Les orientations sexuelles

Les orientations sexuelles, c’est quoi en fait ?

Les ‘orientations sexuelles’, ce sont les différentes attirances physiques que chacun.e éprouve envers d’autres personnes. Il est également possible de ne pas ressentir d’attirance sexuelle, ou très peu, on parle alors d’asexualité. Tu peux prendre conscience de ces attirances à tout âge, cela dépend de chacun.e. Et bien sûr cela peut évoluer au cours de ta vie, en fonction des expériences que tu vis et de ta situation personnelle.
Mais l’attirance affective alors ?

Dans la culture occidentale, la société est hétéronormée, c’est-à-dire que la norme c’est d’être hétérosexuel.le. Généralement, quand on dit qu’une personne est hétéro, on sous-entend qu’elle est attirée physiquement et affectivement par les personnes d’un genre différent du sien. Pourtant, pour certaines personnes, l’attirance physique et l’attirance affective ne s’alignent pas. Il est donc possible que tu sois attiré.e physiquement par des hommes, mais que tu tombes amoureux.se de personnes indépendamment de leur anatomie ou de leur identité de genre. Il s’agit d’une combinaison parmi une multitude de possibilités, c’est à toi de doucement découvrir les différentes attirances que tu éprouves (ou pas). Pour parler d’attirance affective, on utilise de plus en plus les termes d’orientation romantique.

feu2

Les étiquettes…

Admettons qu’une femme soit dans le cas énoncé ci-dessus, est-elle du coup hétérosexuelle et biromantique ? On pourrait dire ça, mais ça n’appartient qu’à elle de se définir (ou pas) avec les termes dans lesquels elle se retrouve le mieux.

Par exemple, si tu vois deux hommes s’embrasser dans la rue, ne penses pas tout de suite qu’ils sont d’office gays, la réalité n’est pas toujours aussi simple! De la même manière, il n’y a pas besoin d’avoir eu des expériences avec des filles et avec des garçons pour se déclarer bisexuel.le: c’est à toi de choisir le terme qui te convient en fonction de tes attirances vécues, et bien sûr n’aie pas peur d’en changer si tu te rends compte que celui-ci ne te convient plus.

Se choisir des étiquettes, ça peut être vraiment utile pour trouver des gens qui vivent le même genre de choses et en qui tu peux te reconnaître, parler de ton identité vécue en posant des mots sur ton ressenti et revendiquer ton identité pour sensibiliser les gens autour de toi. Mais attention, ces étiquettes peuvent aussi avoir un effet pervers, par exemple quand ce sont les autres qui en choisissent pour nous et nous y enferment. Certaines personnes refusent toute forme de catégorisation, car elles ressentent ça comme réducteur et pas du tout représentatif de leur identité. Ce rejet des catégories fait partie des revendications clés du mouvement queer, né dans les années 90.

Il y a des étiquettes moins restrictives, plus ouvertes, comme par exemple la pansexualité; terme utilisé pour décrire le fait d’être attiré par quelqu’un.e indépendamment de son identité de genre ou de son anatomie, qui n’est donc pas restreint à un modèle binaire des sexes et identités de genre.

D’autres se trouvent des étiquettes qui leur conviennent mais les gardent comme quelque chose d’intime et font le choix de ne pas les révéler. Chaque personne vit son identité de manière différente, avec ou sans étiquettes.

Une affaire de choix ?

Si on peut choisir les mots que l’on pose dessus, on ne choisit pas pour autant son orientation sexuelle ! Les attirances se déclarent souvent sans qu’on le prévoie et surtout sans qu’on le décide. Cela peut être troublant, et ce n’est pas toujours facile de comprendre tout de suite ce qu’on préfère. Tu as le droit d’expérimenter autant que tu le souhaites, mais toujours en respectant ton corps et tes limites (ainsi que celles des autres)! N’hésite pas à prendre ton temps. Il est possible que tu sois sûr.e de toi très tôt; tant mieux si c’est le cas, et relaxe si ce n’est pas le cas!

