modèle standard.

      Si tu le souhaites, tu peux évoquer tes inquiétudes auprès d’un centre de planning familial. En effet, les centres de planning familial sont composés de professionnels de la santé qui l’accueilleront sans jugement pour évoquer tes questions. Tu trouveras la liste des centres de planning familial en Belgique en cliquant sur le lien suivant: http://loveattitude.be/Liste-des-centres
      en France: https://www.planning-familial.org/fr

      N’hésite pas à revenir vers nous pour toute autre question 🙂

      Répondre
  7. Mac64

    Salut. J’aimerais savoir s’il y a un moment où on peut se masturber (je suis un gars). Par exemple peut-on être trop tôt et cela peut être mauvais ?

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles

      Bonjour Mac64,

      La masturbation est la stimulation des organes génitaux dans le but d’atteindre un plaisir sexuel. Il faut savoir que les bébés et les enfants touchent leurs parties génitales dans le but d’explorer leur corps, sans aucune pensée sexuelle. C’est à la puberté (entre 9 et 16 ans chez les garçons), que les filles et les garçons commencent à se masturber en recherchant le plaisir. Il s’agit donc d’une pratique naturelle qui n’affectera en rien ta santé. Explorer son corps, c’est apprendre à mieux le connaître, à savoir comment il fonctionne, à découvrir ce qui est agréable et ce qui ne l’est pas.

      Si tu as d’autres questions, n’hésite pas à nous recontacter.

      Répondre
  8. Livio

    Bonjour je commence a avoir des ptit bouton sur le nez ESS normal et je commence a grandir fort defoit et je commence la moustache es l adolescence🧐🧐 ps:j’ai 13 ans

     

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles

      Bonjour Livio,

      Effectivement, il est tout à fait normal de remarquer des changements sur ton corps. Si tu le souhaites, tu peux en parler dans un centre de planning familial avec des professionnels de la santé qui t’aideront à appréhender ces changements. Tu trouveras la liste des centres de planning familial en Belgique francophone en cliquant ici: http://www.loveattitude.be/centres-de-planning/

      N’hésite pas à nous contacter pour toute question supplémentaire.

      Répondre
  9. eblm

    Bonjour, je ne sais pas si j’ai choisi la bonne « thématique » pour en parler mais je me lance.

    J’ai 16 ans bientôt 17, et je souffre énormément durant mes règles.

    J’ai eu mes premières règles à 10/11 ans et les douleurs sont apparues vers mes 13/14 ans

    Pendant mes règles, j’ai d’atroces crampes au bas ventre, je ressens également de grosses douleurs dans le bas du dos et le long des cuisses (qui parfois me laisse mm dans l’incapacité de tenir sur mes jambes). Pendant mes règles j’ai des nausées, je vomis, parfois j’ai de la fièvre, j’ai des maux de tête, il m’ai même déjà arrivé de tomber dans les pommes. Pour ces raisons là une semaine tout les mois je rate les cours…Cette année je n’en pouvais plus et j’ai arrêté les cours carrément pcq ça devenait invivable à chaque fois je devais me remettre en ordre d’une semaine entière et ce n’était pas toujours évident.

    Il y a aussi d’autres choses qui ont débutées au mm moment que ces symptômes là mais je ne sais pas vraiment si elles ont qlq chose à voir avec les règles.

    J’ai développé une sorte de fatigue « chronique » c’est à dire que je suis h24 épuisée. J’ai beau dormir mm 12h d’affilée je serai toujours fatiguée, je fais souvent des insomnies, je fais un malaise dès que je fais un effort physique, il m’arrive parfois mm de ne pas faire d’effort physique juste de rester 10 minutes debout et je commence à avoir la tête qui tourne et à voir flou (c’est aussi à cause de ça qu’aller en cours était un calvaire, je ne saurais citer le nombre de fois où je suis tomber des escaliers) il m’arrive d’avoir des douleurs musculaires en ayant fait aucun effort aussi,…

    Et ce n’est pas terminé (ça aussi j’ai l’impression que ça n’a rien à voir avec le reste) J’ai hypersensibilité pour tout que ça soit physiquement ou « psychologiquement ».

    Physiquement mes 5 sens sont exacerbés, quelques exemples

    – Je suis très sensible à la lumière, il m’est impossible de m’endormir si je ne me retrouves pas dans l’obscurité totale et quand je suis sur mon portable je dois baissé la luminosité au maximum sinon j’ai mal à la tête.

