La violence dans les rapports amoureux, c’est quoi ?

Violence et sentiment amoureux ne font pas bon ménage : « Quand on aime on ne frappe pas ».

Malheureusement la réalité peut être parfois bien différente : aimer dans le respect de l’autre et de soi-même, placer sa relation amoureuse dans une dynamique d’égalité entre les partenaires, cela semble quelquefois bien compliqué.

Les disputes et les désaccords font partie de la vie et notamment de la vie de couple. Cela se produit dans le respect de l’autre et avec le but de trouver une solution qui convient à chacun·e des partenaires de la relation.
En revanche, dans le cas où les disputes sont violentes verbalement et physiquement, le climat de tension et de peur qui s’installe révèle une situation problématique dans le rapport à l’autre et le rapport à soi. En effet, dans ce cas là, la notion de respect et de consentement sortent de la relation pour laisser place à la violence conjugale.

Si cela se répète, que tu te sens de plus en plus déstabilisé·e et que tu perds confiance, tu n’es pas seul·e et tu peux en parler à une personne de confiance comme un·e professionnel·le de la santé, à un·e ami, …

La violence dans les relations intimes, c’est un ensemble de comportements, d’actes, de ta·ton partenaire qui vise à te contrôler ou à te dominer.
Cela comprend les agressions, les menaces ou les contraintes verbales, physiques ou sexuelles, répétées.

Même si, dans la majorité des cas, les victimes sont des femmes, des hommes souffrent également de violences de la part de leur partenaire.

Lorsque l’on parle de violence dans les relations amoureuses, on pense généralement aux violences physiques qui sont assez simples à repérer: si ta·ton partenaire te frappe ou te viole (t’oblige à avoir des relations sexuelles quand ou comme tu n’en as pas envie).

En revanche, la violence peut prendre d’autre formes. En effet, elle peut également être d’ordre psychologique, et s’installer progressivement comme par exemple :

  • Ta·ton partenaire t’insulte ou te dévalorise en public. Le dénigrement est l’une des armes les plus terribles de la violence morale. Il s’agit avant tout d’atteindre l’estime de soi de la personne, de lui donner le sentiment qu’elle ne vaut rien.
  • Ta·ton partenaire fouille dans tes papiers personnels ou contrôle ton GSM. Le contrôle est un signe de déséquilibre de la confiance, peu à peu, l’un prend le dessus sur l’autre.
    La jalousie, lorsqu’elle devient pathologique, est une autre forme de contrôle.
  • Ta·ton partenaire t’empêche de voir tes ami·e·s. L’isolement est un des grands classiques de la violence psychologique, c’est à la fois une cause et une conséquence de la maltraitance. De cette manière, la victime se rend compte moins facilement que ce qu’elle vit n’est pas acceptable.

« Il/elle l’aime trop, c’est pour cela qu’il ou elle a perdu le contrôle de lui-même ». L’amour et la passion n’excusent jamais les violences physiques et/ou psychologiques !

Que faire si cela t’arrive ?

Si c’est toi qui a des comportements violents, reconnaître ce problème est déjà un pas de géant en avant. Si cette situation te pose problème, il y a toujours une solution pour briser le cycle de la violence.

Si tu es victime, ou que tu sens que le processus du cycle de la violence s’enclenche ou redémarre, des personnes de confiance (un parent, des amis) ou un service spécialisé dans cette problématique (un planning familial par exemple) sont là pour t’accueillir et t’écouter. En centre de planning familial, tu seras accueilli·e par des professionnel·le·s de la santé en toute confidentialité et sans jugement.

Pour éviter ce type de situation, il est nécessaire d’instaurer une relation égalitaire. Cela implique plusieurs conditions dont la principale est que chaque partenaire respecte la liberté individuelle de l’autre. Cela ne veut pas dire que le couple ne se dispute jamais. Il peut y avoir des conflits, mais leur gestion doit permettre le respect de chacun des partenaires.

Quelques conseils qui aident au développement d’une relation égalitaire

  • Exprime clairement tes besoins et tes désirs.
  • Exprime clairement tes limites.
  • Respecte les besoins et les désirs de l’autre.
  • Sois attentif/ve à ce que l’autre dit.
  • Essaie de te mettre à la place de l’autre.
  • Ne cache pas tes sentiments, ne fait pas semblant.
  • Parle à ta.ton partenaire d’égal à égal.
  • Laisse l’autre faire ses choix personnels.
  • Lorsque tu émets des critiques, dit ce que tu ressens et critique le geste posé, pas la personne.

Bien sûr, pour créer une relation égalitaire, il est indispensable que les deux partenaires suivent ces conseils. On ne peut pas changer une personne, elle seule peut décider d’agir pour changer.

Où puis-je trouver de l’aide ?

Numéros d’appel:
– 103 Ecoute enfant  : 7 jours/7, de 9h à minuit, dans l’anonymat tu peux parler de tous tes problèmes affectifs.
0800/30030  Ecoute Violences Conjugales: 7jours /7, 24h/24, service gratuit et anonyme d’écoute, d’information et d’orientation.

Tu te poses des questions : amour, sexualité, violence, etc. Des spécialistes te répondent dans un espace perso: www.parolesdados.be

Planning familial : 40 centres en Communauté française; il y en a certainement un près de chez toi! : centres de planning familial en Belgique francophone

Plus d’infos sur la violence amoureuse: www.aimesansviolence.be

Tu peux également obtenir un soutien psychologique auprès de service tel que : https://www.preferasbl.com/prefer-asbl

Pour les auteurs de violences : Praxis asbl – www.asblpraxi.be

Partager

Poser une question

N’hésite pas à nous poser une question, un professionnel faisant partie du réseau Bruxelles-J te répondra. Nous préservons ton anonymat et ton adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
*

2 questions déjà posées

  1. Eric

    Bonjour

    Peut être pourrez vous m’éclairer ? En vous remerciant par avance.

    Jetais en couple avec une femme, j’ai décidé de rompre car je ne me sentais ni l’âme d’un médecin ni celle d’une victime. Au début de notre relation tout allait bien…elle était adorable et serviable. Puis peu à peu j’ai remarqué qu’elle passait d’un extrême à l’autre dans ses humeurs. D’un amour véritable et profond à une violence verbale insupportable durant ses crises. Exemple : je vais t’ecraser! Te harceler! Appelle les flics si tu veux! Etc etc…

    Je me suis senti à plusieurs reprises menacé, en danger…mal dans mon être et ma peau.

    Suite à ces crises répétitives et cela ne faisait que 6 mois que nous étions ensembles, j’ai décidé de rompre. Mais elle s’accroche et n’accepte pas la rupture et surtout ma décision. Comment dois je me comporter? Suis je dans une impasse? Dois Je me protéger?

    En vous remerciant une fois de plus.

     

     

    Répondre
    1. Infor Jeunes Bruxelles

      Bonjour Eric,

      Tu peux te rendre dans un centre de planning familial afin d’en parler à des professionnel·le·s de la santé. Toute l’équipe d’un centre de planning familial est tenue au secret professionnel. Ainsi, tu seras accueilli en toute confidentialité et sans jugement et tu pourras trouver les solutions qui te conviennent auprès d’une équipe qui est spécialisé en vie relationnelle, affective et sexuelle. Tu trouveras la liste des centres de planning familial en Belgique francophone en cliquant ici: http://www.loveattitude.be/centres-de-planning/

      N’hésite pas à nous contacter pour toute question supplémentaire.

      Répondre