Les boissons ‘énergétiques’, énergisantes et ‘smart drinks’

Source: Université de Liège

Les boissons énergétiques

Les boissons énergétiques qu’on appelle aussi « boissons diététiques glucidiques de l’effort » sont destinées aux sportifs (Isostar, Extran, Gatorade…).

Elles servent à lutter contre la déshydratation due à l’effort physique et à apporter de l’énergie sous forme de sucres à assimilation rapide d’une part, pour soutenir le sportif immédiatement, et des sucres à digestion lente d’autre part, pour l’endurance. Elles contiennent aussi des vitamines (B et C) et des sels minéraux (ou électrolytes), destinés à susciter la soif.

Mixer       Si vous faites du sport de manière intensive pendant plus d’une heure, ces boissons peuvent vous aider à vous réhydrater. Sinon, de l’eau suffit amplement. Une concentration trop forte de glucides peut causer des crampes et des problèmes d’estomac.

Vous pouvez préparer votre boisson énergétique « maison » en mélangeant 500 ml de jus de fruits, 500 ml d’eau et 1 c. à café de sel. Vous obtiendrez à peu près la même composition que celle des principales marques de boissons énergétiques.

Les boissons énergisantes

Les boissons énergisantes type Red Bull contiennent, en plus d’une forte dose de caféine, de la taurine et de la glucuronolactone : des produits mal connus et interdits par plusieurs pays pour des raisons de santé publique (Canada, par exemple).

La taurine se retrouve dans ces boissons à des concentrations 10 fois plus élevées que dans l’alimentation normale. Ses effets sur l’organisme ne sont pas bien connus. De plus, rien ne prouve que ce soit vraiment une substance énergisante.

On sait que la taurine participe à certains processus mais son rôle exact et son mécanisme d’action dans ces processus ne sont pas clairs. On ignore aussi l’influence de fortes doses de taurine sur ces processus.

Le problème est le même pour la glucuronolactone, qu’on a encore moins étudiée que la taurine : on ne dispose d’aucune information scientifique permettant de dire que la dose contenue dans les boissons énergisantes est sans danger.

Plus ennuyeux encore, on ne connaît pas non plus les interactions entre caféine, taurine et glucuronolactone. Et si ces produits sont absorbés en même temps que de l’alcool, des médicaments, ou des drogues illicites, ça peut « secouer » pas mal, particulièrement en association avec l’exercice physique et la déshydratation due à la transpiration (dancings).

Bull

Les smart-drinks

Les smart-drinks sont des cocktails surdosés en vitamines, oligo-éléments, sels minéraux et acides aminés, vendus surtout dans les boîtes de nuits, généralement dans une bouteille de jus de fruits. Ils sont censés aider à surmonter la fatigue et résister au sommeil, donner du tonus sexuel, une intelligence hors pair, une mémoire d’éléphant, etc.
En Belgique, l’ajout d’éphédrine (un stimulant) est interdit, mais il existe un marché parallèle. Soyez donc prudent, ne vous laissez pas offrir n’importe quelle boisson.

Smart Les herbes et plantes qui figurent dans la composition de certains soft-drinks ne sont pas sans danger. Le Kava kava peut causer des troubles hépatiques et provoquer des dépressions (il est d’ailleurs interdit en Belgique dans les denrées alimentaires). Le Guarana, comme l’Echinacée, particulièrement déconseillés aux femmes enceintes, peuvent provoquer des troubles rénaux et cardiaques. Le Ginkgo biloba peut provoquer des saignements et ne doit pas être absorbé par des personnes épileptiques. Le ginseng fait augmenter la pression artérielle et la nervosité. Les plantes ne sont pas forcément bonnes pour la santé.
Partager

Poser une question

N’hésite pas à nous poser une question, un professionnel faisant partie du réseau Bruxelles-J te répondra. Nous préservons ton anonymat et ton adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
*