    – En cours je prenais toujours une éternité à lire un texte ou l’énoncé d’un exercice pcq le moindre chuchotement, grincement de chaise ou crayon tombé par terre me déconcentrait un Max

    De ce qui n’est pas physique je suis beaucoup trop emphatique et mon humeur dépend totalement de l’humeur de la personne avec qui je suis

    Je vais plus trop m’étaler là dessus parce que sinon je ne finirai jamais d’écrire

    Je suis bien consciente qu’il n’y a pas qu’un seul problème là dessus, je ne sais pas du tout si vous pourrez m’aider pour tous mais si vous avez déjà une idée sur l’un d’eux je vous en remercie, j’espère aussi que vous êtes arrivé à lire jusqu’ici.

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles

      Bonjour Eblm,

      Nous te présentons nos excuses pour le retard dans la réponse.

      Le fait de ne pas parvenir à poser un diagnostic, de ne pas parvenir à savoir ce qui se passe dans le corps peut effectivement avoir un impact psychologique. C’est pour cela que nous te conseillons de consulter ta·ton gynécologue ou un·e médecin en centre de planning familial afin de recevoir un avis médical et trouver la solution qui te convient le mieux. Dans le cas où tu n’es pas satisfaite du diagnostic et/ou de la solution qui t’es proposée, tu peux demander l’avis d’un·e autre professionnel·le de la santé. Cela te permettra de recevoir un autre avis médical pour le diagnostic et les pistes de solutions possibles.
      Sachant que seul·e un·e médecin pourra interpréter correctement ces symptômes et poser un diagnostic, nous te conseillons de visiter ce site internet dédié à l’endométriose, une pathologie dont les symptômes semblent correspondre à ce qui tu décris: https://www.endofrance.org/la-maladie-endometriose/qu-est-ce-que-l-endometriose/
      Toute l’équipe d’un centre de planning familial est tenue au secret professionnel (même si tu es mineure et même à ta famille). Tu seras alors accueillie par une équipe de professionnel·le·s de la santé en toute discrétion et sans jugement.

      Tu trouveras la liste des centres de planning familial en Belgique francophone: http://www.loveattitude.be/services/repertoire_v2/portal/

      N’hésite pas à revenir vers nous pour toute autre question 🙂

      Répondre
  10. Valentina

    Bonjour, je ne sais pas si je suis dans le bon thème pour parler de ça. J’ai essayé de m’épiler le maillot à la cire toute seule. Le pubis c’était nickel ça s’est passé. Mais en revanche les lèvres je n’y arrive pas pcq la peau est très fine, quand je tire sur la bande le peau vient avec, il n’y a que 2 ou 3 poils qui partent mais le reste ne bouge pas et se retrouve recouvert de cire. J’ai déjà essayer de mettre du talc avant comme il est conseillé de faire mais rien n’y fait. (Je ne vais pas chez l’esthéticienne car je suis très pudique). Est-ce que vous auriez quelques astuces ?

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles

      Bonjour Valentina,

      Nous sommes désolés mais nous te pouvons pas vraiment t’aider.
      Il est possible que la cire ne soit pas adapter ou que ta peau soit particulièrement fine.
      Le plus judicieux serait d’aborder cette question avec une est esthéticienne qui pourra probablement te conseiller.

      Bien à toi.

      Répondre
  11. Erina

    Bonjour, j’ai 16 ans, bientôt 17
    Je complexe sur mes petites lèvres (pas sur leur taille mais sur leur couleur)
    Avant je les avais roses mais mtn elles sont roses, violettes et marrons clair, je voulais savoir si c’était normal

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles

      Bonjour Erina,
      Il est tout à fait normal que tu te poses des questions sur les transformations qui se produisent pendant la puberté, surtout sur celles qui concernent ton intimité. Cependant, il n’existe aucune norme ni aucun modèle de petites lèvres. En effet, il y en a de toutes les formes, de toutes les tailles et oui, de toutes les couleurs! Ces changements de coloration sont tout à fait « normaux » donc, il n’y a aucun modèle standard.
      Ainsi, si tu le souhaites, tu peux évoquer tes inquiétudes auprès d’un centre de planning familial. En effet, les centres de planning familial sont composés de professionnels de la santé qui l’accueilleront sans jugement pour évoquer tes questions. Tu trouveras la liste des centres de planning familial en cliquant sur le lien suivant: http://loveattitude.be/Liste-des-centres
      N’hésite pas à revenir vers nous pour toute autre question 🙂

      Répondre
  12. Infor Jeunes Bruxelles

    Bonjour Maxime,

    Chaque individu est différent. Tout le monde n’a pas la même taille, tout le monde ne se développe pas à la même vitesse.
    Il y a un temps pour tout, celui pour grandir et celui pour mué,…
    Malheureusement, on ne peut rien faire pour accélérer les choses.

    N’hésite pas à nous recontacter pour toute autre question.

    Répondre