Tu te poses encore des questions ? Tu ressens le besoin d’être écouté.e ? Tu voudrais rencontrer d’autres jeunes ? Tu peux nous écrire directement dans les commentaires et ça reste 100% anonyme.

N’hésite pas à consulter notre fiche des adresses utiles, tu y trouveras d’autres associations et organismes qui pourront t’aider pour des questions plus spécifiques.

altervisio

Partager

Poser une question

N’hésite pas à nous poser une question, un professionnel faisant partie du réseau Bruxelles-J te répondra. Nous préservons ton anonymat et ton adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
*

12 questions déjà posées

  1. Anonyme

    Bonjour,

    Je suis un garçon et j’ai 17 ans.

    Je n’arrive pas à avoir des érections quand je vois une fille et encore beaucoup moi quand elle est nue et quoi voit tous les détails de ses parties intimes. Par contre, je trouve les seins très beaux et esthétique mais pas séduisant, de sorte que j’ai une envie de me masturber… Je trouve ça dommage.

    En ce qui concerne les garçons, leur torse me donne beaucoup d’érection, surtout le ventre ! Mais comme les filles, les parties intimes me dégoûtent.

    Actuellement, je me considère gay car j’ai des attirantes sexuelles chez les garçons.

    Mais le problème, c’est que je n’accepte pas mon homosexualité et j’ai envie de baiser une femme comme le fait un homme normal (excusez moi pour les termes). J’essaye de me masturber sur des femmes mais je n’y arrive pas. Plus tard, je me vois incapable de faire l’amour à ma future femme : je lui dit que je suis gay, ou je lui dis que je suis asexuel ? Je ne sais plus quoi faire, je trouve les filles belles mais pas séduisantes et ça me soule !!

    Mais sans images, je peux me masturber que en touchant mon pénis et le caresser, sans forcément penser à quelque chose : je pourrais opter cette stratégie pour pouvoir faire lamour avec ma future femme. Donc je fermerait les yeux, et je la laisserais tout faire. Bref, je ne sais pas ce que vous en pensez.

    Après ces longs paragraphes de contextualisation, ma question est la suivante : pourrais-je être attiré par les filles ? Si oui, il faut laisser faire le temps ou bien il faudra effectuer des manoeuvres pour arriver la ? (Ça ne me dérange pas d’être bisexuel, pansexuel ou hétérosexuel : tout ce que je veux c’est pouvoir faire l’amour à ma femme.)

    En espérant que vous allez m’éclairer à ce sujet là,

    Anonyme

     

    Répondre
    1. Alter Visio

      Bonjour à toi,
      Tu as bien fait de nous écrire.

      Premièrement, sache qu’au-delà des représentations les plus courantes, il n’y a pas de ‘normalité’ en matière de relations et de ressentis et nous avons chacune et chacun nos propres attirances affectives et sexuelles. Nos sentiments et nos désirs ne sont pas obligatoirement liés et l’un comme l’autre, ainsi que le rapport entre les 2, peuvent évoluer, changer au cours de nos vies, de nos rencontres et de nos expériences. Ils peuvent être multiples et parfois même inexistants.
      L’important c’est surtout que tu ne te forces pas, ni toi, ni ton ou ta partenaire, à faire quelque chose dont tu, il ou elle, n’aurait pas envie et qui pourrait créer de la gêne, de l’inconfort, de l’insécurité ou de la souffrance.

      Je voulais aussi te dire qu’il n’y a pas d’hommes ‘normaux’ et d’autres qui le seraient moins. Il n’y a pas de « vrais hommes » et donc il n’y a pas de « faux hommes ». Qu’il soit homo, bi, hétéro, pan, asexuel, polyamoureux, aromantique… qu’il ait des relations sexuelles ou non, des relations affectives ou non, un homme est un homme !

