Genre, Sexe : de quoi parle-t-on ?

Le Sexe biologique

Le sexe biologique c’est l’ensemble des caractères physiologiques qui permettent de nous catégoriser plutôt mâles, femelles ou intersexes. C’est notre appareil génital (interne et externe), nos appareils reproducteurs, nos caractères sexuels secondaires (poils, poitrine…) influencés par les chromosomes et les hormones. Ces différents éléments ne forment pas un bloc unique et binaire (avec seulement 2 côtés). Il existe beaucoup de variations possibles entre ces différentes caractéristiques.

Personnes intersexes

Une personne dont le sexe biologique ne se détermine pas dans une dualité mâle/femelle.
(Plus d’infos sur le Site Internet du Collectif Intersexes et Allié.es-OII France)

Le Genre

Le genre est ce qu’on appelle une construction sociale. Ça veut dire que ça n’existe pas de manière innée dans la nature mais que c’est un ensemble de définitions et de codes (les attitudes, les vêtements, les activités, les manières d’être…) que chaque société attribue aux individus selon leurs habitudes, l’époque, la culture, la religion… Dans nos sociétés européennes actuelles on a tendance à n’en reconnaître que 2 : le masculin et le féminin et de faire coïncider cette représentation aux organes génitaux externes des personnes. Pour faire simple : si tu as un pénis tu es un garçon et si tu as une vulve tu es une fille. Mais ce n’est pas le cas partout et certaines sociétés ont reconnu et reconnaissent encore plus que ces 2 genres sans les associer au sexe biologique des individus.

Ces constructions ne sont pas un problème un soi, mais elles peuvent être questionnées si elles deviennent des règles qu’on inflige à une personnes qui ne s’y reconnait pas. On peut par exemple penser aux stéréotypes de genre comme ‘les filles aiment le rose’ et ‘les garçons jouent au foot’. Il n’existe pas qu’une seule manière d’être un garçon ou une fille et aucune n’est meilleure que les autres.

On peut imaginer le genre comme une ligne. Si on place d’un côté le masculin et de l’autre le féminin, il y a aussi tout l’espace entre les deux et une infinité de possibilités pour se situer sur cette ligne. Que ce soit dans notre manière de nous identifier (l’identité de genre) comme celle de nous exprimer (l’expression de genre). Et notre sexe biologique, ce qu’on aime, nos activités ou notre apparence ne définissent pas obligatoirement notre genre. On peut se sentir garçon, fille, un peu les 2 ou ni l’un ni l’autre, s’habiller avec ce qu’on veut, aimer qui on veut et faire les activités que l’on veut !

Identité de Genre

C’est ce qui correspond à comment on se ressent et comment on se perçoit de manière intime et autodéterminée (selon nous et non pas ce qu’on dit de nous). Cela peut être femme, homme, agenre, non-binaire, genre fluide…
Ce n’est pas un choix mais un ressenti. L’identité de genre peut évoluer et changer au cours d’une vie. Elle peut être exprimée de différentes manières. Elle n’est pas obligatoirement associée au genre assigné à la naissance, qui se base lui, sur les organes génitaux externes notre sexe. Quand notre identité de genre correspond au genre assigné à la naissance on est une personne cisgenre et quand ce n’est pas le cas on est une personne transgenre.
Ce n’est qu’une partie de l’identité multiple d’une personne. L’identité de genre n’a pas de rapport avec l’orientation et les attirances sexuelles et romantiques.

Sexe Administratif

Il correspond au sexe attribué à la naissance (selon les organes génitaux externes) et est présent sur nos papiers d’identité. En Belgique il n’en existe pour l’instant que 2 : M (pour Masculin) et F (pour Féminin). Ce n’est pas le cas dans tous les pays et des pistes d’évolution ont été proposées par la Cour Constitutionnelle en 2019.
Depuis 2017, on peut changer ce marqueur à la commune à partir de 12 ans, sans document médical (accompagné par un.e représentant.e légal.e pour les mineur.es).

Personne Transgenre

Une personne transgenre ou trans est une personne dont l’identité de genre et/ou l’expression de genre est différente du genre qui lui a été attribué à la naissance de par ses organes génitaux externes. Cette personne peut alors décider ou non d’entamer un parcours de transition. C’est une décision qui lui appartient et seulement à elle.
Là non plus il n’y a pas de règles absolues : il existe autant de parcours de transition que d’individus. Ainsi on peut changer de prénom, changer de pronoms (il/elle ou des pronoms neutres comme « iel » par exemple), faire évoluer son expression de genre, ses vêtements, prendre des hormones et éventuellement se faire opérer (opérations chirurgicales du visage, du torse…)

Il est essentiel de comprendre que :
  • On parle de ‘personne trans’ et pas juste de ‘trans’ : ce sont d’abord et avant tout des personnes. Leur transidentité n’est qu’un aspect de leur identité.
  • Ce n’est pas une maladie ni un choix
  • Chaque personne est légitime dans son identité. Il faut écouter les personnes et les respecter. Et ce n’est à personne d’autre de décider pour elles qui elles sont et comment elles doivent vivre.
  • Cela implique de respecter son prénom et ses pronoms sans la ‘mégenrer’ (le fait de ne pas tenir compte de l’identité de genre d’une personne et de l’appeler par un autre et/ou un ancien prénom, de ne pas utiliser les bons pronoms…)
  • De respecter son intimité : les démarches, les changements, les éventuelles opérations sont des actes personnels que seule la personne concernée peut décider de partager ou non. En plus ce n’est pas une obligation et ce n’est pas ça qui définit si une personne est trans ou non.→ On ne demande pas à une personne trans si elle s’est fait opérer par exemple, cela ne nous regarde pas. Quand on rencontre une personne cisgenre, on ne lui demande pas ce qu’elle a entre les jambes, c’est exactement la même chose pour les personnes trans.

