Le protoxyde d’azote ou gaz hilarant

Qu’est ce que le gaz hilarant (protoxyde d’azote) ?

Le protoxyde d’azote est un gaz qui a des propriétés psychotropes (euphorisantes et dissociatives). On l’appelle aussi gaz hilarant ou proto.

Comment ça se consomme?

Ce gaz n’est pas produit pour être consommé. Il sert principalement pour le siphon des bombes de crème chantilly.

Il est pourtant parfois consommé par inhalation soit avec :

  •  le siphon à chantilly (pour lequel la cartouche est normalement prévue). Le gaz contenu dans le siphon est généralement transféré dans un ballon de baudruche pour être inhalé ;
  •  le “nitrous oxide cracker” : un dispositif plus ou moins cylindrique, en deux parties, au sein duquel on insère la cartouche. A l’extrémité percée, on fixe un ballon de baudruche. Lors du vissage des deux moitiés du cracker, la cartouche est percée, le gaz s’échappe par les trous vers le ballon de baudruche.

Quels sont les effets?

Les effets surviennent très rapidement après le début de l’inhalation et s’estompent également très rapidement pour disparaître en quelques minutes.

  • Les effets recherchés sont : euphorie, hilarité, distorsions auditives et visuelles, hallucinations
  • Les effets indésirables sont : nausées, vomissements, maux de tête, crampes abdominales, diarrhée, somnolence, vertiges, acouphènes.

Qu’est ce que je risque?

Risques liés au produit :

Diminution de la dextérité et de l’équilibre, réduction des stimuli externes, bourdonnement dans les nerfs périphériques, nausées, maux de tête lorsque les effets diminuent (surtout si utilisé sans oxygène), carence en vitamine B12 (spécifiquement lors d’un usage régulier), engourdissement des extrémités lors d’une utilisation régulière et importante ;

Risques liés à la consommation :

Manque d’oxygène, perte de connaissance, chute, brûlure par le froid ; la courte durée des effets et l’accessibilité du produit peuvent favoriser une répétition de la consommation sur de courtes périodes, ce qui évoque une consommation addictive avec symptômes de sevrage (anxiété, agitations, douleurs abdominales, tremblements, etc.).

Comment réduire les risques?

  • Éviter d’inhaler le produit directement à la sortie de la cartouche. Le gaz arrive très froid et peut entraîner des brûlures au niveau du visage, des mains ainsi que des tissus pulmonaires.
  • Consommer en position assise afin d’éviter de perdre l’équilibre et de chuter.
  • Espacer les prises afin de reprendre le temps de bien respirer. Le protoxyde d’azote étant un gaz, sa consommation excessive peut avoir un impact sur l’oxygénation du corps.
  • Ne pas conduire de véhicules à la suite de sa prise, ce produit ayant des effets notamment sur le niveau de vigilance.

Est-ce légal?

Le protoxyde d’azote n’est pas classé sur la liste des stupéfiants en Belgique.

Depuis avril 2020, l’utilisation et la possession de ce gaz à des fins récréatives sont interdites sur les 19 communes de Bruxelles. Le 7 juillet 2020, la Commission de la Santé de la Chambre a approuvé une proposition de loi du MR, cosignée par le CD&V et la N-VA, visant à interdire la vente des capsules de protoxyde d’azote aux mineurs.

Partager

Poser une question

N’hésite pas à nous poser une question, un professionnel faisant partie du réseau Bruxelles-J te répondra. Nous préservons ton anonymat et ton adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

En cliquant sur « publier la question », vous acceptez notre Politique en matière de protection de la vie privée.

*
*