      En ce qui concerne la sexualité, il n’y a pas de réponse toute faite que je puisse t’apporter malheureusement. Même si te forcer à avoir des relations sexuelles avec une future partenaire et simuler ton plaisir ne semble pas être une solution satisfaisante. Pour personne. Ça voudrait dire que tu n’es pas totalement honnête dans l’acte sexuel que tu es en train de partager avec ta partenaire. Et donc peut-être pas totalement investi et honnête envers elle.
      Est-ce que tu finiras par pouvoir ressentir du désir pour les femmes ? Personne ne pourra te le dire. Peut-être. Peut-être pas. Comme je te le disais, le désir peut évoluer et changer. Mais personne ne peut le prédire.

      Tu te définis comme gay quand tu parles de tes désirs sexuels. Mais ça n’est pas obligé de n’être que sexuel. Tu peux et tu as le droit d’imaginer avoir de l’attirance affective, des sentiments pour des garçons. Et peut-être aussi des relations sexuelles avec eux si tu en as envie.

      Mais j’ai lu que tu ne sembles pas accepter ton orientation sexuelle. C’est vrai que ce n’est pas toujours facile d’être soi quand on ne semble pas correspondre aux modèles encore imposés.

      S’assumer peut prendre du temps et ça peut être compliqué. Il peut alors être bon de trouver du soutien sur ce chemin, pour y réfléchir, en parler, ne pas se sentir seul. Des proches, des professionnel·le·s, des structures d’écoute… mais il est essentiel je crois de ne pas se renier soi-même. Et être homo, bi, hétéro, pan… n’est jamais un problème. Ce n’est pas mal, ce n’est pas honteux, ce n’est pas un choix. C’est comme ça, c’est une manière de dire ce qu’on ressent. Et d’ailleurs, tout ça ne regarde que toi.

      À condition d’être clair avec toi-même et avec tes éventuel.les futur.es partenaires, de ne rien t’imposer ou leur imposer, en termes de relation sentimentale et / ou sexuelle tu peux imaginer ce qui t’apportera le plus de bien-être. Et tout ça peut évoluer et changer au fil du temps et de tes expériences et c’est OK. Mais essaie d’éviter de faire semblant, de te forcer à être quelqu’un que tu n’es pas, qui ne te ressemble pas ou de te forcer à faire des choses que tu n’as pas envie de faire.

      Et si tu as besoin d’aide sur ce chemin pour comprendre tes envies, tes désirs, tes attentes et la manière dont tu peux les vivre, c’est normal. Alors n’hésite pas à demander de l’aide à quelqu’un qui pourra t’accompagner.

      Voilà une longue réponse. Car ces questions sont très importantes et, tu l’auras compris, n’ont pas de règles strictes, simples et rapides. Chaque personne est unique et doit trouver ses propres réponses. J’espère que la mienne t’aura un peu éclairé.

      Mais j’ai conscience qu’il te reste peut-être encore plein d’interrogations, alors n’hésite pas à revenir vers moi si tu as besoin. Tu peux m’écrire un mail à – kevin{arobase}alter-visio.be – .
      Je reste à l’écoute.

      Répondre
  2. Max

    Bonjour je m’appelle Max, j’ai 15ans et je me demandais si , lorsque je me « masturbe » c’était normal si parfois je pensais a des garçons alors que je suis hétérosexuel , est-ce cela veut dire que je ne suis pas hétérosexuel ?

    Répondre
    1. Alter Visio

      Bonjour Max,

      Tout d’abord, pas de panique ! Le fait d’imaginer différents scénarios lorsque l’on se masturbe est tout à fait normal. On peut les appeler fantasmes. Ils font partie de la vie psychique, tout le monde en a, et c’est bien normal.

      Les fantasmes ne sont pas nécessairement des scénarios que l’on souhaite vivre à tout prix. Parfois, le fait de les imaginer nous suffit amplement. Certaines personnes le vivent comme ça, d’autres ont envie de les tester « en vrai ». Et là aussi, les suites ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Certaines personnes vont découvrir que leur orientation sexuelle est peut-être différente de celle qu’elles avaient imaginé, d’autres vont s’apercevoir que le simple fait de fantasmer est suffisant pour elles et qu’elles n’ont pas besoin d’aller plus loin. Il y a un nombre infini de possibilités. Le fait d’avoir des fantasmes ne signifie donc pas que ton orientation sexuelle a changé. Ce qui compte de toute façon, c’est la façon dont toi tu as envie de te définir.