    Si tu veux en apprendre un peu plus et savoir comment être un.e bon.ne allié.e tu peux aller consulter les sites de Transkids, de Genres Pluriels ou écouter ce chouette podcast « Comment être un.e bon.ne allié.e des personnes trans »). Il y a aussi plusieurs comptes Instagram de personnes concernées (…). Tu peux bien entendu aussi nous contacter ou nous poser une question sous cet article !

Personne Cisgenre

C’est quand le genre qu’on nous attribue à la naissance correspond à notre identité de genre.

Expression de Genre

C’est la manière dont on exprime un genre ou un autre, de manière plus ou moins marquée, définie et plus ou moins binaire par nos attitudes, nos vêtements, notre look…. L’expression de genre n’est pas définitive et n’a pas de rapport avec l’orientation et les attirances sexuelles et romantiques.

Stéréotype de Genre

Ce sont les idées toutes faites sur ce que doit être un homme ou une femme : les valeurs, les comportements, les attitudes, les vêtements, les critères de beauté, les activités, le caractère… que l’on associe aux hommes et aux femmes.
Les exemples les plus connus sont :

  • le bleu pour les garçons et le rose pour filles
  • les garçons jouent au foot et les filles pratiquent la danse classique
  • les garçons ont les cheveux courts et les filles portent des jupes…

Ces codes dépendent de la société, de l’époque, de la culture, de la religion… et ne sont donc pas figés. Il s’agit d’une construction sociale qui n’est en rien une obligation. On peut les suivre mais il n’y a aucun problème à ne pas les respecter si on ne se retrouve pas dans ces codes. On n’en devient pas pour autant moins homme, ou moins femme. Il y a autant de manière d’être une femme ou un homme que d’individu .Personne ne peut imposer sa vision de ce que doit être quelqu’un à une autre personne.

Orientations (attirances) sexuelles

C’est par qui on est attiré.e ou non physiquement, sexuellement. Ce n’est pas un choix. Elle n’est pas obligatoirement liée à l’orientation romantique. Elle n’est pas figée définitivement et ne détermine pas l’identité ou l’expression de genre de la personne. T
Tu peux aller consulter la fiche info sur les Attirances et Orientations par ici

Orientations (attirances) romantiques

C’est par qui on est attiré.e sentimentalement, vers qui on peut développer des sentiments amoureux, partager une relation, de l’intimité, de la tendresse, avec qui on peut être en couple… mais sans que ce soit lié à un désir, une envie ou une pratique sexuelle. Elle n’est donc pas obligatoirement liée à l’orientation sexuelle.
Ce n’est pas un choix. Elle n’est pas figée définitivement et ne détermine pas l’identité ou l’expression de genre de la personne.
Tu peux aller consulter la fiche info sur les Attirances et Orientations par ici

Relations, Types de relations, manières de faire relations…

Ici on parle de la nature des relations que l’on entretient avec une personne. En couple, marié.es, en union libre, formant une famille ou pas, avec 1 ou plusieurs partenaires… ce qui compte c’est que cela corresponde à tes envies et besoins dans le respect des lois et des personnes engagées dans ces relations. Chaque personne impliquée doit être avertie, d’accord et pleinement consentante. Rien ne doit être imposé.
La nature de nos relations n’est pas définie par nos identités de genre ni par nos orientations et attirances.

Il faut retenir que toutes ces notions ne peuvent pas à elles seules, définir ce qu’est une personne et qu’elles n’ont pas obligatoirement de lien entre elles.
Tu peux aller consulter la fiche info sur les différents types de relations

Partager

Poser une question

N’hésite pas à nous poser une question, un professionnel faisant partie du réseau Bruxelles-J te répondra. Nous préservons ton anonymat et ton adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

En cliquant sur « publier la question », vous acceptez notre Politique en matière de protection de la vie privée.

*
*

2 questions déjà posées

  1. Lou
    4 mai 2020

    Bonjour, je me posais les questions suivantes
    Est-ce que ça existe le sexisme envers les hommes ?
    Et est-ce qu’un homme peut être féministe ?
     

    Répondre
    1. Alter Visio (informateur certifié)
      13 mai 2020

      Bonjour Lou, 

      Le sexisme peut effectivement toucher aussi bien les hommes que les femmes. Cependant, on observe que le sexisme ne se traduit pas de la même façon envers les femmes et envers les hommes.  

      Les hommes peuvent être féministes. Certains courants préfèrent que l’on parle plutôt d’alliés. Quel que soit le nom qui est donné, ce qu’il faut retenir c’est que les hommes aussi peuvent se rallier à cette cause et qu’ils font intégralement partie du système qui permet de faire bouger les choses. 

      Les questions que tu poses sont très intéressantes et pourraient nécessiter une réponse beaucoup plus longue. Il existe pas mal de ressources qui pourraient étayer ces réponses.

      Si tu souhaites plus d’informations, tu peux prendre contact avec nous.

      Alter Visio

      Répondre