      N’hésite pas à revenir vers nous si tu as d’autres questions ! 😊

      Répondre
  3. Bldon

    Bonjour j’ai 14ans et je suis hétérosexuel mais pour le moment depuis une semaine je suis moins attiré par les filles , cependant je ne suis pas attiré par les garçons non plus mais je me demandais si c’était normal d’être moins attiré par les filles pendant une temps ?

    Répondre
    1. Alter Visio

      Bonjour Bldon,

      C’est tout à fait normal oui. Quelle que soit notre orientation sexuelle, notre sexe ou notre genre nous pouvons tou.te.s avoir des moments où nous avons moins de désir (par exemple parce que nous sommes préoccupé.e.s par autre chose, ou bien tout simplement pour aucune raison, …). Le désir et l’attirance ne sont pas des choses constantes et peuvent fluctuer dans le temps.

      Pas de panique donc 😉

      Répondre
  4. David ****

    salut,

    À McPi, je prepare avec une artiste une expo sur une jeune fille qui écrit 25 cartes postales à un frère imaginaire, l’enfants que les parents de la fille attendaient au lieu de la fille.

    Je me demande si il y a des romans ou essais dont le thème est pareil au thème de la expo encore sans titre. Si il y a des associations en Belgique, et surtout en Bruxelles, qui travaillent sur les identités sexuelles.

     

    Merci en avance pour l’info

    Répondre
    1. Alter Visio

      Bonjour David,

      Merci pour ton message. Chouette idée d’exposition. Je te propose d’aller sur le site de la RainbowHouse où tu trouveras un ensemble d’associations LGBTQI+ qui pourront répondre à tes questions d’identité de genre et d’orientations sexuelles. Ils ont également un ensemble d’archives qui traitent des questions LGBTQI+ où tu pourras y trouver un grand nombre d’informations.
      Belle journée.

      Répondre
  5. Lulu

    Donc si je comprend bien on peut être attiré sexuellement par les hommes en etant un homme et avoir une attirance affective voir tomber amoureux d’une femme ?

    Répondre
    1. Alter Visio

      Bonjour Lulu,
      Désolé pour le retard de notre réponse, on a eu un petit bug informatique! C’est tout à fait cela, l’attirance romantique et sexuelle ne sont pas toujours corrélées, même s’il est vrai que dans la plupart des cas elles le sont.

      Bien  à toi

      Répondre
  6. Asma

    Bonjour je suis une femme venant d’un pays africain ou être laisebienne n’est pas tolérable puisque mon pays es 100% Musulman et pourtz’t J’avais une forte attirance envers les filles dans mon pays arrivé ici en Belgique j’ai demandé l’asile on me la donne depuis 2 ans j’ai vécu une histoire d’amour très fou avec une fille mais qui m’a fais vraiment du mal et depuis j’aimerais aussi voir comment ça se passe avec les hommes est-ce que je peux essayé voir si ça pourrais fonctionner avec les hommes sans commettre d’infraction avec homme et sans que ça n’atteint mon titre de séjours je suis dégoûté de toute femme pour l’instant ?

    Répondre
    1. Alter Visio

      Bonjour Asma,

      Tu peux évidemment être bisexuelle et non « juste » lesbienne. C’est une orientation sexuelle qui peut aussi être reconnue comme motif d’asile. Par contre dans ton cas il est vrai que les autorités belges sont parfois peu au courant de cela et il y a un risque que l’on t’accuse d’avoir menti sur ton orientation sexuelle. Le mieux est de contacter la rainbowhouse et leur projet « rainbows united » http://rainbowhouse.be/fr/a_propos/contacts/ tu trouveras leur contact ici.

      Bien à toi

      Répondre